Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info





Solidarité mitigée en Méditerranée pour le numéro post-attentat de Charlie Hebdo


Tiré finalement à cinq millions d'exemplaires, le dernier numéro de Charlie Hebdo a été diffusé dans vingt-cinq pays. En dehors de l'hexagone, peu de médias méditerranéens ont relayé les nouvelles caricatures de l'édition des survivants. Deux journaux, un Italien et un Turc, ont publié dans leur langue cette édition, d'autres ont repris seulement quelques dessins.


            Partager Partager

La Une du "numéro des survivants"
La Une du "numéro des survivants"
MÉDITERRANÉE. D'abord annoncé à un million, puis à trois millions, le tirage sera finalement de cinq millions d'exemplaires (contre 20 000 à 50 000 habituellement avant le drame). Le dernier numéro de Charlie Hebdo, baptisé par ses rédacteurs "le journal des survivants", a été diffusé dans vingt-cinq pays et traduit dans plusieurs langues. Il est ainsi disponible en version numérique en Anglais, Espagnol et Arabe et sera distribué en  version papier et langue locale en Italie avec le quotidien "Il Fatto quotidiano" et en Turquie avec le journal Cumhuriyet.

Entièrement réalisé par l'équipe du journal satirique français, donc sans apport de dessinateurs extérieurs comme le laissait suggérer la rumeur, ce numéro 1178 a été élaboré dans les locaux du quotidien Libération qui l'héberge. Il paraît exactement une semaine après l'attentat du mercredi 7 janvier 2015 qui a fauché une partie de sa rédaction. Cette édition hautement symbolique, montrant que le journal continue à vivre, restera en vente pendant deux semaines. Le réseau de distribution ayant accepté de travailler gratuitement, toute la recette du premier million d'exemplaires ira à Charlie Hebdo (3€ par numéro) ce qui devrait pérenniser le titre en très grande difficultés financières avant le drame.

La Une choque en Egypte

Pages intérieures du nouveau Charlie Hebdo
Pages intérieures du nouveau Charlie Hebdo
En France, les 27 000 points de vente disposent du journal contre 20 000 habituellement. Enfin, disposaient. Car, dès 7h00 du matin, tous se sont arrachés provoquant des ruptures de stock. Faute d'en avoir reçu suffisamment, certains kiosques à Marseille, comme dans plusieurs autres villes de l'hexagone, n'ont pas pu servir tous les clients même ceux qui avaient pourtant réservé le numéro ... Un réapprovisionnement quotidien est prévu jusqu'au 19 janvier 2015.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) appellent dans un communiqué la communauté musulmane "à garder son calme en évitant les réactions émotives ou incongrues incompatibles avec sa dignité et sa réserve, tout en respectant la liberté d'opinion."

Hors de l'hexagone, où normalement seuls 4 000 exemplaires sont vendus, ce seront au moins 300 000 journaux qui viendront garnir les kiosques de presse.

La couverture, dévoilée lundi 12 janvier 2015 au soir après le bouclage, a été la première à susciter des avis mitigés. Elle montre Mahomet tenant une pancarte "Je suis Charlie" et comme titre "Tout est pardonné". Sitôt connu, ce dessin de Luz a fait réagir au Caire, le grand mufti d'Égypte, Chaouki Allam. Celui qui avait qualifié de "terroriste" l'attaque de Charlie Hebdo juge que "ce numéro va soulever une nouvelle vague de haine dans la société française et la société occidentale en général, et ce que fait le magazine ne milite pas pour la coexistence ou le dialogue entre les civilisations... Il s'agit d'une provocation injustifiée à l'encontre des sentiments des musulmans à travers le monde." Chaoukli Allam parle même d'"acte raciste." Dar al-ifta, instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, comme la mosquée Al-Azhar, principale autorité de l'islam sunnite basée en Égypte, suivent le même discours. Al-Azhar, qui avait qualifié d'"acte criminel" l'assassinat des caricaturistes, indique dans un communiqué que cette couverture "ne sert pas la coexistence pacifique entre les peuples et entrave l'intégration des musulmans dans les sociétés européennes et occidentales."
Au Maroc, le président de la chambre des Représentants s'est officiellement ému de cette Une pointant "les attaques offensantes de Charlie Hebdo envers les musulmans au nom de la liberté d'expression."

Aucun pays du Maghreb ne diffuse Charlie Hebdo

Charlie Hebdo poursuit son humour noir
Charlie Hebdo poursuit son humour noir
Les autorités au Maghreb s'avèrent unanimes : Pas de Charlie Hebdo sur leur territoire. Ainsi, ni l'Algérie, ni le Maroc (qui vient d'interdire le péplum Exodus de Ridley Scott car il remet en cause la religion d'Etat), ni la Tunisie ne diffuseront, pas plus qu'avant le drame, le journal satirique.

Il n'est plus disponible en Tunisie depuis "février ou mars 2011", affirme un responsable du service commercial de la Sotupress, entreprise en charge des distributions et importations de la presse étrangère. Une décision prise au lendemain de la révolution, sous la présidence intérimaire de Fouad Mebaza. Ce responsable de la Sotupress affirme que cette décision relève "de raisons politiques et religieuses", à cause des troubles causés par les caricatures du journal dans le monde musulman, "sur ordre ministériel". 

Contacté par téléphone, une responsable de la cellule dédiée à l'époque à la presse au sein de la présidence du gouvernement dément.  Démenti également de l'attaché de presse du ministère de l'information et de la communication. 
Dans une interview au site d'information Webdo, le directeur général de la Sotupress, Mohamed Sellami, assure "qu'il n'y a pas de retour à la censure" tout en précisant que "personne n'intervient dans (ses) décisions".
A noter que l'attaque des locaux de Charlie Hebdo a été fermement condamnée par le parti d'opposition islamiste Ennahda, le chef du gouvernement Mehdi Jomaa, le président Beji Caïd Essebsi et de nombreuses associations tunisiennes. 

A Oran, le Conseil scientifique relevant du ministère algérien des Affaires religieuses appelait à Oran, "à ne pas verser dans la provocation au nom de la liberté d'expression...Il faut cesser d'affecter et d'outrager les sentiments religieux au nom de la liberté d'expression."

Au Maroc, qui n'a jamais diffusé le journal satirique, il reste indésirable. "En France, la liberté d'expression, c'est quand ça les arrange. Pour les autres, c'est tout de suite de l'antisémitisme..." entendait-on à un point de vente.

Israël et Turquie relaient les caricatures

Les carricatures du dernier numéro de Charlie Hebdo reprises dans le journal israélien Maariv
Les carricatures du dernier numéro de Charlie Hebdo reprises dans le journal israélien Maariv
La société des Messageries du Moyen-Orient au Liban précise à L'Orient-Le Jour qu'aucun Charlie Hebdo ne sera distribué au Liban. "Nous n'avons pas le titre dans nos commandes. Nous avons contacté l'éditeur de l'hebdomadaire, mais celui-ci n'avait aucun numéro prévu à l'export à destination de Beyrouth... Seules quelques personnes ont contacté leurs libraires afin de commander un numéro" souligne ce responsable dans les colonnes de notre confrère.

Qu’ils soient à gauche ou à droite, les trois principaux quotidiens nationaux israéliens Haaretz, Yedihioth et Maariv publient mercredi 14 Janvier 2015, par solidarité, la couverture et  plusieurs caricatures, du numéro réalisé par les "survivants" de Charlie Hebdo.
Ils y consacrent d'une demi-page à une page. Les textes accompagnant les caricatures humoristiques ont été traduits en hébreu.
 

Publiera, publiera pas ? Le quotidien turc Cumhuriyet a finalement fait le choix de publier un insert de quatre pages dans son édition de mercredi 14 janvier 2015. Il reproduit une partie du dernier numéro de Charlie Hebdo. Le vieux quotidien kémaliste a cependant évité de publier les dessins trop crus ou les reproductions du prophète. Même si deux chroniqueurs ont eux choisi, dans le même numéro, de reproduire la « une » de Charlie – et donc le prophète – dans la colonne du journal qui leur est réservée.

La publication de cet encart n'a pas été simple. Mardi 13 janvier 2015 dans la nuit, des policiers sont intervenus à l'imprimerie du journal pour s'assurer que les caricatures du prophète Mahomet n'avaient pas été publiées dans l'encart consacré à Charlie Hebdo. Et, le lendemain matin, des policiers se trouvent toujours en faction devant les bureaux du journal. Les forces de l'ordre font face à des manifestants regroupés pour protester contre la publication de cette sélection de textes et de dessins.


Les journaux européens peu solidaires de Charlie

La sortie de l'hebdomadaire d'information satirique à la « une » des journaux espagnols (Photo F. Matéo)
La sortie de l'hebdomadaire d'information satirique à la « une » des journaux espagnols (Photo F. Matéo)
En Europe, les mobilisations des médias autour de l'événement restent rares.
Distribué dans toute l'Italie avec le quotidien romain indépendant Il Fatto Quotidiano, Charlie Hebdo a conquis la péninsule depuis trois jours. La sortie de cet hebdo figuraient à la une de la presse et des sites. Mardi 13 janvier 2015, le quotidien milanais publiait plusieurs vignettes de Charlie Hebdo, à travers les réseaux sociaux les caricatures des dessinateurs assassines courent sur la toile. Mercredi 14 janvier 2015,  les exemplaires étaient épuisés en kiosque aux environs de 8 heures. Les Italiens avaient en partie réservé depuis quatre jours. 

Charlie Hebdo n'était pas encore dans les kiosques espagnols mercredi 14 janvier 2015. Le journal arrive traditionnellement en Espagne au lendemain de sa parution en France. Mais, l'hebdomadaire d’information satirique occupait quand même une bonne place sur les devantures des marchands de journaux. D'abord sur les « unes » des quotidiens espagnols, comme en témoigne notamment celle du journal très conservateur « La Razon », qui reproduit sur quatre colonnes un dessin de Tignous. Avec en plus une vignette de la « une » du jour de Charlie Hebdo.

Cette image du Prophète avec la mention « Tout est pardonné » est reprise aujourd’hui dans les pages intérieurs de toute la presse généraliste espagnole.

El Pais a choisi de son côté d'afficher sa solidarité en publiant intégralement deux pages extraites du site de Charlie Hebdo, où l'édition de la semaine a été traduite en espagnol. Le premier quotidien d'Espagne consacre également sa « Une » aux confrères français, photo et dessin à l'appui des deux grands titres : « Valls déclare que la France est en guerre contre le djihadisme », et « El Pais, avec Charlie Hebdo ».


En Croatie, aucun journal ne reprend les caricatures. Mais, le quotidien Vecernji List interrompait mercredi 14 janvier 2015 toute transmission d'infos sur son site Internet entre 11h30 et 12h "en mémoire du massacre à Charlie Hebdo et pour montrer ce que serait le monde sans média."

Marianne subit aussi la censure au Maghreb

En marge de cette sortie, le dernier numéro du journal français Marianne, avec en couverture un dessin de Tignous, assassiné dans la salle de rédaction de Charlie Hebdo, a été interdit "pour offense à Allah et Mahomet" en Algérie, Maroc et Tunisie. La caricature montrait le doigt d'Allah appuyant sur la tête d'un islamiste armé et lui disant "Allah est assez grand pour défendre Mahomet tout seul... compris ?"  Le quotidien arabophone algérien El Khabar commente ainsi dans ses colonnes cette interdiction : " Marianne a décidé de se solidariser avec les journalistes tués mais ne s’est pas contenté de condamner le crime. En se moquant d’Allah et du prophète Mohamed, le journal a décidé d’éteindre le feu en ajoutant de l’essence comme si on pouvait continuer à provoquer les musulmans ! »


Lire aussi :Notre confrère Charlie-Hebdo victime d'une attaque terroriste à Paris

L'attaque de Charlie Hebdo fait des vagues en Méditerranée


L'édition turque de Charlie Hebdo dans Cumhuriyet Gazetesi
L'édition turque de Charlie Hebdo dans Cumhuriyet Gazetesi



Frédéric Dubessy, avec les correspondants d'econostrum.info
Mercredi 14 Janvier 2015

Lu 3051 fois




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Septembre 2019 - 14:39 Leboncoin rachète l'Argus de l'automobile



1.Posté par Hic Velibi le 15/01/2015 10:27
Irresponsable Charlie Hebdo ?
Plutôt irrévérencieux, si on considère qu'être responsable, c'est répondre.
Il est peut-être temps de calmer le jeu en lisant cet article consistant et plutôt percutant de Frédéric Lordon (http://blog.mondediplo.net/2015-01-13-Charlie-a-tout-prix) dont on peut se demander ce qu'il veut dire in fine par "l'histoire réelle"...

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

réflexion


Pour des modèles économiques innovants et soucieux du développement durable

Abdelmajid Iraqui, vice-président CGEM Rabat-Salé-Kénitra
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.