Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Vianney d'Alançon va convertir le château de la Barben en Rocher Mistral


L'entrepreneur Vianney d'Alançon, déjà propriétaire en Auvergne de la forteresse médiévale de Saint-Vidal, investit 30 M€ dans la transformation du Château de la Barben, près de Salon-de-Provence, et ses 400 hectares en parc mettant en lumière le patrimoine et l'environnement.


            Partager Partager

Le Château de la Barben prévoit d'accueillir près de 300 000 visiteurs (photo : C.Dubessy)
Le Château de la Barben prévoit d'accueillir près de 300 000 visiteurs (photo : C.Dubessy)
FRANCE. "Nous sommes ici dans le plus vieux château de Provence", se félicite Vianney d'Alançon. Le patron de Laudale (3 M€ de chiffre d'affaires), spécialisé dans la frappe de médailles et bijoux, principalement à caractère religieux, va investir 30 M€ dans le Château de la Barben qu'il a racheté le 30 décembre 2019. "Uniquement sur de l'argent privé", insiste-t-il, tout en précisant, "je ne suis pas contre les fonds publics."

Situé près de Salon-de-Provence, dans le département des Bouches-du-Rhône, cet édifice de 5 000 m² de bâti sur 400 hectares, classé depuis décembre 1984 aux monuments historiques, se trouvait en vente par la famille Pons depuis 2017. Au cours des 1 000 premières années de son existence, il a appartenu d'abord à l'Abbaye de Saint-Victor de Marseille, puis au Roi René et aux divers marquis de Forbin.
Vianney d'Alançon est associé dans le projet avec la famille Deniau, Benoit Habert (famille Dassault) et Vincent Montagne (directeur général du groupe de presse et de production audiovisuelle Média Participations). Tous ont déjà participé au tour de table du précédent dossier développé dans la forteresse médiévale de Saint-Vidal (40 000 visiteurs annuels), près du Puy-en-Velay, par l'entrepreneur. Après l'Auvergne, le voilà qui pose le pied en Provence pour défendre "un projet fait par les Provençaux, pour les Provençaux." Quatre piliers vont porter ce futur lieu touristique : Patrimoine (avec des travaux d'urgence pour réparer les toitures et les terrasses), environnement (la biodiversité va être favoriser dans les quatre hectares autour du château), culture provençale (six spectacles quotidiens dont deux vivants ), artisanat et savoir-faire.

"Le nom Rocher Mistral" s'est imposé comme une évidence"

Vianney d'Alançon et trois autres partenaires investissent 30 M€ pour créer un "parc authentique" (photo : C.Dubessy)
Vianney d'Alançon et trois autres partenaires investissent 30 M€ pour créer un "parc authentique" (photo : C.Dubessy)
Le Château de la Barben va bénéficier aussi d'un développement agricole avec des plantations de vignes, oliviers, pistachiers, amandiers... d'une réhabilitation d'un ancien potager sur un hectare, l'implantation de plusieurs élevages (mérinos, caprins, ânes...) et de l'apiculture. Des parcours d'enfants seront proposés dans les jardins à la française signés Le Nôtre, le jardinier de Versailles, de Vaux-le-Vicomte et de Chantilly.
Deux pôles de restauration gérés par le chef étoilé marseillais Gérald Passedat proposeront une cuisine provençale. L'un, restaurant bistronomique (250 couverts) s'installera dans les anciennes écuries du château, l'autre sera une table gourmande (500).
Une tribune et un théâtre, de respectivement 200 et 1 000 places, accueilleront les spectateurs. Le prix d'entrée sera fixé prochainement, mais devrait se situer entre 15 et 20€ , "pour une expérience de six heures", précise Vianney d'Alançon. Les habitants de La Barben auront un accès permanent et gratuit au site.

L'entreprise ne communiquera pas sous le nom du Château de la Barben, mais sous la marque, dévoilée mardi 16 juin 2020, de "Rocher Mistral - La Barben en Provence". "Le nom s'est imposé comme une évidence. Nous sommes ici sur un rocher, un éperon, un roc (...) Quant au Mistral, il y a deux sens qui se complètent naturellement. Le vent, extraordinaire élément qui façonne les paysages de Provence que l'on ressent particulièrement quand nous sommes en haut de ce magnifique rocher. Et ensuite, le poète de la culture provençale, prix Nobel de littérature, le grand Frédéric Mistral. Lui qui a fait rayonner la culture provençale bien au-delà des frontières de la France", explique Vianney d'Alançon.

200 à 300 000 visiteurs dès la première année

Le château dispose de 400 hectares de terrain (photo : C.Dubessy)
Le château dispose de 400 hectares de terrain (photo : C.Dubessy)
Pas moins de quatre structures juridiques voient le jour pour mener à bien ce projet : une association "Action pour la Nature", en charge de la biodiversité; une société civile d'exploitation agricole (SCEA) pour les questions d'agro-écologie; une association culturelle "Rocher Mistral" encadrant les spectacles nocturnes; et une SAS La Barben gérant le parc.

Ouvert "au moins 200 jours par an, Rocher Mistral devrait accueillir entre 200 et 300 000 visiteurs dès la première année", selon son propriétaire. Soit la même jauge que le zoo de la Barben (structure indépendante même si la famille des gérants actuels a habité le château) distant d'une centaine de mètres.

Lors du premier entretien accordé à econostrum.info en mars 2020, Vianney d'Alançon a éclaté de rire à l'évocation du Puy du Fou comme modèle de développement. Il devient aujourd'hui plus véhément et s'agace même de la question. "Je ne veux pas faire un parc d'attraction ! Ce site va devenir un domaine authentique sur le plan du patrimoine et de l'environnement. Il doit être une aventure humaine autour d'un projet qui fédère la population locale", lance-t-il.

Des recettes du parc de la Vendée, certes mitonnées aux ingrédients provençaux, ont pourtant bien servi d'exemples comme le village d'artisans construit ex-nihilo et le spectacle nocturne conçu comme "une grande fresque, hymne de la Provence", ainsi que l'indique le nouveau maître des lieux, animé par des bénévoles (500 à 1000 à l'année). Il écrira l'intégralité des scénarios des spectacles et en assurera la mise en scène et préside d'ailleurs l'association culturelle.

Rocher Mistral devrait ouvrir ses portes en 2021, "probablement avant l'été", confie Vianney d'Alançon. Dix salariés sont déjà présents sur le site qui devrait générer 200 emplois directs et autant d'indirects.


Mardi 16 Juin 2020

Lu 1346 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.