Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Vingt-deux prétendants pour la présidence algérienne du 12 décembre 2019


Rédigé par , le Lundi 28 Octobre 2019 - Lu 1724 fois


L'Algérie cherche un successeur à Abdelkader Bensalah, président par intérim (photo : DR)
L'Algérie cherche un successeur à Abdelkader Bensalah, président par intérim (photo : DR)
ALGÉRIE. L'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a communiqué, via l'agence de presse officielle APS dimanche 27 octobre 2019, la liste des candidats au prochain scrutin présidentiel du 12 décembre 2019. Le délai de dépôt était fixé au samedi 26 octobre 2019 à minuit. Ils seront vingt-deux à briguer ce poste actuellement occupé par intérim par Abdelkader Bensalah, depuis la démission contrainte d'Abdelaziz Bouteflika en avril 2019. 147 postulants avaient retiré les formulaires de souscription des signatures individuelles nécessaires à tout dépôt de dossier.

Le rue algérienne refuse toujours que cette élection soit organisée par les hommes politiques ayant participé à au régime d'Abdelaziz Bouteflika. Elle l'a de nouveau claironné, vendredi 25 octobre 2019, lors des manifestations hebdomadaires se déroulant depuis le 22 février 2019. Dimanche 27 octobre 2019, les juges et procureurs algériens ont débuté une grève illimitée pour réclamer l'indépendance de la justice et notamment l'annulation du changement d'affectation de 3 000 d'entre eux par le ministère de la Justice. Ils estiment que le pouvoir politique a "empiété sur les prérogatives du Conseil supérieur de la magistrature" et dénoncent "la main mise du pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire". Selon le Syndicat national des magistrats (SNM), le taux de suivi de ce mouvement atteindrait les 96%. Le jeudi précédent, les avocats avaient également manifestés pour l'indépendance de la justice.

Deux anciens ministres du président Bouteflika candidats

Deux des anciens ministres d'Abdelaziz Bouteflika figurent parmi les prétendants : Ali Benflis (75 ans), un ancien premier ministre limogé en 2003 et qui a déjà été deux fois candidat à ce poste (et arrivé chaque fois second derrière Abdelaziz Bouteflika réélu avec 80% des voix), et Abdelmadjid Tebbone (73 ans), premier ministre limogé trois mois après avoir été nommé en 2017.
Autres personnalités à avoir déposé un dossier de candidature, Azzedine Mihoubi du Rassemblement national démocratique, une formation ayant participer à la coalition qui soutenait l'ancien président durant son mandat, Abdelkader Bengrina (El-Bina, parti islamiste), Abdelaziz Belaïd, ancien cadre du Front de Libération National (FLN) et fondateur du parti Front El-Moustakbel, proche d'Abdelaziz Bouteflika.

L'ANIE doit maintenant étudier la validité de tous les dossiers. La précédente élection, prévue le 4 juillet 2019, avait finalement dû être annulée, faute de candidats retenus. Cette liste devra passer dans les sept jours entre les mains du Conseil constitutionnel pour une validation définitive.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info