Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Vers une trêve partielle en Syrie


Rédigé par Gérard Tur, le Vendredi 12 Février 2016 - Lu 3572 fois


Les acteurs du conflit Syrien vont peut-être cesser de se battre en eux pour concentrer leurs actions contre Daech. Photo  U.S. Department of State
Les acteurs du conflit Syrien vont peut-être cesser de se battre en eux pour concentrer leurs actions contre Daech. Photo U.S. Department of State
SYRIE. Après une nuit de discussions à Munich (11/12 février), le Groupe international de soutien à la Syrie * a trouvé un accord pour suspendre les combats... et pour concentrer ses actions militaires contre les groupes reconnus comme terroristes par l'ONU.

Si chacun respecte ses engagements, la trêve temporaire devrait intervenir le 19 février. Chacun conservera ses positions, mais les villes assiégées pourront être ravitaillées.

La Russie, les États-Unis et leurs principaux alliés ont annoncé dans la foulée un accès accru et "immédiat" de l'aide humanitaire. « Afin d'accélérer la livraison rapide de l'aide humanitaire, la livraison durable de cette assistance commencera cette semaine par voie aérienne à Deir Ez Zor et simultanément à Fouah, Kafrayah, aux zones assiégées de la région de Damas, à Madaya, Mouadhimiyeh, et à Kafr Batna par voie terrestre, et continuera tant que les besoins humanitaires persisteront » affirme le Groupe dans un communiqué de presse.


Une trêve... à faire respecter

La trêve a également pour but de permettre la reprise des négociations commencées à Genève entre le pouvoir syrien et son opposition. Ces derniers avaient quitté la table des négociations à la suite de l'offensive militaire de l'armée de Bashar el-Assad et des Russes sur plusieurs villes, notamment Alep.

 
Le texte est signé... reste maintenant à l'appliquer. Selon le secrétaire d’État américain, John Kerry, « les résultats seront mesurés par ce qui se passera sur le terrain, pas sur les mots qui sont sur un bout de papier ce soir. » Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, se montre lui aussi extrêmement prudent : « Nous devrons probablement user de notre influence sur les parties » estime-t-il. Le Groupe international a établi un groupe de travail sur le cessez-le-feu, sous l'égide de l'ONU. Il sera co-présidé par la Russie et les Etats-Unis et inclura des responsables politiques et militaires, avec la participation de membres du Groupe international ayant une influence sur les groupes armés d'opposition ou les forces combattant en appui au gouvernement syrien.

 
Même si la trêve est respectée, les combats ne cesseront pas pour autant. Mais ils devraient se concentrer exclusivement contre Daech et les groupes considérés comme terroristes par l'ONU.

 
* Outre l'ONU, le Groupe international de soutien à la Syrie comprend la Ligue des États arabes, la Chine, l'Égypte, l'Union européenne, la France, l'Allemagne, l'Iran, l'Iraq, l'Italie, la Jordanie, le Liban, l'Organisation de la coopération islamique, Oman, Qatar, la Russie, l'Arabie saoudite, la Turquie, les Émirats arabes unis, le Royaume Uni, et les États-Unis.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info