Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Tunisie : la baisse du tourisme impacte d’autres pans de l’économie

Tourisme en Méditerranée, bilan 2015


Le secteur touristique a subi de lourdes pertes depuis les attentats du Bardo et de Sousse qui ont fait une soixantaine de morts en mars et juin dernier. Par ricochet, des centaines de milliers d’emplois indirects sont aujourd’hui menacés : aussi bien dans l’artisanat que l’agriculture.


            Partager Partager

Les hôtels restent vides en Tunisie. Photo FD
Les hôtels restent vides en Tunisie. Photo FD
TUNISIE. Fin novembre 2015, Salma Elloumi, ministre tunisienne du tourisme, annonçait que 4,6 millions de touristes étaient venus en Tunisie. Ils devraient être 5 millions d'ici à la fin de l'année contre 6 millions en 2014.

Si les touristes algériens se trouvent en progression de 16%, le nombre d’entrées d’Européens (principalement les Italiens, Espagnols et Français) a officiellement baissé de 50% de janvier à octobre 2015 par rapport à la même période l'an dernier. Principale explication, sur les 600 000 croisiéristes programmés pour 2015, seuls 22 000 ont finalement débarqués en Tunisie.

Les hôtels ne tourneraient qu’à 40% de leurs capacités. Le secteur a été fortement touché par les attaques du Bardo et de Sousse dont les victimes étaient principalement des étrangers.  « La situation est très morose. Les taux d’occupation ne dépassent pas 20% » de la capacité hôtelière du pays, a récemment déclaré le président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie, Radhouane Ben Salah, à la radio Mosaïque FM. 

Des mesures en faveur du secteur touristique

Il aura fallu attendre l’attentat de Sousse, trois mois après l’attaque du musée du Bardo, pour que le ministère du tourisme annonce des mesures d’urgence pour aider le secteur. La plupart visent à aider directement les structures touristiques. Il a été décidé de leur accorder des crédits exceptionnels (remboursables sur sept ans) pour financer leurs activités pour 2015 et 2016. Le remboursement de leurs prêts pourra être reporté et rééchelonné, tout comme les créances fiscales des institutions touristiques ainsi que celles contractées auprès des compagnie de gaz, d’électricité et d’eau,  la STEG et la SONEDE.

Le ministère promet en outre une prise charge par l’État de la CNSS (couverture sociale) des employés sur six mois renouvelables, ainsi qu’une prime de 200 dinars (90 euros) par mois pour ceux qui subissent un chômage technique.

D’autres mesures annoncées visent directement les touristes : annulation du timbre fiscal de 30 dinars (une quinzaine d’euros) imposé aux étrangers qui quittent le territoire, réductions des tarifs de transports pour les tunisiens résidant à l’étranger, facilitation de visas pour les investisseurs de Chine, Inde, Iran ou encore de Jordanie.

Conséquences sur les emplois indirects

Lire aussi notre dossier spécial  Tourisme en Méditerranée, bilan 2015

Le tourisme représenterait 7 à 10% du PIB, bien plus en terme d’activités indirectes. Rien n’a été prévu pour venir en aide aux autres corps de métiers liés au secteur, qui voient eux aussi leurs revenus chuter et leur activité parfois presque paralysée.

C’est le cas notamment des artisans et des vendeurs d’articles de souvenirs de la médina de Tunis, des banlieues chics de la capitale comme Gammarth et Sidi Bousaïd, ou bien des zones touristiques de Djerba, Zarzis, Sousse ou Hammamet. Selon le ministère du tourisme et de l’artisanat un conseil ministériel sera prochainement organisé à ce sujet. 

Les chauffeurs de taxi sont également en première ligne. « Nous ne travaillons plus depuis l’attentat de Sousse », confie Kamel, 56 ans, au volant de son taxi jaune. Ce père de famille avait l’habitude depuis 30 ans d’attendre les touristes près des hôtels de Gammarth. Il dit avoir perdu 80% de ses clients. « Avec le loyer, les charges et un salaire en baisse de 50%, c’est très difficile », explique-t-il. Optimiste il espère tout de même que les visiteurs étrangers reviendront mais se dit conscient que cela « prendra du temps ».

Le secteur agricole touché de plein fouet

L'agriculture souffre directement de la baisse du tourisme. Photo F.Dubessy
L'agriculture souffre directement de la baisse du tourisme. Photo F.Dubessy
D’autres activités plus lointaines sont aussi fortement touchées comme l’agriculture. Selon le syndicat Utap (Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche), les pertes dans le secteur étaient estimées à plus de 450 millions de dinars (230 millions d’euros) à la mi-août, depuis le dernier attentat du 26 juin. Le prix des pastèques, aurait baissé de moitié, passant de 250 millimes à 120 millimes le kilo (de 110 à 50 centimes d’euros), celui des melons de 700 à 200 millimes (30 à 9 centimes d’euros), soit une baisse de 71%. Le prix des tomates destinées à la consommation a dégringolé de 60% passant de 500 millimes (20 centimes d’euros) le kilo avant l'acte terroriste à 200 millimes (9 centimes d’euros) après.

Mohamed Moustapha s’occupe de quinze hectares de culture maraichère dans une propriété qui en compte 200 au Nord de Tunis. Après la révolution, l’activité était plutôt prospère dit-il, à la faveur notamment de la forte demande libyenne. Mais cet été, les prix de vente ont soudainement chuté après l’attaque de Sousse. Ses potirons sont passés d’une moyenne d’un dinars à 350 millimes (50 à 15 centimes d’euros), ses melons vendus à 650 milimes le kilo (30 centimes d’euros) ont vu leur prix divisé par 2,5 dès le lendemain de l’attaque, assure-t-il. Aucune aide ne lui a été proposée.  

« D’habitude les hôtels consomment beaucoup de fruits et légumes mais ce marché a disparu. Nous craignons de pas pas pouvoir votre la totalité de notre production cette année. C’est incroyable. Cela ne nous était jamais arrivé d’être en surplus de production ».  Il s’attend à un déficit et entrevoit déjà d’autres conséquences : « Je ne vais pas agrandir, ni investir, ni créer des emplois ». Exporter ? Il n’y songe pas : « C’est un parcours du combattant, surtout pour des denrées périssables ».

Le seul geste de solidarité vis à vis du secteur agricole est venu de l’Union Européenne. Elle a augmenté le volume d’exports d’huile d’olive tunisienne exempté de droits de douanes.


Vendredi 4 Décembre 2015

Lu 1934 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Février 2016 - 10:10 Le Portugal bat des records en matière de tourisme


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.