Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Saad Hariri retrouve son siège de Premier ministre libanais pour constituer un "gouvernement d'experts"



            Partager Partager

Michel Aoun compte sur Saad Hariri pour un quatrième mandat de Premier ministre (photo : Présidence libanaise)
Michel Aoun compte sur Saad Hariri pour un quatrième mandat de Premier ministre (photo : Présidence libanaise)
LIBAN. Forcé à la démission par la rue voici presque un an le 29 octobre 2019 mais quittant son poste de Président du Conseil des ministres libanais que le 21 janvier 2020, Saad Hariri (50 ans) vient d'être chargé, jeudi 22 octobre 2020, de constituer le nouveau gouvernement libanais. Le président Michel Aoun l'a désigné après de longues consultations parlementaires. Soixante-cinq députés (sur les 118 présents) de son parti Futur (accord de 18 députés), du mouvement Amal de Nabih Berry (17), de la Rencontre démocratique du druze Walid Joumblat (7), du bloc des Marada de Sleimane Frangié (5), du bloc du "Centre indépendant" de Nagib Mikati (4), du bloc des députés arméniens (3) et d'autres élus indépendants ou non-solidaires de leur groupe, se sont prononcés sur son nom.

Le fils de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri assassiné en 2005 - dont il avait repris le flambeau avec trois mandats à son actif à ce poste (novembre 2009 à juin 2011 puis décembre 2016 à mai 2018 et janvier 2019 à janvier 2020) - s'est porté candidat, jeudi 8 octobre 2020, indiquant ne pas vouloir "fermer la porte au seul espoir qu'il reste pour le Liban de se redresser."

L'ancien, et désormais nouveau, Premier ministre (du courant Futur) avait du céder face à un mouvement populaire né le 17 octobre 2019 exigeant le départ de tous les hommes politiques du pouvoir, car jugés incompétents et corrompus. Depuis, les échecs ont été patents. Avec d'abord ceux de Mohammad Safadi (mi-novembre 2019) et de Samir Khatib (fin novembre 2019) qui n'ont pas réussi à constituer un gouvernement. En décembre 2019, Hassan Diab nomme enfin une équipe, mais démissionnera de son poste en août 2020. Suivra Mustapha Adib qui n'a pas réussi à former un gouvernement et a donc renoncé en septembre 2020.

Saad Hariri suivra l'"initiative française"

Le Liban ne cesse de s'enfoncer de plus en plus dans la crise, une situation renforcée par les conséquences économiques de la crise de la Covid-19, la situation des réfugiés, et les explosions sur le Port de Beyrouth (quelque 200 morts et 6 500 blessés) qui ont détruit plusieurs quartiers de la ville.

Disposante également des nationalités française et saoudienne, Saad Hariri va désormais devoir trouver des partenaires pour sa nouvelle équipe et a promis de s'entourer d'experts non issus de partis politiques, en accord avec "l'initiative française" portant sur un "gouvernement de mission". Après l'échec à le constituer par Mustapha Adib, Emmanuel Macron avait fustigé le système politique libanais s'attirant une réponse circonstanciée du Hezbollah. Le président français n'avait pas hésité à parler de "trahisons collectives" et avoué avoir "honte" pour ses dirigeants.

La veille de la nomination du nouveau Premier ministre, Jean-Yves Le Drian avait déclaré que "plus on tarde, plus le bateau coule. Il n'y a plus beaucoup de temps pour réagir. Si le Liban ne mène pas les réformes qu'il convient de mener, alors, c'est le pays lui-même qui risque la dislocation." Pour le ministre français des Affaires étrangères, qui s'exprimait devant la commission des Affaires étrangères au Sénat, "la population libanaise ne peut pas être victime des incuries et des impérities de ses dirigeants."

"Le temps presse"

"Je m'adresse aux Libanais qui souffrent des plus grandes difficultés jusqu'au désespoir : Je suis déterminé à respecter mes promesses envers eux, à œuvrer à enrayer l'effondrement qui menace notre économie, notre société et notre sécurité, à reconstruire ce que la terrible explosion du port de Beyrouth a détruit et m'attellerai d'abord à former rapidement un gouvernement car le temps presse et cette opportunité est l'unique et dernière opportunité pour notre pays bien-aimé", clamait Saad Hariri après sa nomination lors d'une allocution télévisée.

Saad Hariri reprend les rênes d'un pays exsangue (troisième pays le plus endetté au monde), en cessation de paiement depuis le 7 mars 2020, et qui a besoin de voter d'urgence une série de réformes pour pouvoir bénéficier de l'aide financière du Fonds monétaire international (FMI). Il faudra cependant avant tout cela, non seulement constituer une équipe de technocrates, mais aussi convaincre les autres partis de ne pas y participer.

Jeudi 22 Octobre 2020

Lu 937 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.