Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Tanger Med ne se contente pas du transbordement


Rédigé par Gérard Tur, à TANGER le Mercredi 21 Novembre 2012 | Lu 2621 commentaire(s)

Crise économique mondiale, nouvelle direction, Tanger Med a vécu une année 2012 de transition. La montée en puissance de l'usine Renault et la livraison d'infrastructures de premier plan lui ouvrent de grandes perspectives.


Le trafic conteneurs devrait se stabiliser en 2012. Photo G Tur.
Le trafic conteneurs devrait se stabiliser en 2012. Photo G Tur.
MAROC. Tanger Med devra probablement se contenter pour 2012 d'une stabilité globale de ses trafics, avec sans doute moins de 30 millions de tonnes ( 26,98 MT en 2011, 23 MT en 2010) opérées. Le premier port marocain traitera en 2012 un peu plus de 2 millions de conteneurs, 160 000 camions (+ 10%), plus de 2 millions de passagers (+ 10%). Une année de transition après les conflits sociaux de 2011. Nous sommes loin des +67% du trafic roulier et des + 51,4% du trafic passager en 2011. La crise, mais aussi les déboires financiers de la compagnie maritime marocaine Comanav-Comarit, expliquent en partie ce ralentissement de croissance.

L'équipe dirigeante de l'Agence Spéciale Tanger Med, en charge de la gestion du port, a entièrement changé. Avec pour commencer un nouveau président du directoire de TMSA en 2011, puis un nouveau président du conseil de surveillance en juin 2012 avec l'arrivée de Mohamed Hassad, ancien ministre des Travaux publics. Les têtes continuent de tomber avec la nomination fin octobre 2012 de Najlaa Diouri au poste de directrice générale.
 

Il faut dire que les plus hautes autorités marocaines suivent de très près Tanger Med. Conçu à ses débuts comme un port de transbordement, il a nécessité 7,5 mrds € de travaux d'infrastructures, financés à parité par les secteurs publics et privés. Le port se divise en deux parties, Tanger Med I et Tanger Med II.


Un port pivot

Tanger Med voit grand au niveau infrastructures comme des équipements. Photo G Tur.
Tanger Med voit grand au niveau infrastructures comme des équipements. Photo G Tur.
En service depuis 2007, Tanger Med I et ses 1 600 mètres de linéaires de quais abritent deux terminaux à conteneurs opérés par APM (Maersk) et Eurogate (Contship Italia, MSC, CMA CGM, Comanav). APM a opéré 1,1 million de conteneurs en 2011, Eurogate 900 000.

Tanger Med I possède également un terminal ferroviaire à conteneurs, un terminal passagers roulier, un terminal car carrier de 20 hectares (dont 13 réservés à Renault), un terminal hydrocarbure livré en 2012 et un terminal vrac/marchandises diverses.

Tanger Med dispose de toutes les cartes en main pour devenir un port pivot. Situé sur la route Est Ouest (Chine Europe États-Unis) des porte-conteneurs géants, il permet à ces bateaux mère de débarquer leurs conteneurs sur des navires plus petits qui desservent des lignes en direction de l'Afrique de l'ouest et de l'Amérique Latine. L'ouverture à quelques kilomètres d'une usine Renault-Nissan lui permet de se spécialiser dans le trafic automobile. Enfin, la proximité de l'Espagne (14 km) lui assure un trafic passagers et remorques très important. Ce glissement vers des activités plus classiques s'accompagne par la construction d'importantes infrastructures : ligne TGV, autoroute, zone logistique...
 

Mais la crise a considérablement ralenti les projets marocains. Ainsi, Tanger Med II théoriquement opérationnel en 2012 reste à construire. Les deux concessionnaires prévus ont fait machine arrière. Un des deux terminaux à conteneur a finalement trouvé un concessionnaire, le marocain Marsa Maroc. Fort d'une capacité de deux millions de boîtes, il devrait opérer ses premier navires fin 2014. Les travaux sur le second terminal n'ont pas commencé.











Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook