Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Sahara occidental: Un condominium algéro-marocain comme solution politique au conflit cinquantenaire

Par Cécile Le Roux, auteure, et Rachid Nekkaz, homme d'affaires et homme politique


Rédigé par La rédaction, le Mardi 7 Décembre 2021 - Lu 3890 fois


Sahara occidental: Un condominium algéro-marocain comme solution politique au conflit cinquantenaire
Depuis quarante-six ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km² qui se trouve entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union Africaine, Ligue Arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte atlantique est généreuse en ressources halieutiques. La persistance de ce conflit représente un coût humain, moral et financier important pour le peuple sahraoui, le Maroc, l'Algérie et la Communauté internationale.

Le monde ne peut laisser le peuple sahraoui dans l'impasse. Les accords d'Abraham signés à Washington en septembre 2020 sous l'administration Trump entre Israël et certains pays arabes comme les Émirats Arabes Unis et Bahreïn ont bousculé l'échiquier régional. En échange de l'établissement de relations diplomatiques entre Rabat et Tel-Aviv, les États-Unis se sont engagés à reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Cette décision historique survenue en décembre 2020 a aggravé les tensions entre le roi Mohamed VI et le Président Tebboune qui y voit un casus belli contre l'Algérie. De neutres, les États-Unis sont devenus les alliés inconditionnels du royaume chérifien au grand dam du voisin algérien dont l'allié traditionnel russe est resté étrangement silencieux.

Deux référendums

En tant que spécialistes de la région et chercheurs de paix, nous défendons la proposition politique suivante afin de trouver une solution diplomatique durable à ce conflit crisogène et une porte de sortie acceptable et honorable pour toutes les parties en présence. Il s'agit de l'organisation de deux référendums au Sahara occidental pendant la prochaine décennie.
A l'évidence, ces référendums devront être organisés sous l'égide des Nations-unies, seule partenaire légitime en qui tous les protagonistes du conflit ont confiance.

Certains se demandent déjà pourquoi deux référendums sur une période aussi longue ?

L'histoire nous apprend que que toute architecture de résolution d'un conflit qui n'intègre pas une dimension évolutive dans le temps est vouée à l'échec. Seul le facteur temporel conjugué à la bonne foi des acteurs sont à même de diminuer l'impact négatif des ressentiments et des haines accumulés. Nous devons donc prendre soin de ne pas renouveler les erreurs tragiques du passé, notamment les drames qui ont suivi la plupart des indépendances consécutives à l'absence de stratégie progressive de décolonisation en Afrique ou en Asie.

Deux questions

Dans cet esprit, si cette idée est retenue par Rabat, Alger et les représentants des Sahraouis, le premier référendum peut être envisagé dans les douze mois à venir. Deux questions seront posées aux Sahraouis.

1) Oui ou Non, souhaitez-vous pendant dix ans l'autonomie dans le cadre du Royaume du Maroc ?

2) Oui ou Non, souhaitez-vous pendant dix ans une double souveraineté de l'Algérie et du Maroc  (condominium) sur le Sahara occidental comme la principauté d'Andorre, gérée par la France et l'Espagne ?

Dans un souci d'équité, le vote de ceux dont la présence était avérée avant le décolonisation espagnole en 1976 comptera double par rapport à ceux qui se sont installés après.

La nouveauté de ce référendum tient à la deuxième question posée. Il s'agit de la proposition originale d'un condominium algéro-marocain sur le Sahara occidental parrainé par les Nations-Unies. Le mérite de cette question est de crever l'abcès politique et de mettre fin au flou diplomatique qui entoure le rôle de l'Algérie en sa qualité de tuteur officieux du Front Polisario, seul représentant du peuple sahraoui, dont vingt-quatre États reconnaissent à ce jour la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) qu'il a créée en février 1976.

Rivalité algéro-marocaine

Un condominium est un territoire sur lequel plusieurs États souverains exercent une souveraineté conjointe. La durée d'un condominium est variable. Elle peut être courte comme pour le cas des Îles Samoa dans le Pacifique entre 1889 et 1899 (10 ans) entre les États-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Moyenne, à l'exemple du Soudan qui a été administré entre 1899 et 1956 (57 ans) dans le cadre d'un condominium anglo-égyptien. Ou longue, comme la Principauté d'Andorre, qui se trouve entre la France et l'Espagne. Depuis 1278 jusqu'à nos jours (843 ans), elle est sous l'autorité de deux co-princes qui sont l’Évêque d'Urgell et le Président de la République française.

La Communauté internationale est consciente que l'absence d'entente entre l'Algérie et le Maroc depuis quarante-six ans est la raison principale du statu quo dans la région. Ces deux pays partagent pourtant les mêmes langues arabo-berbère, la même histoire et la même culture. La concertation entre l’Algérie et le Maroc, qui se disputent le leadership régional, contribuerait de façon décisive à une solution politique pérenne du conflit et à la prospérité de la région qui perd deux points de PIB selon la Banque Mondiale à cause de cette mésentente.

Mais s'entendre suppose nécessairement un dialogue direct et sans tabous entre l'Algérie et le Maroc en abordant sans complexes les sujets qui fâchent et qui polluent leurs relations houleuses depuis la Marche verte de novembre 1975 orchestrée par le Roi Hassan II qui a mobilisé 350 000 Marocains en territoire sahraoui :

1) le trafic de drogue où le Maroc doit s'engager à contrôler drastiquement ses frontières
2) la contrebande aux frontières où le carburant Algérien est six fois moins cher que le carburant marocain à la pompe.
3) les campagnes de dénigrement médiatique mutuel orchestrées quotidiennement dans les deux pays
4) la proclamation officielle de la reconnaissance définitive des frontières algéro-marocaine
5) la réouverture du gazoduc entre l'Algérie et le Maroc qui transporte le gaz algérien à destination de l'Europe du Sud. Il est fermé depuis le 31 octobre 2021.
6) le rétablissement des relations diplomatiques gelées depuis le 24 août 2021
7) la réouverture des frontières terrestres (fermées depuis 1994) et aériennes (depuis septembre 2021)
8) les réparations pour les 350 000 Marocains expulsés d'Algérie et des 20 000 Algériens reconduits aux frontières en 1975.

Autonomie ou condominium

Dans cette nouvelle perspective d'entente algéro-marocaine, le choix de l'autonomie ou du condominium permettrait au peuple sahraoui de ne plus être l'otage de ses deux voisins encombrants. Il pourrait envisager l'avenir avec sérénité et surtout prendre le temps nécessaire de réfléchir à l'option politique la plus avantageuse et la plus appropriée après cette période décennale. Les 600 000 réfugiés sahraouis pourraient en effet revenir s'installer au Sahara occidental et participer au développement de la région avec l'aide efficace et généreuse de la communauté internationale.

Si la mise en place d'une autonomie régionale marocaine ou d'un condominium algéro-marocain est approuvée démocratiquement et librement par le peuple sahraoui, ce dernier devra au bout de dix ans s'exprimer à nouveau lors d'un prochain référendum portant cette fois-ci sur trois questions :

1) Oui ou Non, souhaitez-vous l'autonomie dans le cadre du Royaume du Maroc ?

2) Oui ou Non, souhaitez-vous une double souveraineté de l'Algérie et du Maroc  (condominium) sur le Sahara occidental ?

3) Oui ou Non, souhaitez-vous l'indépendance du Sahara occidental ?

La particularité de ce deuxième référendum est double. Tout d'abord, les Sahraouis devront se prononcer définitivement sur l'avenir politique de leur territoire en répondant à nouveau aux deux questions qui leur avaient été posées dix ans plus tôt, mais sans la limite de temps fixée à dix ans pour l'autonomie ou le condominium.

Enfin, la deuxième nouveauté de cette consultation démocratique est la présence d'une troisième question. Après une décennie d'expérience sous le régime d'autonomie ou de condominium algéro-marocain, les Sahraouis auront en plus la possibilité de voter pour l'indépendance ou pas du Sahara occidental.

La réponse souveraine qui obtiendra le plus grand nombre de suffrages, qu'il s'agisse de l'autonomie dans le cadre du Royaume du Maroc, du condominium algéro-marocain ou de l'indépendance, clôturera une fois pour toute l'avenir politique du Sahara occidental et permettra de jeter les bases d'une stabilité régionale dans toute l'Afrique du Nord qui en a bien besoin. Une nouvelle ère pourra s'ouvrir alors au cœur de la Méditerranée, porteuse de paix et de prospérité en étroite collaboration avec l'Union européenne.





1.Posté par Taha Amiar le 08/12/2021 10:00
Pour un condominium italo-français sur la Corse !

2.Posté par Nekkaz tu veux plaire au régime ? le 09/12/2021 14:44
Quelle rapport ?!? Une souveraineté algérienne sur le sahara ? Mais ou est la logique et la légitimité ? Ce post est vrmt un résidu de betises d’un opposant qui se met à faire des courbettes au régime algérien.
Le Sahara était marocain avant les colons européens. Il l’est redevenu à 80% depuis 1975 et les 20% restants sont une zone tampon où les miliciens du pseudo peuple autodéterminé saharaoui, formé à Alger envoie des enfants soldats. L’Algerie n’est qu’un bailleurs de fond il n’a aucun role d’autre à jouer.

3.Posté par Khalid le 10/12/2021 09:06
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette fiction. Elle est certe basée sur une idée saugrenue mais fort bien amusante LOL

4.Posté par Ahmed le 10/12/2021 10:51
Neggaz est apparament pire que le régime militaire qui gouverne l'algérie , méme ce régime militaire n'a jamais osé parler de droit algérien dans le Sahara occidental et encore moins de souveraineté , pour ta gouverne la question de souveraineté n'a jamais été a l'ordre du jour , la souveraineté est marocaine et ne peut étre que Marocaine dans le passé et dans le futur , le Maroc ne s'interesse a la résolution de ce probléme que du point de vue humanitaire des sahraouis sequestrés dans les camps de Tindouf , le Maroc a proposé l'autonomie souverainté marocaine (qui ne fait pas l'unanimité au maroc d'ailleurs) juste comme un gage de bonne foi mais encore une fois la souveraineté du Maroc sur le Sahara n'est pas négociable ni avec l'algérie ni avec les nations unis ni avec le monde entier c'est un fait qui ne changera pas méme si l'algérie nous donne la moitié de son territoire en échange .

5.Posté par redwan cekir le 11/12/2021 15:12
Pour accepter la proposition, je propose également un condominium algéro-marocain en Kabylie et au Sahara oriental situé en Algérie.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.









Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info