Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Une inauguration dans le sang


Un véritable massacre accompagne l'inauguration de la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018. Les premiers bilans évoquent une quarantaine de civils palestiniens tués, 900 blessés dont 450 par balles.



Les manifestations se déroulent depuis plusieurs semaines. Les manifestants tentent de se protéger des snipers derrière des écrans de fumée. Photo DR.
Les manifestations se déroulent depuis plusieurs semaines. Les manifestants tentent de se protéger des snipers derrière des écrans de fumée. Photo DR.
ISRAËL. Pendant que la fille et le gendre de Donald Trump inaugurent la nouvelle ambassade des États-Unis, qui déménage de Tel Aviv à Jérusalem-Est, les snipers de l'armée israélienne tirent à balles réelles sur 35 000 manifestants palestiniens. Le bilan provisoire communiqué par les autorités gazaouies fait état d'une quarantaine de morts, dont un enfant de 14 ans, 900 blessés dont 450 par balles.

Ce que Donald Trump qualifie de « grand jour » et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de « jour historique » restera probablement gravé comme un massacre pour le reste du monde. Sur une douzaine de points chauds entre Israël et Gaza, des civils palestiniens tentent de franchir la frontière et tombent sous les balles de l'armée israélienne qui a reçu des ordres d'extrême fermeté.

En fin de matinée, le gouvernement palestinien basé en Cisjordanie occupée a accusé Israël de commettre un « horrible massacre » alors que Youssouf al-Mahmoud, porte-parole du gouvernement palestinien, demande « une intervention internationale immédiate pour stopper l'horrible massacre commis à Gaza par les forces occupantes israéliennes ».

Réprobation internationale

La décision prise par le président américain le 6 décembre de « reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël » a déjà fait des dizaines de morts et près de 2 000 blessés ces dernières semaines. Car pour les palestiniens, cela revient à les priver de Jérusalem-Est, qu'ils considèrent comme la capitale de leur futur État, et donc de la possibilité de devenir un jour une nation.

La quasi totalité de la communauté internationale, y compris des alliés des États-Unis comme la Grande Bretagne ou la France, avait mis en garde les États-Unis contre les conséquences de cette provocation. Les faits leur donnent aujourd'hui raison.

La communauté internationale commence à réagir. Pour Bekir Bozdag, le porte-parole du gouvernement turc, « l'administration américaine est autant responsable qu'Israël de ce massacre». La Ligue arabe a convoqué une réunion d'urgence pour le 16 mai alors que le roi du Maroc, Mohammed VI critique une « décision unilatérale qui s’oppose au droit international et aux décisions du Conseil du sécurité.

Le Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale demande à Israël de « mettre immédiatement fin à l'usage disproportionné de la force contre les manifestants palestiniens ». « Nous assistons à une violation abjecte du droit international et des droits de l’Homme à Gaza » dénonce Amnesty International.


Gérard Tur


Lundi 14 Mai 2018



Lu 1475 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA