Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


TuNur veut brancher l'Europe au soleil du désert tunisien


Grâce à la technologie de tours avec stockage (CSP), le projet TuNur veut développer une usine pour livrer à l'Europe jusqu'à 4,5 GW d'électricité solaire produite dans le désert tunisien. Les promoteurs attendent le feu vert du gouvernement tunisien et espèrent débuter leurs travaux en 2019.


            Partager Partager

Le projet TuNur se déroulera en trois phases (carte : TuNur)
Le projet TuNur se déroulera en trois phases (carte : TuNur)
TUNISIE. 4,5 gigawatts (GW) d'électricité solaire produite en Tunisie et exportée en Europe. Tel est le projet TuNur porté par TuNur limited, une société détenue principalement par le développeur de centrales solaires, le londonien Nur Energie, la franco-tunisienne Glory Clean Energy et la maltaise Zammit Group.

"La mission de l'entreprise est de promouvoir la diversification des approvisionnements en énergie en Europe en ouvrant de nouvelles routes énergétiques entre l'Afrique du Nord et l'Europe. Les projets seront construits pour le transport de l'énergie solaire abondante à faible émission de carbone du désert du Sahara vers le réseau européen, tout en contribuant de manière significative à la croissance, à l'emploi et à la sécurité énergétique en Afrique du Nord", précise Jana Zarges, associée à Nur Energie, à econostrum.info.

TuNur bénéficiera d'une développement en trois phases. La première vise à implanter une tour CSP (Concentrated Solar Power - Centrale solaire thermique à concentration) de 250 megawatt (MW) avec stockage de sel fondu à Rjim Maatoug (gouvernorat de Kébili) dans le désert du sud tunisien. Une ligne de transmission de 250 MW HVDC (High voltage direct current - courant continu haute tension) dédiée partirait de ce site pour, à travers la Tunisie et sous la Méditerranée, déboucher à Malte. Une première ligne terrestre de 400 km relierait l'usine à la cote Nord de la Tunisie. Puis, un câble sous-marin entre 400 et 500 km rejoindrait Malte.

De l'île méditerranéenne, cette électricité à faible émission de carbone partirait, à raison de 1 000 GWh par an, vers les acheteurs en Europe continentale en utilisant l'interconnexion prévue d'ici 2021 entre Malte et la Sicile.

Une extension vers la France

Jana Zarges, associée à Nur Energie, espère un début des travaux en 2019 (photo : DR)
Jana Zarges, associée à Nur Energie, espère un début des travaux en 2019 (photo : DR)
La seconde étape consiste en la création, sur 10 000 hectares, d'une usine de 2 250 MW CSP (dix-huit tours de 125 MW CSP) avec stockage de sel fondu sur le même site tunisien. Une ligne dédiée de 2 000 MW HVDC traversera la mer Tyrrhénienne pour débarquer au Nord de Rome. Là encore, une liaison terrestre de 450 km sera nécessaire et complétée par un câble sous-marin de 600 km. De la capitale italienne, 9 000 GWh par an (4 500 à partir de 2022/2023 et 4 500 à partir de 2023/2024) seront disponibles pour le continent européen.

Un troisième volet - encore en cours d'études de faisabilité - prévoit une extension du projet grâce à une interconnexion de 2 000 MW vers la France.

"TuNur ouvre un nouveau couloir énergétique pour le transport des énergies renouvelables d'Afrique du Nord vers l'UE. Les corridors pour le transport de combustibles fossiles (par exemple le gaz en provenance d'Algérie et de Russie) existent déjà, de sorte que le passage à des sources d'énergie plus durables appelle à ouvrir le marché de l'énergie aux importations d'électricité renouvelable. Cela permettrait également aux producteurs d'utiliser des sources renouvelables où elles sont les plus abondantes et ainsi augmenter l'efficacité globale du système", souligne l'associée de Nur Energie. Une partie de l'énergie produite sera disponible pour la consommation locale et nationale.

5 mrds$ d'investissement et 20 000 emplois

Le dossier de demande d'autorisation se trouve désormais, et ce depuis fin juillet 2017, au ministère tunisien de l'Energie, des Mines et des Energies renouvelables. Tout juste nommé ministre le 6 septembre 2017, Khaled Kaddour le trouvera sur son bureau.

"Nous avons maintenant présenté notre proposition au gouvernement tunisien et nous espérons obtenir toutes les approbations d'ici la fin de 2018, ce qui nous permettra de boucler l'aspect financier et de commencer la construction en 2019 ", commente Jana Zarges. Elle s'avoue optimiste arguant que "le pays cherche activement l'investissement étranger et le développement industriel pour soutenir la création d'emplois et favoriser le développement socio-économique."

Or, le projet TuNur, selon ses promoteurs, dépasse les 5 mrds$ (4,14 mrds€) d'investissements et pourrait générer plus de 20 000 emplois directs et indirects spécifiquement dans les régions intérieures les moins développées. TuNur favorisera également "l'implantation de nouvelles entreprises dans des secteurs tels que la fabrication de miroirs, les structures en acier, les composants ainsi que les fournisseurs de service", appuie Jana Zarges. Sans compter que la Tunisie disposerait d'une expertise en CSP lui permettant de créer ses propres usines pour la consommation domestique.


Vendredi 8 Septembre 2017

Lu 3718 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.