Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Sanofi cède le Marocain Maphar à Eurapharma


Rédigé par le Jeudi 1 Juin 2017 | Lu 4839 commentaire(s)


Maphar dispose d'un site industriel à Casablanca (photo : Maphar)
Maphar dispose d'un site industriel à Casablanca (photo : Maphar)
FRANCE / MAROC. Les entreprises françaises Sanofi et Eurapharma signent un accord de partenariat pour accélérer le développement des activités de Maphar (filiale de Sanofi) sur les marchés marocain et africain. Selon le communiqué, publié jeudi 1er juin sur le site de Sanofi Maroc, il entre en vigueur en juin 2017.

Filiale du groupe CFAO spécialisée dans la production et la distribution de médicaments en Afrique, Eurapharma (1,25 mrd€ de chiffre d'affaires en 2016) va entrer à hauteur de 51% dans le capital de Maphar alors que Sanofi conservera 49% des parts. Cet accord s'accompagne également d'une coopération renforcée entre Eurapharma, Sanofi Maroc et Maphar et d'un important plan d'investissement sur les marchés marocain et africain dont le montant n'est pas précisé.

Disposant d'un site industriel à Casablanca (Zenata), le Marocain Maphar enregistre, fabrique, conditionne et distribue des médicaments, de la parapharmacie et des produits diététiques sous formes sèche (comprimés, gélules, sachets) et liquide.

Sanofi est présent depuis plus de cinquante ans au Maroc avec deux filiales : Maphar (1,29 milliard de dirhams - 117,92 M€) et Sanofi-Aventis Maroc (1,03 milliard de dirhams - 94,2 M€ - de chiffre d'affaires en 2016) qui reste propriété à 100% de Sanofi.
Le groupe français est le numéro un du marché pharmaceutique marocain avec respectivement 9,2% (Sanofi-Aventis Maroc) et 9% (Maphar) de parts de marché.




Lire aussi :
< >

Lundi 6 Décembre 2021 - 14:25 EssilorLuxottica clos l'achat de GrandVision

Vendredi 3 Décembre 2021 - 15:10 Beneteau renforce sa présence au Portugal








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook