Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Saïd Bouteflika, frère de l'ancien président algérien, écope de 15 ans de prison


Rédigé par le Mercredi 25 Septembre 2019 | Lu 1047 commentaire(s)


Saïd Bouteflika a été condamné à quinze ans de prison pour complot contre l'autorité de l'Etat algérien (photo : DR)
Saïd Bouteflika a été condamné à quinze ans de prison pour complot contre l'autorité de l'Etat algérien (photo : DR)
ALGÉRIE. La justice algérienne a livré son verdict dans les affaires de complot contre l'autorité de l'État et atteinte à l'autorité de l'armée qui mettaient en accusation, notamment, Saïd Bouteflika, frère de l'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika démissionnaire en avril 2019, Athmane Tartag (dit Bachir) et son prédécesseur au poste de chef du renseignement algérien Mohamed Médiène ( dit général "Toufik"), Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (trotskistes), et Khaled Nezzar, ex-chef de l'état-major de l'armée et ancien ministre de la Défense.

Réuni à huis clos depuis lundi 23 septembre 2019, le parquet de Blida, à cinquante kilomètres au Sud d'Alger, a prononcé une peine de quinze de prison pour Saïd Bouteflika, la même que pour les autres cités ci-dessus. A l'exception de Khaled Nezzar qui se voit condamné à vingt ans de prison par contumace, tout comme son fils Lofti Nezzar et Farid Benhamdine, gérant de la société algérienne de pharmacie, également en fuite. Tous risquaient la peine capitale.

Saïd Bouteflika, à la tête effective du pays depuis l'AVC de son frère aîné, avait été incarcéré le 5 mai 2019 sur ordre du général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée algérienne et nouvel homme fort. Le frère de l'ancien président était soupçonné d'avoir participé à des réunions, rassemblant tous les accusés, le 27 et 30 mars 2019, au lendemain de la déclaration publique d'Ahmed Gaïd Salah demandant à Abdelaziz Bouteflika de démissionner. Lors de ces entretiens, les participants voulaient installer une transition avec le général Liamine Zéroual à la tête de l'État. Mais, l'ancien président algérien (janvier 1994 au 27 avril 1999) a décliné l'offre.










Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook