Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Ryanair va fermer sa base de Toulouse-Blagnac et réduire ses vols en Espagne et au Portugal


Rédigé le Jeudi 15 Octobre 2020 à 17:24 | Lu 1115 commentaire(s)


Ryanair réduit ses fréquences en hiver (photo : BL)
Ryanair réduit ses fréquences en hiver (photo : BL)
FRANCE. Ryanair annonce, jeudi 15 octobre 2020 par un communiqué, la fermeture de sa base située sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac de novembre 2020 à mars 2021.  Deux Boeing 737 y sont basés depuis octobre 2019 pour desservir habituellement vingt-trois destinations (14 aujourd'hui).

Cette décision entre dans un ensemble de mesures destinées à minimiser les pertes en cette période de Covid-19. Ainsi la compagnie low-cost va également fermer ses bases de Cork et de Shannon en Irlande et "réduire considérablement le nombre d'appareils" dans celles situées en Espagne, au Portugal, en Allemagne et en Autriche (Vienne).

Par contre, Ryanair ne précise pas si l'ouverture d'une base à Beauvais en décembre 2020 avec deux avions postés, annoncée en septembre 2019, était maintenue ou non.

Habituellement, la compagnie irlandaise baisse ses capacités durant la saison d'hiver, mais cette année, elle chuteront de 60% contre 40% en 2019. Elle maintiendra cependant 65% de son réseau de lignes hivernales et jouera donc sur des fréquences réduites. Elle prévoit d'opérer avec un taux de remplissage de 70%. Michael O'Leary, son directeur général, évoque "la mauvaise gestion des vols aériens de l'Union européenne" pour justifier cela.

Parallèlement, Ryanair va devoir "inévitablement mettre en place plus de congés sans solde, et des partages d'emplois cet hiver dans les bases où nous nous sommes mis d'accord sur des réductions d'heures et travail et de paie, mais c'est une meilleure solution de long terme que des pertes d'emploi de masse", souligne Michael O'Leary. Tout en précisant qu'"il y aura malheureusement plus de licenciements dans les quelques bases (...) où nous n'avons pas sécurité d'accord de travail et les baisses de salaires, qui sont la seule alternative."