Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Situation politique très critique en Catalogne


Les dés sont désormais jetés après la fin de l'ultimatum de Madrid. Le gouvernement espagnol va activer l'article 155 de la Constitution qui prévoit la suspension de l'autonomie de la Catalogne. Paradoxalement, pour celle qui se voulait République face à un Royaume, la situation empire.



La barque catalane s'apprête à subir le tsunami de la suspension de son autonomie (photo : F.Dubessy)
La barque catalane s'apprête à subir le tsunami de la suspension de son autonomie (photo : F.Dubessy)
ESPAGNE. Jeudi 19 octobre 2017 10h. L'ultimatum du gouvernement espagnol à Carles Puigdemont vient de s'achever. Le président de la région de Catalogne a encore répondu de façon alambiqué à la question de Mariano Rajoy pourtant claire :  "la Catalogne a-t-elle déclaré l'indépendance". Il a indiqué quelques minutes avant la fin du délai que le Parlement pourrait voter une déclaration formelle d'indépendance en cas de persistance de Madrid à refuser le dialogue.

La veille, le premier ministre espagnol indiquait qu'il n'y aura pas de nouveau délai : "La seule chose que je demande à M.Puigdemont est qu'il agisse de bon sens et équilibre". Soraya Saenz, numéro deux du gouvernement, précisait même qu'en cas de silence ou de réponse positive, "M.Puigdemont provoquera l'application de  l'article 155 de la Constitution."

Ce texte prévoit tout simplement la suspension de l'autonomie d'une région et donc le retour aux manettes du pouvoir du gouvernement espagnol. Le dernier a l'avoir prononcé s'appelle Francisco Franco. En 1934, le Caudillo réagissait à la proclamation d'un Etat catalan de la république fédérale espagnole. C'est dire le traumatisme que subirait le peuple catalan et le parallèle peu flatteur pour le gouvernement espagnol.

Les dés sont désormais jetés et ils ne sont plus pipés. Un Conseil des ministres extraordinaire va se réunir samedi 21 octobre 2017 et devrait activer la procédure de l'article 155.

La situation empire en Catalogne

Carles Puigdemont a tenté plusieurs fois de biaiser depuis la victoire à 90% du "oui" à l'indépendance lors d'un scrutin illégal du 1er octobre 2017 (43% de participation).  D'abord en repoussant de plus d'une semaine le vote au Parlement catalan de cette indépendance. Puis, en la faisant voter le 10 octobre 2017 par ses partisans à l'assemblée avant quelques minutes plus tard de la suspendre. Enfin, en retournant la fin du premier ultimatum le 16 octobre 2017 par une invitation au dialogue avec Mariano Rajoy en lui laissant deux mois. Il n'avait alors récolté qu'un délai supplémentaire qui vient donc de s'achever.

Entre les deux, la Catalogne a beaucoup bougé. Manifestations d'anti-indépendantistes à Barcelone, transfert de siège social en dehors de la région d'une centaine d'entreprises, incarcération des présidents des deux principales associations séparatistes - accusés de sédition - entraînant de nouvelles manifestations, cette fois de Catalans favorables à une scission avec Madrid, jugement du chef de la police catalane pour également sédition (laissé libre sous contrôle judiciaire), immense banderole dans les tribunes du Camp Nou pour réclamer le dialogue lors d'un match de football en Ligue des Champions du FC Barcelone mercredi 18 octobre 2017 au soir... Paradoxalement, pour celle qui se voulait république face à un Royaume, la situation empire. La Catalogne s'attend à des lendemains très difficiles.




Jeudi 19 Octobre 2017



Lu 1587 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

L’Egypte de Sissi : un retour sur l’échiquier international ? (Partie 2)


avis d'expert

Roland Lombardi, analyste au groupe JFC Conseil, consultant indépendant en géopolitique et chercheur associé à l'IREMAM à Aix-en-Provence


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA