Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Xavier Baron : "La région méditerranéenne restera instable pendant une longue période"


Invité, mardi 12 septembre 2017 à Marseille, pour la conférence de rentrée de l'association Euromed-IHEDN, présidée par le contre-amiral Jean-François Coustillière, Xavier Baron a dressé un bilan très négatif de la Méditerranée après les printemps arabes. Journaliste pour l'AFP pendant une quarantaine d'années en Extrême Orient, Proche-Orient, Europe et Afrique, il s'avoue très pessimiste sur l'avenir de la Syrie comme de l'ensemble de la rive sud de la Méditerranée.



econostrum.info : Le conflit a beaucoup évolué en Syrie depuis quelques semaines. Tout le monde prédit la fin de Daech alors que les troupes du régime enchaînent victoires sur victoires. Mais que va-t-il se passer après ?

Xavier Baron : Très difficile à dire en tout cas pour l'avenir à court terme. Au vu des évènements, Bachar al-Assad consolide son pouvoir. Il est en train de reconquérir l'Est du pays, cette Syrie dite "inutile" malgré la présence des gisements de pétrole, de 50% des céréales et de 90% du coton.

Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'Onu en Syrie vient même de reconnaître, voici quelques jours, que les rebelles ont perdu et qu'ils ne peuvent plus le renverser. D'ici la fin de l'année, l'Etat islamique va être très certainement éliminé en tant que groupe bénéficiant d'une assise territoriale. Nous allons nous trouver avec face à face Bachar al-Assad, peut-être encore des poches rebelles qu'il ne laissera pas et continuera à pourchasser, et les Kurdes, un peuple organisé, structuré et avec une histoire. Pour combattre sur d'autres fronts, Assad a passé un accord de non-belligérance avec les Kurdes. Ils pourront toujours s'en prévaloir, l'ayant respecté pendant la guerre. Il existera, au minimum, un grand degré d'autonomie. Il reste donc quand même peu probable que Bachar al-Assad puisse contrôler l'ensemble du territoire. Il va rester, il avance, il gagne du terrain mais il n'a pas gagné la guerre.

Le plus préoccupant à moyen et long terme reste l'avenir de la population. Comment vont vivre les 22 millions d'habitants, même si trois à quatre millions d'entre eux ne reviendront pas ? Ils se trouveront au milieu de villes en ruine qu'il faudra déminer. Avec quels moyens la Syrie va reconstruire ? Assad n'aura pas l'appui des pays du Golfe. Il lui ont fait la guerre pendant six ans, ils ne vont pas maintenant se mettre à financer la reconstruction d'une Syrie dirigée par lui ! Les pays occidentaux non plus.

"Le Hezbollah n'a jamais été aussi fort qu'aujourd'hui"

Aux frontières de la Syrie, le Liban peine toujours à maîtriser le Hezbollah qui participe d'ailleurs à ce conflit comme allié du régime. Craignez-vous qu'une nouvelle guerre entre Israël - qui souhaite éradiquer le Hezbollah - et le Liban soit déclenchée une fois la guerre civile en Syrie terminée ?

X.B. : Ce serait une initiative catastrophique ! D'abord car Israël reste sur une défaite contre le Hezbollah. La guerre de 2006 était destinée à éliminer le Hezbollah. Or, il n'a jamais été aussi fort qu'aujourd'hui. Il dispose d'armes puissantes, modernes. Il est aguerri comme aucune autre force au Proche-Orient. Il vient de combattre pendant six ans en Syrie. Ceci le situe parfaitement bien pour une guerre asymétrique avec Israël.

Le Hezbollah avait indiqué vouloir bombarder le centre d'Israël et en 2006, il a même atteint jusqu'à la région d'Haïfa. Israël le prend tellement au sérieux, que le gouvernement a décidé, voici quelques semaines, de vider un énorme dépôt d'ammoniac pour éviter qu'en cas de conflit le Hezbollah l'atteigne et créé une catastrophe. 

Je ne crois donc pas qu'Israël va tenter de s'engager dans une nouveau conflit contre le Liban. Ce n'est pas le moment d'allumer un autre brasier. Même si toutes ces guerres ont débuté par un incident...souvent simple prétexte.

"Je ne vois pas comment la situation pourrait évoluer positivement"

Les printemps arabes de 2011 ont plutôt fait régresser la plupart des pays concernés sur le plan économique ? Pensez-vous que l'avenir du sud de la Méditerranée est compromis ?

X.B. : Dans tous les pays touchés par les révoltes, l'économie a souffert. Les activités ont ralenti, les touristes sont partis, les investisseurs ne viennent plus... J'observe surtout qu'il n'existe plus d'autorité internationale, l'Onu ne peut rien imposer, des centres régionaux influents se querellent... tout cela ne joue pas pour la stabilité.

La Méditerranée restera instable pendant une longue période. Je ne vois pas comment la situation pourrait évoluer positivement.
Sur vingt deux Etats arabes, seuls quatre ont changé de régime après 2011. Et il faut craindre d'autres événements imprévus dans cette région qui connaît de fortes crises, économiques, religieuses, de leadership. Comme dans toutes les autres régions. Sauf qu'ici elles sont plus virulentes, plus généralisées et plus durables. De plus, l'émergence d'acteurs non étatiques, comme l'Etat islamique ou le Hezbollah, vient troubler encore plus le jeu.


Propos recueillis par Frédéric Dubessy


Mercredi 13 Septembre 2017



Lu 1713 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 20 Février 2018 - 16:18 Les massacres se poursuivent en Syrie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
 
PlanBleu         Région PACA
 
APIM      Euromediterranee
Femise      EMNES