Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Un avion EgyptAir disparaît en plein vol


Un avion EgyptAir reliant Paris au Caire s’est volatilisé des écrans de contrôle dans la nuit de mercredi 18 à jeudi 19 mai 2016. Si la thèse de l'attentat est confirmé, il s'agit d'un nouveau coup dur pour le tourisme.


            Partager Partager

L'avion Egyptair reliait la France à L'Egypte. Photo DR
L'avion Egyptair reliait la France à L'Egypte. Photo DR
EGYPTE. Un Airbus A320 de la compagnie EgyptAir a disparu des écrans de contrôle dans la nuit de mercredi 18 à jeudi 19 mai 2016. À son bord, 66 personnes dont 10 membres d’équipage, 15 Français et 30 Égyptiens, un Portugais, un Algérien. Selon l’AFP, qui cite une source portuaire, l’avion se serait écrasé au niveau de l’île grecque de Kharpathos. 
 
Une fois dans l’espace aérien égyptien, l’avion a cessé d’émettre vers 2h30 du matin (heure locale). Il ne lui restait que 45 minutes pour arriver à sa destination (250 km). 
A plus de 11 000 mètres d’altitude, l’avion aurait lancé un signal de détresse automatique dix minutes avant de disparaître, capté par l'armée selon EgyptAir. 
 
Mais l’armée égyptienne assure le contraire. « Les Forces armées égyptiennes affirment qu'elles n'ont reçu aucun message de détresse en provenance de ce vol » explique son porte-parole sur son compte Facebook. 
 
Les recherches se sont mises en place du côté égyptien avec des appareils et des navires aussi bien civils que militaires, dans l’espoir de retrouver l’avion et d'éventuels survivants. La Grèce participe à ses recherches. La France a déployé une cellule de crise à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle d’où est parti l’avion. 
 
Cette disparition intervient alors que le pays connaît depuis le coup d'Etat du général Abdel Fattah al-Sissi de nombreux attentats terroristes. L’État islamique a notamment revendiqué le crash d’un avion russe dans le Sinaï le 31 octobre 2015, avec à son bord 224 personnes.

Le tourisme moribond

Les touristes désertent l'Egypte. (photo MCA).
Les touristes désertent l'Egypte. (photo MCA).
L'insécurité mine l'économie du pays. En avril 2016, Adla Ragab, conseillère du ministère du tourisme égyptien déclarait à Reuters que le pays avait enregistré une baisse de 66% de ses revenus liés au tourisme au premier trimestre 2016 (445 M€), par rapport à la même période en 2015 (1,35 mds€). Le nombre de touristes est passé de 2,2 à 1,2 millions dans le même temps. 
 
Le secteur du tourisme égyptien a perdu plus de 1,3 mds $ depuis la destruction de l'avion russe. Le nombre de touristes est passé de 2010 à 2015 de 15 à 9,3 millions, soit une baisse de 30%. En terme de revenus, le chiffre d'affaires du secteur chute de 15% en 2015 (5,6 mds €). 1,3 million d'Égyptiens vivent du tourisme. 

Les gouvernements de nombreux pays conseillent à leurs ressortissants d'éviter l'Égypte, beaucoup de tour opérateur et de compagnies aériennes ne programment plus cette destination, victimes de taux d'occupation inférieurs à 40%, les hôtels ferment par dizaines... et surtout les attentats se poursuivent. Bref, rien n'indique une amélioration de la situation. 
 
Pourtant, contredisant l'actualité, l'OMT (organisation mondiale du tourisme) vient de se prononcer début mai en faveur de la levée des restrictions dans les domaines du transport et du tourisme en Égypte. Le fait que l'Égypte assure la présidence du Conseil exécutif de l'OMT explique sans doute cet optimisme. En mars 2016, le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai, clamait sa « confiance en ce qui concerne la reprise du tourisme dans ce pays ». « L'Égypte a pris des initiatives résolues en matière de communication sur les questions de sûreté et de sécurité auprès des autorités compétentes et de l'opinion publique des marchés émetteurs : elle s'est assurée le soutien des compagnies aériennes et des voyagistes et a su stimuler la demande. Je suis persuadé que ces interventions porteront leurs fruits, en rétablissant la confiance et en accélérant la reprise du tourisme à destination de l'Égypte ». 
 
En dépit de ces assurances, l’instabilité politique et la peur du terrorisme ne poussent pas les touristes à revenir sur le sol égyptien. Le site d’Assouan par exemple ne retrouve pas son attrait auprès des visiteurs, et de nombreux bateaux de croisière ont arrêté la remontée du Nil.

La France également visée

La France et l'Egypte ont signé plusieurs contrats d'armement (photo DCNS).
La France et l'Egypte ont signé plusieurs contrats d'armement (photo DCNS).
La France semble également visée dans ce probable attentat. Les deux pays sont très engagés dans la lutte contre le terrorisme. Ils collaborent aux niveaux économique et militaire. La France fait partir des cinq premiers partenaires de l'Égypte, avec un total de plus 2,5 mds € d'investissements. Les sociétés françaises (Vinci, EDF, Bouygues) y remportent de nombreux appels d'offres.
 
Ces deux dernières années, l'Égypte a acheté à la France 24 Rafale, six navires de guerre, des missiles. D'autres contrats très importants sont en cours de négociation. L'Égypte pourrait de nouveau acheter 1,2 mds € de matériel militaire à la France. Le pays est le troisième client de la France dans ce domaine.

Ludivine Tur
Jeudi 19 Mai 2016

Lu 1347 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.