Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Un ancien ambassadeur de France à Alger parle de momification du pouvoir en Algérie



            Partager Partager

Le président Bouteflika pourrait se présenter pour un cinquième mandat (photo : F.Dubessy)
Le président Bouteflika pourrait se présenter pour un cinquième mandat (photo : F.Dubessy)
ALGÉRIE / FRANCE. Alors que des rumeurs bruissent à Alger sur une annonce déterminante à venir dans le mois, un ancien diplomate français jette le trouble. Dans un entretien accordé au Figaro le 20 septembre 2018, Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France à Alger, indique : "le président Bouteflika, avec tout le respect que j'éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement." Des propos réitérés quelques jours plus tard dans l'Obs, "soyons clair, je souhaite longue vie au président Bouteflika: je ne suggère donc pas qu'on le débranche. Mais cette momification du pouvoir algérien sert certains groupes qui, ainsi, se maintiennent au sommet et espèrent continuer à s'enrichir", souligne l'ancien patron de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure) de 2013 à 2017.

Le quotidien algérien El Watan, qui se dit surprit par l'absence de réponse officielle du gouvernement algérien, parle d'une déclaration "peu diplomate (qui) laisse présager un refroidissement dans les relations entre Alger et Paris." Reste que l'ambassadeur actuel à Alger, Xavier Driencourt, se désolidarise arguant, dans les colonnes du quotidien Liberté, que Bernard Bajolet, "n'engage en aucun cas, je dis bien en aucun cas, le gouvernement, le président et l'administration française."

Le ministre algérien des Moudjahidines (anciens combattants), Tayeb Zitouni, sur les ondes de la chaîne El Bilad, souligne lui, "nous dérangeons par notre indépendance car nous l'avons acquise de nos mains. Nous dérangeons car nous avons vaincu le terrorisme tous seul". Avant de qualifier les déclarations de Bernard Bajolet d'"erronées" et affirme qu'il est "tenu au devoir de réserve."

Djamel Ould Abbes, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), le parti du président, est encore plus critique : "Bernard Bajolet n'est qu'un petit barbouze (...) Ce n'est pas un diplomate, mais un petit mercenaire (...) Le président Bouteflika est au septième ciel alors que lui se trouve au fond d'un puits."

Victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013, Abdelaziz Bouteflika (81 ans) pourrait se présenter, dans six mois, pour un cinquième mandat laissent entendre ses proches ainsi que le patronat algérien.


Mardi 2 Octobre 2018

Lu 1538 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Avril 2019 - 11:02 L’Égypte s'enfonce dans la dictature

Mardi 23 Avril 2019 - 17:21 Le Maroc change d'heure le temps du ramadan


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE