Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Vianney d'Alençon veut redonner ses lettres de noblesse au Château de la Barben


Lors d'un entretien accordé à econostrum.info, Vianney d'Alençon confie son projet en quatre axes après le rachat du château provençal de La Barben auquel il va consacré un investissement "minimum" de 20 M€.


            Partager Partager

Vianney d'Alençon va redonner vie au Château de la Barben (photo : Serge Guéroult)
Vianney d'Alençon va redonner vie au Château de la Barben (photo : Serge Guéroult)
FRANCE. Propriété de la famille Pons depuis 1963 et en vente depuis 2017, le Château de la Barben, situé entre Aix-en-Provence et Salon-de-Provence, a été cédé à Vianney Audemard d'Alençon (34 ans) en décembre 2019. L'entrepreneur français, notamment à la tête de Laudate (3 M€ de chiffre d'affaires) spécialisé dans la frappe de médailles et bijoux, principalement à caractère religieux, veut redonner vie à ce site comprenant une centaine de pièces avec des jardins qui auraient été signés par André Le Nôtre, le jardinier de Versailles et entouré de 400 hectares de garrigues et de montagnes.

Lors d'un entretien exclusif à econostrum.info, il confie que d'ores et déjà "20 M€ de fonds uniquement privés sont réunis et acquis. C'est un minimum. Rien ne nous interdit de mettre plus." Porteur du projet, Vianney d'Alençon est le premier actionnaire de la nouvelle structure créée à l'automne pour redonner ses lettres de noblesse à ce site historique millénaire qui a appartenu d'abord à l'Abbaye de Saint-Victor de Marseille puis au roi René et aux marquis de Forbin. Cette société domiciliée à Paris (7e arrondissement) porte tout simplement le nom de "La Barben". Il entraîne avec lui trois partenaires déjà présents sur le dossier de Saint-Vidal (voir plus bas) : la famille Deniau, Benoit Habert (famille Dassault) et Vincent Montagne (directeur général du groupe de presse et de production audiovisuelle Média Participations et président du Syndicat national de l'édition).

150 recrutements prévus

"Nous partons pour quinze mois d'investissements", indique Vianney d'Alançon qui décline les quatre axes de son programme. "D'abord un projet d'investissement pour assurer la sauvegarde, voire le sauvetage, du plus vieux château de Provence. Il s'agit d'un patrimoine abimé et sur certains points en péril." Ensuite, il entend jouer la carte de l'environnement. "Nous disposons de 400 hectares autour du château, d'un seul tenant. Un lieu de nature préservée que nous voulons continuer à protéger, tout en développant un programme agricole et agronome pour continuer à faire vivre ses sols." A noter que le zoo de la Barben (créé par les anciens propriétaires) est une enclave sur le site qui, non seulement n'est pas intégré à la vente, ni aux terrains du château, mais ne figure pas dans le projet de l'homme d'affaires.

Troisième axe, le spectacle vivant. "Nous voulons raconter la culture et l'histoire de la Provence aux visiteurs de Provence, de France et de Navarre. Leur faire découvrir cela les deux pieds dans nos racines et les yeux tournés vers les nouvelles technologies", souligne Vianney d'Alençon. Enfin, il entend mettre en valeur le savoir faire artisanal régional à travers la gastronomie, la fabrication de produits (calissons, savons...), l'agriculture, "tous les panels de métiers qui sont un bout de l'âme de cette Provence authentique." 150 personnes seront recrutées pour un peu plus d'emplois indirects.

"Pas un parc d'attraction"

Le site du Château de La Barben s'étend sur 400 hectares (photo : Château de La Barben)
Le site du Château de La Barben s'étend sur 400 hectares (photo : Château de La Barben)
"Tout doit être authentique dans ce cadre millénaire et nous voulons du circuit court à tout point de vue dans ce lieu", insiste-t-il. Le nouveau propriétaire prévoit d'ouvrir les portes du château aux touristes dès la saison estivale 2021. Il se montre moins disert sur les chiffres de son business plan. "Nous sommes en train de monter tout ça. Il reste encore beaucoup d'arbitrages à effectuer d'ici cet été", se justifie-t-il.

Vianney d'Alençon n'est pas novice en la matière. Voici trois ans, il rachetait la forteresse médiévale de Saint-Vidal, près du Puy-en-Velay (Haute-Loire) qui propose désormais des spectacles historiques. "Nous accueillons aujourd'hui 40 000 visiteurs et 300 bénévoles sont associés à ce projet . Mais, il ne s'agit pas du tout de la même dimension de par les montants engagés (NDLR : 1,2 M€ de subventions obtenues) et le nombre de touristes présents dans cette région",  commente Vianney d'Alençon. Et au jeu des comparaisons, lui citer le Puy-du-Fou l'amène à un petit silence suivi d'un rire. "Non, le château de la Barben ne sera pas un parc d'attraction. Le Puy-du-Fou est un très bel endroit, fait un travail remarquable et propose une grande qualité de spectacle, mais il n'est pas intégré dans un patrimoine culturel. A La Barben, nous nous basons sur un lieu millénaire, authentique. Nous allons plus loin."

Vendredi 13 Mars 2020

Lu 915 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)
Grand angle

Covid-19 : L'Europe et l'après-crise économique déclenchée par la pandémie

Henry Marty-Gauquié, membre du groupe d'analyse JFC Conseil




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.