Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

« Vérifier qu’un produit se trouve là où il doit se trouver »

Article réalisé en partenariat avec le cluster Paca Logistique


Aujourd’hui, fabricants, transporteurs et distributeurs veulent pouvoir connaître, en temps réel et a posteriori, le parcours d’un produit unique. Les nouvelles technologies le permettent.



D’enjeu social, la traçabilité d’un produit au sein de la supply chain est devenue un impératif réglementaire pour de nombreux secteurs, comme la pharmacie ou, très bientôt, la cosmétique. « Si elle vise à rassurer le consommateur, elle peut aussi aider les logisticiens à mieux gérer les flux », note cependant le consultant Gérard Kapski.

Un objectif partagé par tous, fabricants, distributeurs et transporteurs. « Pour nos entreprises, observe Nicolas Paulissen, délégué général adjoint de la Fédération nationale des transports routiers, la traçabilité est un investissement qui permet de diminuer les retours à vide ». Une aubaine pour un secteur aux marges souvent faibles.

Nombreuses sont ainsi les entreprises à se doter volontairement d’outils de suivi et de contrôle. En France, le groupe textile LBY, mieux connu au travers de sa marque phare Serge Blanco, fait partie des précurseurs. « Au départ, se souvient Mathieu Padrier, son secrétaire général, nous souhaitions seulement gagner en rapidité entre la réception et l’expédition de nos produits ». Début 2009, l’entreprise toulousaine opte pour la RFID. Un choix gagnant. « L’investissement a été amorti en trois ans et la vitesse de traitement de l’information par la RFID nous a permis de ne pas changer de plateforme logistique en dépit d’une activité croissante ».
La RFID permet d'accélérer la préparation des commandes (photo Tagsys)
La RFID permet d'accélérer la préparation des commandes (photo Tagsys)

Un produit, un identifiant

Serge Blanco n’est toutefois plus un cas isolé. L’identification unitaire, c’est-à-dire l’attribution d’un code unique à un produit, gagne du terrain. Désormais, les grands retailers américains l’imposent aux marques afin de faciliter inventaires et réassorts. Et celles-ci peuvent dorénavant suivre, étape par étape, où se trouve un produit. « Nos logiciels permettent de vérifier qu’un produit se trouve là où il doit se trouver, explique Christophe Devins, PDG de l’éditeur Adents, installé en région parisienne. Nos clients peuvent ainsi lutter contre la contrefaçon si celle-ci se glisse dans leurs réseaux de distribution ».

Le développement du marché de l’identification unitaire a entraîné l’apparition de technologies concurrentes. Adents a fait, par exemple, le choix du QR code et du datamatrix, deux solutions bien moins chères (moins d’un centime par étiquette) que la RFID (au moins une dizaine de centimes). Mieux adaptée aux contraintes du secteur textile, celle-ci se retrouve surtout sur « des produits à haute valeur ajoutée », constate Angeline Fraud, responsable du marketing et de la communication de Tagsys, entreprise basée à La Ciotat.

L’innovation ne cesse cependant pas. À Marseille, la jeune société Traxens, dont 20 % du capital appartient à la compagnie CMA-CGM, développe actuellement, en lien avec plusieurs laboratoires scientifiques, une solution permettant de digitaliser les contenus des conteneurs de fret. De quoi encore mieux faire « coïncider les flux de matière et les flux informatiques », selon les mots de Philippe de Matteis, directeur associé de l’agence marseillaise UrbanWave.


Moins cher que la RFID, le QR code et le datamatrix sont utilisés pour les produits à faible valeur ajoutée (photo Adents)
Moins cher que la RFID, le QR code et le datamatrix sont utilisés pour les produits à faible valeur ajoutée (photo Adents)





Jeudi 30 Mai 2013



Lu 733 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 26 Septembre 2017 - 16:38 Le Marseillais Marfret rachète le Normand Somap

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

« Dans le contexte actuel, les Méditerranéens font désordre »


avis d'expert

Vincent Giovannoni. Anthropologue, commissaire d'exposition au MuCEM.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF