Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Washington met en garde le régime syrien sur l'utilisation d'armes chimiques à Idleb


Rédigé par , le Mardi 11 Septembre 2018 - Lu 2054 fois


John Bolton menace la Syrie de fortes représailles en cas d'utilisation de l'arme chimique (photo : DR)
John Bolton menace la Syrie de fortes représailles en cas d'utilisation de l'arme chimique (photo : DR)
SYRIE. Alors que les bombardements du régime et de ses alliés russes et iraniens ont repris depuis dimanche 9 septembre 2018 dans la province d'Idleb, Washington tire la sonnette d'alarme.

John Bolton, conseiller à la sécurité de Donald Trump, en phase totale avec la position de la France et la Grande-Bretagne, se veut clair : "Nous avons fait passer le message ces derniers jours qu'en cas de troisième attaque avec des armes chimiques, la réponse serait bien plus forte."

La préparation d'une vaste offensive pour la reprise du dernier bastion encore en insurrection fait craindre aux occidentaux une nouvelle utilisation de l'arme chimique comme en avril 2017, déjà dans la province d'Idleb, ou à Douma dans l'enclave de la Ghouta orientale en avril 2018. Les représailles pour cette dernière attaque avaient été immédiates avec une frappe menée par les forces américaines, britanniques et françaises contre un centre de recherche et de développement ainsi que deux entrepôts de stockage du programme d'armement chimique du régime syrien.

Trois millions de personnes coincées à Idleb

"Les frappes peuvent être faites en national mais l'intérêt majeur, c'est de le faire avec le nombre le plus important de partenaires", poursuit John Bolton. Réagissant à ces propos relayés par la presse américaine, Dmitri Peskov affirme ne pas croire à des frappes américaines sur ses troupes. "Nous ne prenons plus au sérieux les rapports des médias car ils sont complètement discrédités. Nous ne prenons en considération que les déclarations officielles", indique, mardi 11 septembre 2018, le porte-parole de la présidence russe.

Trois millions de personnes vivent dans la province d'Idleb selon l'Onu dont au moins la moitié sont des déplacés fuyant les combats et bloqués ici par la fermeture de la frontière avec la Turquie. Les Nations unies craignent une "catastrophe humanitaire".















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info