Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Soixante-et-un prétendants pour la première élection présidentielle en Libye




La Haute commission électorale libyenne doit encore valider les différentes candidatures à la présidentielle (photo : HNEC)
La Haute commission électorale libyenne doit encore valider les différentes candidatures à la présidentielle (photo : HNEC)
LIBYE. Un fauteuil pour... soixante-et-un. Soixante-et-un, c'est le nombre de prétendants ayant officiellement déposés, à dimanche 21 novembre 2021 au soir, un dossier de candidature pour devenir le premier président de la Libye auprès de l'un des trois bureaux électoraux, un par région, habilités à les recevoir : Tripoli (Tripolitaine), Benghazi (Cyrénaïque) et Sebha (Fezzan).

Le nombre pourrait encore progresser (Actualisation : elles étaient de 75 lundi 22 novembre 2021 à midi), puisque la Haute commission électorale nationale (HNEC) a fixé au lundi 22 novembre 2021 au soir la date limite du dépôt des candidatures . La HNEC a cependant précisé que tous ne bénéficieraient pas forcément d'un bulletin lors du vote prévu le 24 décembre 2021. Elle parle d'"acceptation préliminaire et non définitive." Les dossiers vont, notamment, passer sous les fourches caudines du Procureur général, de l'Agence d'enquête criminelle et de l'Administration générale des passeports et de la nationalité pour voir si les candidats respectent les critères exigés par la nouvelle loi électorale.

Tout s'est emballé dans la journée de dimanche 21 novembre 2021 puisque la veille au soir les candidats n'étaient que trente.
Parmi eux, de nombreux inconnus et des personnages beaucoup plus réputés internationalement. C'est le cas notamment d'Abdelhamid Dbeibah, premier ministre par intérim, qui peut porter sa candidature grâce à un artifice. Actuellement en exercice, il ne répond pas à une exigence du code électoral : celle d'avoir quitté ses fonctions officielles depuis au mois trois mois avant le scrutin. Sauf qu'Abdelhamid Dbeibah, s'il continue à expédier les affaires courantes comme le montre son agenda, a été destitué le 21 septembre 2021 par une motion de censure (contestée) émanant du Parlement de Tobrouk situé à l'Ouest. Reste à savoir quelle analyse en fera la HNEC.

Autre candidature problématique, celle de Saif al-Islam Kadhafi. Le second fils de l'ancien "Guide" est toujours recherché par la Cour pénale internationale pour "crimes contre l'humanité". Quand au maréchal Khalifa Haftar, sa présence dans la course ne doit qu'à une modification du code électoral publiée par le Parlement de l'Est qui le soutient et autorisant les militaires à devenir Président. 
Le président du Parlement de Tobrouk, Aguila Saleh Issa, l'ex-ministre de l'Intérieur Fatih Ali Benchaga, se trouvent également en lice.

Un climat peu propice à l'organisation d'une élection

L'élection présidentielle va se dérouler dans un pays se relevant tout juste de deux guerres civiles. La première avait mené à la chute et à l'assassinat de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. La seconde (2014-2021) opposait les djihadistes à l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar soutenue par le Parlement de l'Est, l'Égypte et les Émirats arabes unis. Puis cette même ANL au Gouvernement d'accord national (GNA) basé à Tripoli mis en place par la communauté internationale et appuyé militairement par la Turquie. Cette dernière vient de s'achever par un cessez-le-feu permanent signé fin octobre 2020.

Le pays reste fragile et les divisions entre l'Est et l'Ouest persistent. S'ajoutent la présence de forces étrangères qui, malgré les nombreuses injonctions notamment de l'Onu, demeurent dans le pays. Composées majoritairement de l'armée turque - un accord signé entre l'ancien gouvernement et Ankara a permis de sauver Tripoli promis à tomber entre les mains du maréchal Khalifa Haftar - et de mercenaires du groupe russe Wagner, ils seraient près de 20 000 sur place. Plusieurs villes, dont Misrata, Zaouïa, Gharian, Zintan ou encore Khoms, s'opposent à la tenue du scrutin en fermant leurs bureaux de vote et/ou en appelant au boycott.

Un climat peu propice à la tenue d'élections dans un mois.

2,83 millions d'électeurs appelés aux urnes

Il faudra donc bien encadrer le vote. L'Onu s'y est engagée et les participants à la Conférence internationale pour la Libye (Paris, le 12 novembre 2021) ont paraphé une déclaration nette à ce sujet : "Nous demandons instamment à tous les acteurs et à tous les candidats libyens de respecter leurs engagements concernant la tenue des élections le 24 décembre 2021, de s’engager publiquement à respecter les droits de leurs opposants politiques avant, pendant et après les élections, d’accepter les résultats d’élections libres, régulières et ouvertes à tous, et de s’engager à respecter le code de conduite préparé par la HNEC".
Imad al-Sayeh, président du Conseil d'administration de la HNEC, a promis de "tout faire pour que ces élections soient libres et honnêtes" tout en appellant les électeurs à "assumer leurs responsabilités et à se conformer aux lois électorales."

Dimanche 21 novembre 2021, Luis Miguel Bueno précisait que l'Union européenne avait adopté un cadre juridique permettant d'imposer des sanctions aux personnes ou aux entités voulant entraver ou compromettre les élections. Le porte-parole de l'UE pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord s'est dit "prêt à mobiliser toutes (ses) ressources pour accompagner la Libye dans ce processus complexe." Il reprécise d'ailleurs que la résolution du conflit ne peut être que "politique, à travers un processus inclusif appartenant et dirigé par les Libyens pour restaurer la souveraineté et le territoire de la Libye."

Le 24 décembre 2021, 2,83 millions d'électeurs (ils ont dû s'inscrire sur une plate-forme en ligne pour obtenir leur carte) sur environ 7 millions d'habitants que compte le pays, pourront se rendre aux urnes.

Liste des candidats au 21 novembre 2021 au soir publiée
par la Haute commission des élections nationales (HNEC)


  • Abdul Hakim Ali Bayou
  • Saif al-Islam Muammar Gaddafi
  • Asaad Mohsen Zhio
  • Fayyad Ayyad Hamza
  • Sanusi Abd al-Salam Al-Senussi
  • Muhammad Ahmad Al-Mazoughi
  • Abdullah Ahmad Naker
  • Fathi Hamad bin Shatwan
  • Khalifa Belqasim Haftar
  • Abd al-Hakim Daou Zamouna
  • Ali Zidan
  • Muhammad Ahmad al-Sharif
  • Muhammad Ali al-Sharif
  • Arif Ali al-Nayed
  • Ahmed Omar Maiteeq
  • Othman Abdel
  • Jalil-Abdul Salam Younes Rahiel
  • Fathi Bashagha
  • Muhammad Khaled Al-Ghaweel
  • Marwan Omeish
  • Abdul Hakim Akshim
  • Ismail Al-Shteiwi
  • Osama Khairallah Muhammad
  • Aqila Saleh
  • Dow Abdullah AbuDawiya
  • Ali Bashir Al-Zweik
  • Bashir Saleh Al-Sharqawi
  • Al-Mabrouk Muhammad AbuAmid
  • Abdul-Majid Saif Al-Nasr
  • Muhammad Al-Hadi Al-Hatwash
  • Khalifa Saleh Saeed Mohammed
  • Boussef Atwair Bousef Ali
  • Mohamed Abdel Latif Al Muntasir
  • Abdel Aziz Abdel Hamid Al Khoja
  • Abdel Hafez Abdel Hamid Kaddour
  • Mustafa Ali Al Majdoub
  • Abdel Rahim Al Mabrouk Halloum
  • Abdul-Wahhab Abu Bakr Milad
  • Muhammad Abd al-Salam al-Jadidi
  • Omar al-Hassi
  • Sharif al-Wafi
  • Othman Muhammed al-Nikaa
  • Hamad Hassan Buruweq
  • Ibrahim Oraibi
  • Adel Muhammad al-Lafi
  • Hatem al-Kour
  • Ali al-Issawi
  • Yusef Shakouna
  • Khalifa al-Ghaweel
  • Nuri Abu Sahmin
  • Khaled Shakshak
  • Mounir Sassi Khalifa
  • Anwar Al-Ashouri
  • Adel Al-Zarrouk
  • Abdul Hadi Al-Hawij
  • Mahmoud Khalifa Al-Talisi
  • Mounir Sassi Khalifa
  • Osama Abdel-Majid Talish
  • Abdel Salam Muhammad Khamis
  • Abdel Hamid Al-Dabaiba
  • Mosaddeq Habrara


Lundi 22 Novembre 2021

Lu 918 fois




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 29 Novembre 2021 - 11:54 Les dépenses en R&D chutent d'1 mrd€ dans l'UE


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



grand angle

DES TALENTS AU SERVICE D'UNE NOUVELLE ÉCONOMIE


Les IDE de plus en plus sensibles aux ODD


Grand angle






Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.