Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Une année record pour le tourisme au Liban

Tourisme en Méditerranée, bilan 2009 et perspectives



            Partager Partager

LIBAN. Avec 1,85 million de touristes, l'année 2009 aura sans aucun doute été une année exceptionnelle pour le pays des Cèdres, qui enregistre ainsi une hausse de 39% de sa fréquentation par rapport à 2008 et de 82% par rapport à 2007. Et les professionnels du tourisme ne comptent pas en rester là.

Dès le début de l'année, les chiffres du tourisme se sont avérés prometteurs, portés par une relative stabilité politique libanaise, après des années noires, comme en 2006, où la saison estivale avait connu une fin avortée, en raison de la guerre entre Israël et le Hezbollah, ou en 2008, où le pays avait connu des affrontements entre partis rivaux.

Par ailleurs, en 2009, le Liban, via sa capitale Beyrouth, a été adoubé par la presse internationale, comme "la" destination de l'année. Le New York Times avait ainsi classé Beyrouth comme "première destination mondiale en 2009", alors que le prestigieux guide Lonely Planet la plaçait deuxième sur les dix villes "à voir".

Si la stabilité du pays se confirme, Beyrouth pourrait bien retrouver sa place de "Paris du Moyen-Orient" qu'elle occupait avant la guerre civile de 1975, selon plusieurs observateurs. Pour mémoire, le Liban avait obtenu son précédent record en matière de tourisme en 1974, avec 1,4 M de touristes!

Parmi les atouts qui en font une destination de choix, le fait que le Liban regroupe sur son territoire exigu (300 km de côtes) de nombreuses attractions, comme la proximité mer-montagne en moins d'une heure de route, portées par un secteur des services très dynamique et innovant. Le pays possède également sur son territoire de nombreux sites archéologiques prestigieux, comme ceux de Baalbeck ou de Byblos.

Les Arabes du Golfe d'abord

Byblos, à 30 km au nord de Beyrouth, attire de nombreux visiteurs grâce à son site archéologique et son port accueillant. (photo CC-ZeNahla)
Byblos, à 30 km au nord de Beyrouth, attire de nombreux visiteurs grâce à son site archéologique et son port accueillant. (photo CC-ZeNahla)
La fréquentation hôtelière a également été bonne en 2009. Une étude rendue publique par le consultant international Deloitte, estime à 71,2% le taux d'occupation moyen des hôtels à Beyrouth au cours des 11 premiers de 2009, soit +33% par rapport à 2008. Une belle performance au regard des chiffres enregistrés dans la région, où le taux d'occupation des hôtels a accusé une baisse de 10,1% fin novembre 2009, toujours selon le rapport Deloitte.

Les chiffres avancés par la directrice générale du ministère du Tourisme, Nada Sardouk, sont moindres. Elle a indiqué que le taux d'occupation hôtelière, sur l'ensemble du territoire et toutes catégories confondues, s'est élevé à 39,1% en 2009. Les hôtels 5 étoiles sont en tête, avec 46,1% d'occupation,suivis par les deux étoiles avec 43,6%, quatre étoiles (39,9%) et enfin par les trois étoiles (26,8%). 


Parmi les nationalités les plus présentes en 2009, ce sont encore une fois les Arabes du Golfe qui sont en tête, avec 42% du total des touristes, la première place étant détenue par les Saoudiens (17%). Les Européens constituent eux 25% des touristes venus au Liban en 2009. Dans cette catégorie, les Français sont les plus attirés par les charmes levantins (14,5%).

Côté dépenses touristiques, les Saoudiens emportent la palme, selon le rapport hebdomadaire de la Byblos Bank, Lebanon this week. En effet, la société Global Refund a relevé que les touristes saoudiens ont constitué 22% des dépenses totales, suivis à 12% par les Koweïtiens, émiratis (11%), égyptiens et syriens (7% chacun). Sans surprise, c'est à Beyrouth que se sont concentrés la majeure partie des dépenses (81%).

3000 chambres à réaliser à Beyrouth

Fort de ces excellents résultats, les professionnels du tourisme libanais ne comptent pas s'arrêter là.
Le tout nouveau ministre du Tourisme, Fadi Abboud, souhaite dynamiser ce secteur et ce, dans l'ensemble du pays, et pas seulement sur Beyrouth.

L'enjeu est de taille, puisque le tourisme représente 9% du PIB du pays.

L'amélioration du secteur devrait sans doute passer par l'augmentation de sa capacité hôtelière, qui est de 7000 chambres actuellement à Beyrouth. Pierre Achkar, qui préside le syndicat des hôteliers, indiquait récemment qu'il faudrait que le pays se dote de 3000 lits supplémentaires dans les trois ans. Ce qui devrait être possible, avec l'installation de plusieurs grandes chaînes internationales.  Le Four Seasons, le Gray Campbell ou encore un nouvel hôtel Rotana ont ouvert leurs portes récemment.

Parmi les autres pistes pour dynamiser le secteur, celle de la suppression des visas touristiques pour le Liban, souhaitées par Nada Sardouk, ou encore l'amélioration de la formation du personnel ou de l'organisation de l'accueil.

Quoi qu'il en soit, les professionnels du secteur augurent déjà d'une bonne année 2010, si rien ne vient perturber la stabilité relative du pays.

Lire aussi notre dossier complet : Tourisme en Méditerranée, bilan 2009 et perspectives


Jeudi 28 Janvier 2010

Lu 9320 fois




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 1 Février 2010 - 17:51 Le tourisme tunisien tente une montée en gamme


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE