Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Un tiers des raffineries italiennes menacées de fermeture


Rédigé le Mercredi 3 Février 2010 à 09:45 | Lu 3004 commentaire(s)


La raffinerie de Gela, une des 5 raffineries italiennes menacées de fermeture - photo dr
La raffinerie de Gela, une des 5 raffineries italiennes menacées de fermeture - photo dr

ITALIE. L'Union Pétrolière Italienne, qui regroupe les principales entreprises du raffinage et de la distribution de carburant, tire la sonnette d’alarme.

 

Ce 2 février 2010, lors de la présentation du bilan 2009 du secteur, son président, Pasquale De Vita a indiqué que « 4 à 5 des 16 raffineries transalpines » étaient menacées de fermeture à cause de la chute de la consommation de produits pétroliers.



 

L’Union qui estime à 1 md€ le montant des pertes cumulées du secteur en 2009 précise que les sites menacés sont les raffineries de Livourne (nord-ouest), Pantano, près de Rome (centre-ouest), toutes deux en quête d’un repreneur, de Falconara, près d’Ancone (centre-est) et celles de Tarante (sud) et de Gela (côte sud de la Sicile) qui ont cessé provisoirement leur activité, faute de demande.

 

Chaque raffinerie faisant travailler « en moyenne 1.500 salariés directs et indirects », de telles fermetures pourraient laisser sur le carreau « près de 7.500 emplois », a affirmé M. De Vita.




Consommation en chute libre et contraintes environnementales

La consommation de produits pétroliers a dégringolé de 4,9% l’an dernier dans la botte, observe l'Union dans son rapport sur 2009 et « les exportations qui représentaient au cours des années précédentes une possibilité de rééquilibrer sont aussi en forte contraction ».


 

Conséquence, le taux d'utilisation des raffineries italiennes a baissé en 2009 à 82% contre une moyenne de 95% sur la période 2005-2008.

 

En cinq ans, le raffinage italien a vu sa capacité de traitement « réduite de 85 à 60 millions de tonnes », se désolent les professionnels.


Les raffineries transalpines subissent de plein fouet la concurrence de leurs homologues des pays du Moyen Orient « dont les coûts sont plus bas » car ces dernières « ne sont pas soumises aux obligations de réduction des émissions polluantes imposées par l’Union européenne », se plaint l’Union. 





Lire aussi :
< >

Lundi 6 Décembre 2021 - 14:25 EssilorLuxottica clos l'achat de GrandVision

Vendredi 3 Décembre 2021 - 15:10 Beneteau renforce sa présence au Portugal