Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Un accord entre Benyamin Nétanyahou et Benny Gantz scelle la fin d'une longue crise politique en Israël



            Partager Partager

Benyamin Netanyahou va diriger un gouvernement d'union national destiné à mieux lutter contre le coronavirus (photo : Kabi Gideon /GPO)
Benyamin Netanyahou va diriger un gouvernement d'union national destiné à mieux lutter contre le coronavirus (photo : Kabi Gideon /GPO)
ISRAEL. Nouveau rebondissement en Israël avec la décision, lundi 20 avril 2020 au soir, de Benny Gantz d'accepter de signer avec Benyamin Netanyahou un accord pour un "gouvernement d'urgence national". Ce paraphe met fin à un an d'instabilité politique dans ce pays et évite aux Israéliens de retourner aux urnes. Un précédent échec des négociations, et alors que Benny Gantz avait accepté un partage de pouvoir avec son rival,  ne laissait plus que deux choix au président de la République Reuven Rivlin : trouver un autre homme capable de former une équipe ou convoquer à des quatrièmes législatives en un peu plus d'un an. Finalement, les discussions ont pu reprendre entre les deux hommes forts du pays et enfin déboucher sur du concret.

"Nous avons préservé la démocratie. Nous allons nous battre contre le coronavirus et prendre soin des citoyens israéliens", lance le numéro un du parti centriste Bleu Blanc. Benny Gantz laisse donc le Premier ministre sortant garder le pouvoir au nom de la lutte contre la pandémie (13 883 cas confirmés et 181 décès au 21 avril 2020 au matin selon le CSSE de la Johns Hopkins University) et malgré ses démêlés avec la justice avec trois inculpations principalement pour corruption. Du moins pendant dix-huit mois (jusqu'à fin septembre 2021) comme le prévoit le texte négocié. Puisque Benny Gantz devrait prendre la suite pour terminer le mandat. Pour l'instant, il devient vice-premier ministre ou Premier ministre par intérim selon les différentes terminologies ainsi que ministre de la Défense (voir plus bas).

32 puis 36 ministres dans le gouvernement d'urgence national

La plupart des journaux israéliens, comme les anciens alliés d'un homme qui vilipendait son désormais partenaire et était seul à pouvoir remettre en cause sa suprématie sur le pays, parlent de capitulation et même de reniements. Le numéro un de Bleu Blanc a en effet cédé sur tout le programme auparavant honni de son désormais ex-rival : De l'annexion de la Vallée de Jourdain - qui pourrait être prononcée à partir du 1er juillet 2020 - à loi soulignant le caractère juif de l'Etat d'Israël, en passant par le droit de veto accordé à Benyamin Netanyahou sur la désignation des hauts magistrats et la mise en place du plan de paix israélo-palestinien de Donald Trump. Benny Gantz devra aussi renoncer au poste de président de la Knesset, prime pourtant de son précédent renoncement au poste de Premier ministre, et sans doute le laisser revenir à un homme du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahou. Mais pas, un point de l'accord le stipule, à Yuli Edelstein son prédécesseur qui avait un temps refusé de quitter son poste malgré l'injonction de la Cour suprême de justice.

Reste à former ce "gouvernement d'urgence national", une coalition hétéroclite de trente-six ministres (32 jusqu'à la fin de la crise du coronavirus) et seize vice-ministres. Selon la presse locale, Bleu Blanc et ses alliés prendront les maroquins de la Défense (Benny Gantz), de la Justice (Avi Nissenkorn), des Affaires étrangères (Gabi Ashkenazi), de l'Economie, des Médias et de la Culture. Le Likoud disposera des portefeuilles des Finances, de la Santé, des Transports, de l'Education, de la Sécurité publique et du Logement et de la Construction.

Durant six mois, aucune législation sans rapport avec la lutte contre le Covid-19 ne pourra être adoptée sans l'accord des deux "Premier ministres". Pendant cette période, toutes les nominations aux postes de haut niveau du gouvernement seront gelées.

La rédaction
Mardi 21 Avril 2020

Lu 2141 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)
Grand angle

Covid-19 : L'Europe et l'après-crise économique déclenchée par la pandémie

Henry Marty-Gauquié, membre du groupe d'analyse JFC Conseil




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.