Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


« Véolia manipule la communication sur la base d’un risque maximum »


shippax CFI
Maurice Perrin siège au Conseil de surveillance de la SNCM en qualité de représentant des actionnaires salariés qui détiennent 9% du capital. Délégué CFE-CGC de la compagnie, il siège également au comité d’entreprise.


            Partager Partager

« Véolia manipule la communication sur la base d’un risque maximum »
Pourquoi vous battez-vous contre le projet de retrait de Véolia Transdev de la SNCM ?
 
Maurice Perrin : Nous pouvons concevoir que Véolia Transdev veuille se défaire de la SNCM, mais pas en 2013, année de la préparation de la future délégation de service public. Ce n’est pas possible que Véolia Transdev se retire de la SNCM sans la position des deux autres actionnaires : l’Etat et les représentants des salariés. L’Etat qui détient 25% via la CGMF est en capacité de bloquer cette opération.
Selon nous, la remontée des parts au capital de Véolia Environnement (ndlr : cession des parts de Veolia Transdev à sa maison mère) signifie la liquidation. Véolia ne se cache pas de vouloir redimensionner la compagnie à seulement quatre cargos-mixtes. Les représentants de Véolia laissent entendre de manière ostensible qu’ils pourraient arrêter les lignes de Nice, Toulon et du Maghreb. Certes, ils ne l’ont pas écrit mais ils ne s’en sont pas cachés non plus.
Dans un rapport de gestion sur la SNCM, Veolia affirme que la compagnie représente un risque financier de 275 M€ en cas d’obligation de rembourser les aides d’Etat. Véolia manipule la communication sur la base d’un risque maximum. Véolia accentue le déficit.
 
Quel est le climat  au sein de l’entreprise ?
 
M.P : En mars 2012, les dirigeants de la SNCM proposaient de la vendre à 1€. Cela nous a causé un préjudice considérable et nous n’avons à nouveau été audible que depuis juillet  2012.

Renouvellement de six navires et plan de départs volontaires

Où en est le plan de renouvellement de la flotte de la SNCM ?
 
M.P : Le plan d’entreprise 2006-2010 approuvé par un vote du personnel prévoyait le renouvellement de la flotte à raison d’un navire tous les deux ans et demi. Sur cette période, seul le Monte Cinto a été remplacé par le Jean Nicoli en 2009.   

D’un programme de renouvellement  intégral, nous sommes passés au remplacement de huit navires puis six.

Au final, nous apprendrons qu’un plan a été validé en comité stratégique sous trois conditions : trouver des financements, une délégation de service public qui réponde aux objectifs du plan et un pacte social. Le plan prévoit également un plan de départs volontaires de 200 sédentaires et des gains de productivité à réaliser au sein des effectifs marins.

Lire l'ensemble du dossier
 

Jeudi 21 Mars 2013

Lu 1632 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.