Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Serbie et Kosovo condamnés à s'entendre avant d'entrer dans l'UE



            Partager Partager

Le Parlement européen votera les deux résolutions en avril 2017 à Strasbourg (photo : A.Jousset)
Le Parlement européen votera les deux résolutions en avril 2017 à Strasbourg (photo : A.Jousset)
SERBIE / KOSOVO. Si le Parlement européen reconnaît "les récents progrès dans la normalisation de leurs relations", ses députés réclament dans deux résolutions distinctes "davantage d'engagement et une volonté politique soutenue pour atteindre cet objectif, condition de leur adhésion à l'UE".

Mardi 28 février 2017, à cinquante-cinq voix pour, deux contre et deux abstentions, les élus européens se sont félicités de l'ouverture en 2016 de plusieurs chapitres concernant l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne. Ils soulignent les efforts consacrés à la création d'emplois, le renforcement de la compétitivité et de la stimulation de la croissance, mais insistent sur la nécessité de renforcer l'état de droit. Les députés visent notamment la corruption et le crime organisé qualifiés d'"obstacle au développement démocratique, social et économique du pays".
Autre point essentiel : la nécessité pour Belgrade d'aligner sa politique étrangère sur celle de l'Union européenne, y compris sa politique vis-à-vis de la Russie.

Cinq États membres ne reconnaissent toujours par le Kosovo

Les eurodéputés constate également que "l'avenir d'un Kosovo indépendant réside dans l'Union européenne". Pristina marque des points en préparant la libéralisation des visas et en s'engageant sur la ratification de l'accord de démarcation de la frontière avec le Monténégro et la poursuite des cas de haut niveau de corruption et de crime organisé. Le pays se rapproche de plus en plus de Bruxelles depuis l'entrée en vigueur, au 1er avril 2016, de l'accord de stabilisation et d'association UE-Kosovo. .

Le Parlement européen se veut néanmoins plus exigeant. Ses élus "expriment leur inquiétude face à la polarisation extrême et persistante du paysage politique, regrettent la lenteur des efforts déployés par le Kosovo pour ériger une capacité administrative adéquate et efficace et condamnent les violentes perturbations de ces efforts au cours de la première moitié de 2016 dans le pays".

Dans ce contexte, le Parlement européen indique que cinq pays de l'Union européenne n'ont toujours pas reconnu le Kosovo. "La ratification par tous les États membres renforcerait la crédibilité de l'UE en matière de politique extérieure et contribuerait à normaliser les relations entre le Kosovo et la Serbie" notent les rapporteurs de cette motion retenue par quarante voix pour, douze contre et cinq abstentions.

Indépendant depuis le 17 février 2008 et revendiquée par la Serbie, la moitié des pays de la planète n'ont toujours pas reconnu le Kosovo et le considère encore comme une province de la Serbie. Parmi eux, figurent donc cinq États membres : la Roumanie, Chypre, l'Espagne, la Grèce et la Slovaquie.

La Chambre, réunie en plénière, votera ces deux résolutions à Strasbourg lors de la session d'avril.

Lire aussi :Le Monténégro frappe de plus en plus fort à la porte de l'UE

Eric Apim

Mardi 28 Février 2017

Lu 3229 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss