Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Vers la création d'un Groupement européen pour gérer les liaisons France-Corse-Sardaigne-Italie


Dans le cadre du projet européen GEECCTT-Îles, l'Office des Transports de la Corse, les CCI du Var, de Haute Corse et de Corse du Sud, les régions de Sardaigne et de Ligurie, les autorités portuaires de Sardaigne et de Toscane veulent créer un groupement chargé de gérer les délégations de service public entre leurs territoires respectifs.



Le séminaire GEECCTT-Îles a réuni les spécialistes français et italiens du transport (photo : NBC)
Le séminaire GEECCTT-Îles a réuni les spécialistes français et italiens du transport (photo : NBC)
FRANCE / ITALIE. La Chambre de commerce et d'industrie du Var (CCIV) a présenté le 5 juillet 2018 à Toulon le schéma d’un futur réseau de transports maritime et aérien destiné à améliorer les déplacements inter-insulaires entre la Corse, la Sardaigne et l'île d'Elbe. Il s'intègre dans le projet européen GEECCTT-Îles (GEstion Européenne Conjointe des Connexions et Transports Transfrontaliers pour les Îles).
 
Il s'agit pour l'Office des Transports de la Corse, chef de file du projet, et ses sept partenaires (CCIV, Région autonome de Sardaigne, Région Ligurie, autorités portuaires de Sardaigne et de Toscane, CCI de Haute Corse et de Corse du Sud), d'intensifier le transport de passagers et de marchandises entre les trois îles de Corse, de Sardaigne et d'Elbe. "L'objectif consiste à améliorer les relations entre la France et l'Italie et l'offre touristique y compris en hiver et travailler à la création du GEECCTT pour sa mise en oeuvre", commente Erick Mascaro, élu de la CCIV.
 
Lancé le 1er février 2017 pour vingt-quatre mois, le GEECCTT-Îles réunit un budget de près de 2 M€, dont 1,7 M€ venant du FEDER (Fonds Européen de Développement Régional).

Le schéma d’un futur réseau de transports inter-insulaires doit pallier l’insuffisance des connexions maritimes et aériennes régulières. Si en été des liaisons existent, elles cessent le reste de l'année faute de clientèle. Le GEECCTT-Îles a lancé sans succès un Appel à Manifestation d’Intérêt concernant la liaison Bonifacio/Santa-Teresa. Sans coup de pouce des institutions, les armateurs ne veulent pas exploiter ces lignes non rentables.
 
«Nous nous devons d’assurer une continuité territoriale pour nos concitoyens », explique José Bassu, Responsable Europe à l’Office des Transports de Corse. « Certaines connexions ne sont plus assurées aujourd’hui en raison de leur non rentabilité. A l’image des liaisons maritimes Corse / Sardaigne qui depuis le début de l’année 2016 ne fonctionnent qu’en haute saison. »
 
Les partenaires du GEECCTT-Îles espèrent aller beaucoup plus loin. Ils travaillent actuellement à la création d’un Groupement Européen de Coopération Territoriale qui pourrait prendre en charge à partir de 2019 la gestion des services de transports transfrontaliers aériens, maritimes et multimodaux sur l'ensemble de leur périmètre d'intervention. "Le GEECCTT sera un vecteur juridique. Une gouvernance va être constituée. Il sera basé en Corse et le droit appliqué sera le droit français pour toutes ses lignes", annonce Arcangelo Maria Merella, secrétaire général des infrastructures et des transports de la région Ligure.
 
Une délégation de service public accordée par le GEECCTT-Îles pourrait ainsi permettre au groupement de sous-traiter à des armateurs des lignes maritimes et aériennes. Financé en partie par les collectivités, le groupement assurerait aux compagnies la rentabilité financière des liaisons.
 
Le Groupement Européen de Coopération Territoriale pourrait même déborder sur l'Espagne. « Nous avons pour volonté de travailler sur une gouvernance Territoriale. Si nous regardons encore plus loin, le sujet majeur est de rendre le plus fluide possible les échanges intermodaux sur l’ensemble de l’arc latin, en étendant à l’avenir le périmètre du GEECCTT-Îles jusqu’aux îles Baléares », annonce le communiqué de presse publié par la CCIV.

Un schéma de connexion

Avions classiques et hydravions, le groupement se traitera également de l'aérien (photo : B.L.)
Avions classiques et hydravions, le groupement se traitera également de l'aérien (photo : B.L.)
Fin juillet 2018, les partenaires du projet GEECCTT-Îles vont plancher sur un schéma de connexion tiré d'une étude confiée à deux cabinets spécialisés. Il devrait permettre de renforcer ou de créer toute une série de lignes. En maritime, il s'agira d'augmenter les fréquences Corse-Nice, Corse Italie, de développer les lignes Bastia/Elbe/Piombino, Olbia/Gênes, d'étudier une liaison intra-Corse ainsi qu'entre la Sardaigne, la Corse et la France métropolitaine, de pérenniser la liaison directe Nord Sardaigne / PACA testée récemment par Corsica Ferries. "Nous voulons atteindre entre 2 et 2,5 millions de passagers. L'idée est de ne pas subir mais d'agir sur l'intermodalité", explique Hervé Moine, directeur adjoint des ports du Var.
 
En aérien, Groupement Européen de Coopération Territoriale assurerait le développement des liaisons Corse / Italie assurées par Air Corsica avec l'aide de la région Ligurie.
 
Le groupement travaillera également à la mise en place de nouveaux services maritimes : un Italie (Livourne ou Piombino)/Bastia/Sardaigne/France (Marseille ou Toulon) en cargos mixtes (fret et passagers). Il planchera également sur la création d'un service de transports de passagers en hydravions, la prolongation sur douze mois des liaisons Porto Torres/Propriano (fret) et Bonifacio/Santa Teresa (passagers), l'intégration de l’île d’Elbe dans le réseau de lignes.


Gérard Tur


Jeudi 5 Juillet 2018



Lu 1168 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

L'égalité dans le partage successoral, qu'est-ce qui gêne les musulmans ?


avis d'expert

Razika Adnani Philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA