Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Saad Hariri s'apprête à lancer une série de réformes économiques pour calmer la rue libanaise



            Partager Partager

Le président Michel Aoun et son Premier ministre Saad Hariri vont valider un plan de réformes (photo : NNA)
Le président Michel Aoun et son Premier ministre Saad Hariri vont valider un plan de réformes (photo : NNA)
LIBAN. Après quatre jours de manifestations réclamant son départ et un changement de régime, Saad Hariri tente de reprendre la main. Le Premier ministre libanais veut lancer une série de réformes et a obtenu, dimanche 20 octobre 2019 au soir, l'accord des principaux partis constituant sa troisième coalition gouvernementale réunie en janvier 2019 après huit mois de tractations (mouvement Amal, Hezbollah, Marada, Courant patriotique libre, Parti socialiste progressiste). Les quatre ministres des Forces Libanaises (FL), parti chrétien, ont, eux, préféré démissionner la veille. "Nous sommes convaincus que ce gouvernement est incapable de trouver des solutions", soulignait alors Samir Geagea, président du groupe parlementaire FL. Il réclame la démission de Saad Hariri et la formation d'un cabinet de technocrates "neutre" par rapport à la majorité ministérielle et législative actuelle.

L'ultimatum de 72 heures aux membres de son gouvernement posé par Saad Hariri devait expirer le lendemain en début de soirée. "Nos partenaires au gouvernement doivent nous donner une réponse claire et définitive, qui soit convaincante pour moi, pour les Libanais et pour la communauté internationale" pour montrer que "nous avons tous opté pour des réformes, pour en finir avec le gaspillage et la corruption", indiquait le Premier ministre, vendredi 18 octobre 2019 dans un discours télévisé.

Pas de nouvel impôt

Ce plan s'appuie sur trois grands principes : Aucun nouvel impôt (le mouvement de colère est né de l'annonce de la création d'une taxe sur les applications de messagerie qui ne sera finalement pas appliquée), un programme de privatisations et un budget 2020 à l'équilibre. Ce dernier point reste indispensable pour obtenir une aide internationale. En avril 2018 lors d'une conférence internationale à Paris (CEDRE), Beyrouth s'était engagé à des réformes en contrepartie de promesses de dons et de prêts d'une montant total de 11,6 mrds$ (10,4 mrds€).
Pour espérer proposer un budget 2020 à l'équilibre, Saad Hariri prévoit, selon notre confrère libanais L'Orient-Le Jour, une réduction de 50% des salaires des responsables officiels, actuels et anciens, une contribution de 3,3 mrds$ (2,95 mrds€) des banques, une refonte du secteur de l'électricité et donc, des privatisations dans le secteur des télécoms.

Après un conseil des ministres réuni, lundi 21 octobre 2019 au matin, pour approuver formellement ces réformes en présence du président Michel Aoun, Saad Hariri a précisé que les anciens présidents, ministres et députés verraient leur salaire réduit de 50%. Il a également indiqué un soutien de 160 M$ aux crédits logements, une baisse de 50% du déficit du secteur de l'électricité et l'élaboration d'une loi sur le recouvrement de l'argent volé ainsi que la création d'un comité national de lutte contre la corruption. Le budget 2020 devrait proposer un déficit de seulement 0,6%.

"Ces décisions peuvent ne pas répondre à toutes vos revendications, mais elles répondent à ce que je demande depuis deux ans à mes partenaires au sein du gouvernement. Ces décisions n'ont pas été prises en vue d'un marchandage. L'adoption de ces réformes ne vise pas à mettre fin aux manifestations. Il s'agit d'un renversement financier qui va nous permettre d'atteindre la croissance économique", commente le Premier ministre, tout en évoquant "un nouveau départ pour le Liban."

Des élections anticipées pourraient se dérouler prochainement.

L'économie libanaise croule sous 86 mrds$ (77 mrds€) de dette publique, soit plus de 150 % de son PIB, le troisième taux le plus élevé au monde après le Japon et la Grèce.

Lundi 21 Octobre 2019

Lu 1169 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.