Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Une boîte à outils pour mieux gérer l’environnement marin




MÉDITERRANÉE. La boîte à outils que développe le Plan Bleu doit aider les décideurs à construire des politiques qui s’adaptent aux réalités avant de produire des effets pervers. En ligne de mire, le « bon état écologique » marin.


            Partager Partager

Plutôt que des réponses toutes faites, une démarche adaptative.
Plutôt que des réponses toutes faites, une démarche adaptative.
Atteindre le « bon état écologique » du milieu marin constitue un défi pour tous les acteurs du pourtour méditerranéen. Mais comment y parvenir sans générer des crises insurmontables?

« Il est mieux admis dans les sociétés anglo-saxonnes qu’on apprenne, comme on dit « en marchant » alors qu’ailleurs, souvent, le politique se doit d’être infaillible » souligne Didier Sauzade, expert « écosystèmes marins » au Plan Bleu pour la Méditerranée.

Avec la plate-forme d’aide à la construction de politiques adaptatives c’est ainsi « la flexibilité des politiques environnementales qui est facilitée, pour des acteurs qui pourront rectifier le tir en fonction de l’évolution des situations ». 

Il s’agit d’une des réalisations phares du projet de recherche européen Perseus. en faveur d’une Méditerranée et d’une Mer Noire écologiquement saines.

Mobilisant 55 organismes partenaires et doté d’un budget de 17 M€, dont 13 par l’UE, PERSEUS vise à développer des résultats pour atteindre ce « bon état environnemental marin » d’ici 2020. 

 

Une « politique robuste » au bout des adaptations

Didier Sauzade : "une politique adaptative...robuste" (photo XDR)
Didier Sauzade : "une politique adaptative...robuste" (photo XDR)
La plate-forme AMP, ou Toolbox, propose cinq étapes de construction aux décideurs de politiques littorales et marines.

Ils y sont invités à planter le décor, et à mettre en relation les différents éléments clefs de la politique envisagée. Ils ont ensuite à repérer les incertitudes comme autant d’écueils sur la route du fameux bon état écologique marin. Enfin, ils peuvent choisir de façon participative la politique la plus pertinente, et la mettre en œuvre, sans oublier les indicateurs de suivi de son efficacité.
« Non assurés du résultat final, les décideurs auront grâce à cette démarche  établi une politique « robuste »,  capable d’évoluer au mieux en fonction des aléas », résume Didier Sauzade.
 
La politique la plus cohérente en la matière peut toujours entraîner des effets non désirés. Ainsi, par le passé, des mesures d’incitation économique pour  la modernisation de la flotte de pêche ont ainsi mis en péril des stocks déjà fragilisés, provoquant en cascade des répercussions négatives pour l’industrie de la pêche. Autant anticiper pour rester dans le cadre des objectifs fixés initialement.
 
La plate-forme AMP propose pour cela une batterie d’indicateurs, tant économiques et juridiques qu’environnementaux. Toutes les personnes concernées sont invitées à la tester  Les retours d’expériences nourriront les réflexions des porteurs de projets.

De test en test, ces derniers prédiront de plus en plus finement les effets de leurs décisions sur l’environnement marin, sans devoir payer le coût des expériences in situ ratées.


Vendredi 13 Février 2015


Lu 1371 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Mars 2018 - 15:01 La Méditerranée sous observation







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert

LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE