Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Selon la Cnuced, la lutte contre les flux financiers en Afrique pourraient faire gagner 89 mrds$ par an



            Partager Partager

Les flux financiers illégaux nuisent au développement du continent africain (photo: Banque mondiale/Dominic Chavez)
Les flux financiers illégaux nuisent au développement du continent africain (photo: Banque mondiale/Dominic Chavez)
AFRIQUE. Selon le rapport 2020 de la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) sur le développement en Afrique, la lutte contre la fuite des capitaux et les flux financiers illicites (FFI) dans ce continent pourrait générer de nouveaux fonds pour répondre à la crise de la Covid-19. Mais aussi renforcer la résilience future des économies africaines.

Rendu public lundi 28 septembre 2020, ce document estime que les pays africains devront réunir au moins 200 mrds$ (171 mrds€) pour répondre aux coût économiques et sociaux de la pandémie, en plus des dépenses de santé d'urgence. Or, 88,6 mrds$ (75,9 mrds€) par an quitteraient le continent africain sous forme de fuite illicite de capitaux (richesses envoyées et détenues à l'étranger) dont 40 mrds$ (34,2 mrds€) liés à l'exportation de produits extractifs. Une somme équivalente à 3,7% du Produit intérieur brut (PIB) de l'Afrique. 88,6 mrds$ c'est également, peu ou prou, l'addition des 48 mrds$ (41,1 mrds€) des entrées annuelles totales d'aide publique au développement et des 54 mrds$ (46,2 mrds€) d'investissements étrangers directs (IDE) annuels reçus par les pays africains (moyenne pour la période 2013-2015).

De 2000 à 2015, le total des FFI a atteint 836 mrds$. Un nombre à rapprocher des 770 mrds$ (659,6 mrds€) du stock total de la dette extérieure de l'Afrique en 2018.

9,6 mrds$ perdus au profit des paradis fiscaux

"Ces flux financiers illicites comprennent la fuite des capitaux, les pratiques fiscales et commerciales illicites comme la facturation erronée des envois commerciaux et les activités criminelles telles que les marchés illégaux, la corruption ou le vol", précise le rapport. Selon Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la Cnuced, ils "privent l'Afrique et ses habitants de leurs perspectives, sapant la transparence et la responsabilité et érodant la confiance dans les institutions africaines."

Le document constate également que dans les pays africains où les FFI sont élevés, les gouvernements dépensent 25% de moins pour la santé et 58% de moins pour l'éducation que dans les pays où ils sont faibles.

L'Afrique aurait perdu 9,6 mrds$ (8,2 mrds€) au profit des paradis fiscaux, soit 2,5% du total des recettes fiscales.

"Les solutions au problème doivent passer par une coopération fiscale internationale et des mesures de lutte contre la corruption. La communauté internationale devrait consacrer davantage de ressources à la lutte contre les FFI, notamment en renforçant les capacités des autorités fiscales et douanières des pays en développement", conclut le rapport.

Lire le rapport complet

Mardi 29 Septembre 2020

Lu 560 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


RÉFLEXION

Le droit au blasphème, le Coran et la jurisprudence exégétique

Sami Bibi, universitaire et chercheur auprès du réseau international Politique Economique et Pauvreté (PEP) de l'Université Laval (Québec-Canada)
Grand angle

Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.