Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Rome refuse de modifier son budget 2019 et s'attend à des sanctions européennes



            Partager Partager

Giuseppe Conte ne change rien et croit toujours à ses hypothèses de croissance (photo : Conseil des ministres italien)
Giuseppe Conte ne change rien et croit toujours à ses hypothèses de croissance (photo : Conseil des ministres italien)
ITALIE. Le gouvernement de Giuseppe Conte avait trois semaines pour revoir son projet de budget 2019 rejeté par la Commission européenne le 23 octobre 2018, tout comme par les dix-huit ministres de la zone euro, quelques jours plus tard. Rome a fait savoir le jour même de l'échéance fixée au mardi 13 novembre 2018 à minuit, qu'elle ne modifierait en rien ses hypothèses de croissance malgré les exhortations de l'Union européenne.

"Le budget ne change pas, ni dans les bilans, ni dans la prévision de croissance. Nous avons la conviction que ce budget est celui dont le pays a besoin pour redémarrer", indique Luigi Di Maio. Et le vice-premier ministre italien de poursuivre : "Nous travaillons à un budget qui garantisse plus d'emplois, plus de droits à la retraite et moins d'impôts (...). Si cela convient à l'Europe tant mieux, si cela ne convient pas à l'Europe, nous continuons quand même."

Le projet de budget 2019 italien affiche un déficit de 2,4% du Produit intérieur brut (PIB) en 2019 et 2,1% en 2020. Selon les projections de la Commission européenne, il faut plutôt s'attendre à -2,9% et 3,1%. Autre point d'achoppement, mais forcément lié, le gouvernement italien envisage une croissance de 1,5% du PIB en 2019 alors que Bruxelles table sur 1,2%. Le Fonds monétaire international (FMI) est entré dans la partie, mardi 13 novembre 2018, en évoquant une croissance réduite à 1% en 2020, tout en doutant de l'efficacité des réformes prévues.

C'est la première fois que la Commission européenne rejette un budget. Elle se prononcera le 21 novembre 2018, par voie d'avis, sur le refus de Rome de modifier son budget 2019 malgré ses préconisations. Cette décision du gouvernement italien devrait être sanctionné, notamment par l'ouverture d'une "procédure pour déficit excessif" mais aussi par une amende pouvant atteindre 0,2% de son PIB. Un chèque de 3,4 mrds€ qui viendra grever encore plus les caisses de l'Etat italien, second pays le plus endetté (131,2% du PIB à fin 2017) de la zone euro après la Grèce.

Mercredi 14 Novembre 2018

Lu 981 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.