Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Saïf al-Islam Kadhafi se porterait candidat à la présidence libyenne


Après une entrevue à Moscou avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères en charge de l'Afrique, deux membres du bureau politique du fils cadet de Kadhafi ont présenté son programme basé sur la réconciliation. Des proches suggèrent qu'il se présentera aux futures élections dont la date n'est pas encore fixée, après avoir été plusieurs fois reportée.


            Partager Partager

Saif al-Islam Kadhafi veut reprendre l'oeuvre de son père (photo : DR)
Saif al-Islam Kadhafi veut reprendre l'oeuvre de son père (photo : DR)
LIBYE. Un Kadhafi pourrait en cacher un autre. Libéré en juin 2017 de la prison de Zintan (nord du pays) où il se trouvait incarcéré depuis 2011 après la chute de son père Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam Kadhafi (46 ans), très discret depuis, envisagerait de se présenter à la future présidentielle libyenne.

Deux membres de son bureau politique ont rencontré, lundi 3 décembre 2018, Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères à Moscou, mais aussi envoyé spécial du président Vladimir Poutine pour l'Afrique. L'un d'eux, Mohamed al-Ghadi, a confié à l'agence de presse russe Sputnik, que le fils cadet de Kadhafi n'a pas encore émis d'acte de candidature, "ni à un quelconque autre poste politique, en raison de la non publication de la loi électorale et du fait que les conditions pour se présenter n'étaient pas encore connues."

Cependant, un journaliste libyen proche de la famille, Bassem Al-Soul, se veut plus disert et indique aux médias russes qu'il "n'existe aucun doute sur la candidature de l'ingénieur Saïf al-Islam au poste de président (...) C'est un fait sûr et certain sur lequel il n'y a pas de débat possible." Un avis conforté par une déclaration de l'avocat du fils Kadhafi pour qui, il "sera inscrit sur les listes dès que celles-ci seront ouvertes. Le peuple libyen a le droit de choisir."

Partisan d'une réconciliation nationale

Maintes fois reportée, la date de cette élection n'est pas encore fixée. Emmanuel Macron souhaitait que le scrutin soit organisé d'ici décembre 2018 (sic !) après une réunion à Paris fin mai 2018 avec notamment les deux hommes forts du pays : le premier ministre Fayez al-Sarraj et son adversaire de l'Armée nationale libyenne (ANL) le général Khalifa Haftar. Elle est désormais programmée au printemps 2019.

Le fils cadet de Kadhafi avait déjà annoncé officiellement sa candidature en mars 2018, et même en décembre 2017, lorsqu'un vote se préparait, sous l'égide de l'Onu, pour septembre 2018.

Au cours de l'entretien dans la capitale russe, la délégation a remis un courrier de Saïf al-Islam Kadhafi décrivant son programme. Le fils de l'ancien "Guide de la Révolution" défend la feuille de route présentée par Ghassan Salamé, l'émissaire spécial de l'Onu pour la Libye. Et donc, la tenue d'une conférence nationale rassemblant tous les Libyens, sans exception, et que les Libyens. Il se positionne donc contre les initiatives antagonistes française et italienne, deux nations qui tentent depuis des mois d'influer sur le devenir politique de ce pays en plein chaos, jusque dans sa capitale, et menacé de partition. Une énième réunion les 12 et 13 novembre 2018 à Palerme en Sicile n'a pas permis d'avancer sur le dossier.

Selon Mohamed al-Kaïlouchi, autre membre du bureau politique présent dans la capitale russe, son chef prône une réconciliation nationale et pense que "des élections sont le seul moyen de sortir de l'impasse."

Un mandat d'arrêt, lancé en juin 2011 contre Saïf al-Islam pour "crimes contre l'humanité, meurtres et persécutions" par la Cour pénale internationale (CPI), se trouve toujours en vigueur. Le Parlement de Tobrouk (opposé au gouvernement d'union nationale basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale) l'a amnistié de sa condamnation à mort par contumace prononcée par la justice libyenne à Tripoli en juillet 2015.

Lire aussi : La guerre civile à Tripoli rouvre les cicatrices de l'histoire


Vendredi 7 Décembre 2018

Lu 1388 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE