Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Toujours pas d'accord entre Israël et le Liban pour se partager des champs gaziers


Rédigé par Gérard Tur le Jeudi 12 Novembre 2020 | Lu 1208 commentaire(s)


Les négociations se tiennent à Naqoura, siège de la Finul (photo : NNA)
Les négociations se tiennent à Naqoura, siège de la Finul (photo : NNA)
ISRAËL / LIBAN. Le troisième round des négociations entre Israël et le Liban concernant leurs frontières maritimes n'a rien donné. Organisées mercredi 11 novembre 2020 dans la ville frontalière du sud Liban de Naqoura (siège de la Finul), sous l'égide de l'ONU et des États-Unis, ces négociations doivent théoriquement permettre de faire baisser la tension qui règne entre le Liban et Israël au sujet de l'exploitation des énormes gisements de gaz offshore de la région.

Lors des deux premières réunions (14 et 28/29 octobre 2020), les discussions entre les deux pays toujours en guerre portaient sur une zone contestée de 860 km², où le Liban a déjà signé en 2018 avec ENI, Total et Novatek un contrat d’exploration.
Pour le troisième round, le Liban a rajouté une partie du champ gazier de Karish, soit un site de 1 430 km² déjà exploité par Israël, pour arriver au total à une zone économique exclusive revendiquée de 2 290 km².

Comme la Grèce, Chypre, la Turquie, l’Égypte et Israël, le Liban demande sa part du gigantesque gâteau gazier que constitue le plateau sous marin de Méditerranée orientale.

Une quatrième réunion doit se tenir le 2 décembre 2020.