Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Vinci demande "plusieurs centaines de millions d'euros" à la France pour la perte de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes


Rédigé par , le Lundi 15 Avril 2019 - Lu 2249 fois


Elisabeth Borne va devoir discuter compensation avec le groupe Vinci (photo : Ministère de la Transition écologique et solidaire / A.Bouissou/Terra
Elisabeth Borne va devoir discuter compensation avec le groupe Vinci (photo : Ministère de la Transition écologique et solidaire / A.Bouissou/Terra
FRANCE. "Nous ne sommes a priori pas d'accord sur les montants, mais nous prendrons nos responsabilités sur ce dossier." Interrogée sur la candidature du groupe Vinci à la reprise des parts de l'Etat français détenues dans ADP (Aéroports de Paris), dimanche 14 avril 2019 sur la chaîne de télévision France 3, Elisabeth Borne a aussi évoqué le cas de Notre-Dame-des Landes.

Et quand la ministre française des Transports compare les prétentions financières du groupe de BTP en compensation de l'abandon du projet de cet aéroport mort-né, avec la somme que l'Etat envisage de lui verser, le gap s'avère vraiment large : "ils ont parlé de quelques centaines de millions d'euros, tandis que nous parlons de quelques dizaines."

En Décembre 2010, Vinci gagnait l'appel d'offres pour la conception, le financement, la construction et l'exploitation de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, situé en Bretagne, près de Nantes. Malgré une déclaration d'utilité publique obtenue en avril 2017, la plate-forme prévue depuis 1963 pour couvrir le Grand Ouest de la France (choix de Notre-Dame-des-Landes en 1968) est resté un projet mort-né. Face aux oppositions et à l'occupation du site, Edouard Philippe, Premier ministre français, a tranché en janvier 2018 en décidant d'abandonner sa construction pour lui préférer une extension et la modernisation de l'aéroport de Nantes-Atlantique.

Quant à savoir si Vinci serait un bon candidat pour la reprise d'ADP, Elisabeth Borne se contente de répondre que "c'est effectivement un groupe qui a une grande expérience portuaire (...) Mais il y en a d'autres, et évidement cela ne va pas se faire comme ça de gré à gré, il y aura une consultation pour choisir le meilleur candidat."

Le groupe Vinci (43,5 mrds€ de chiffre d'affaires dont 1,6 mrd€ pour son activité de concessions aéroportuaires) gère actuellement quarante-six aéroports dans douze pays, dont douze en France.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info