Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Sauver les écosystèmes côtiers


La Tunisie et la France organisent les 3 et 4 octobre à Bizerte une conférence sur « la dégradation des écosystèmes côtiers face aux changements globaux ». Les enjeux sont de taille car la montée du niveau des océans s'accélère, menaçant de nombreuses villes.


            Partager Partager

Sauver les écosystèmes côtiers
 >>> En savoir plus
 
 

Le front de mer, avenue Mira à Alger. Photo DR
Le front de mer, avenue Mira à Alger. Photo DR
Selon le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), la montée du niveau des océans pourrait atteindre 20 centimètres en 2030, 80 cm d'ici la fin du siècle. Le GIEC classe la Méditerranée comme l'une des principales victimes de la montée de eaux et de l'érosion des côtes. Il considère l’Afrique du Nord comme la deuxième zone la plus vulnérable aux risques climatiques à l’échelle mondiale. Sur les vingt métropoles côtières menacées, dix sont bordées par la Méditerranée.
 
L'érosion vient de la hausse des températures, de l'urbanisation galopante et du tourisme de masse. Elle frappera les pays du sud comme du nord de la Méditerranée car nombre d'entre eux concentrent leur population, leurs infrastructures économiques sur leurs côtes. Ainsi le littoral grec abrite 90% des activités économiques du pays. Les zones sableuses (un tiers de la Méditerranée occidentale), les deltas (du Rhône, de l’Ebre, du Nil), les lagunes sont particulièrement exposés. Disparition de sites touristiques et d’infrastructures, salinisation de terres agricoles, le coût total de l’érosion des côtes égyptiennes pourrait dépasser 6% du PIB.

Le littoral recule

La zone du lac de Tunis est particulièrement exposée. Photo DR.
La zone du lac de Tunis est particulièrement exposée. Photo DR.
La moitié des côtes méditerranéennes subit déjà une forte érosion qui fait disparaître une île grecque par an, qui ronge des villes comme Alexandrie, Casablanca ou Tunis. La baisse de débit du Rhône et l'urbanisation provoquent un recul du littoral du Languedoc-Roussillon ou encore de l’Émilie-Romagne, sur la mer Adriatique.

Les solutions les plus utilisées pour combattre le recul du trait de côte consistent à ériger des défenses côtières en élevant des protections, à recharger les côtes en sable, ou à faciliter le transport des sédiments. Avec des résultats très limités. L'adaptation des lois sur le littoral semble inéluctable, mais les législateurs se heurtent au sud comme au nord de la Méditerranée à de fortes résistances de la population et de différents lobbies (immobilier, tourisme...).

Les zones humides d'une importance cruciale

Sauver les écosystèmes côtiers
L'AViTeM participera à la conférence de Bizerte. Dans le cadre du projet européen Medseaties (2013-2016) l’Agence des Villes et Territoires Méditerranéens Durables a participé à la mise en place de systèmes de gouvernance et d'outils innovants pour une meilleure gestion intégrée des zones côtières en Méditerranée (Italie, Grèce, Liban, Jordanie). « Nous avons expérimenté des projets pilotes associant acteurs publics locaux, internationaux, des entreprises, des universités et la société civile » explique Candice le Tourneur, responsable du pôle coopération à l'Avitem ».

Les zones humides en particulier sont d’une importance cruciale pour atténuer les effets du changement climatique. Elle peuvent être considérées comme des solutions basées sur la nature. Elles sont souvent utilisées à des fins de loisir, mais apparaissent également fondamentales pour la séquestration de gaz à effet de serre, la rétention de contaminants, la protection côtière, la régularisation du niveau des eaux souterraines et de l’humidité du sol, la régularisation des inondations, le soutien à la biodiversité. En collaboration avec le Plan Bleu, l’Avitem a déposé en 2018 un projet dans le cadre de l’Instrument Européen de Voisinage qui vise à définir une Stratégie de Gestion Intégrée des Zones Humides Côtières dans quatre zones pilotes, dont le Gouvernorat de Bizerte en Tunisie, en lien avec le WWF et l’Institut National des Sciences et Technologies de la Mer tunisien.

Jeudi 20 Septembre 2018

Gérard Tur

Lu 2768 fois











RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss