Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Rififi sur le détroit de Gibraltar


Rédigé par , le Jeudi 19 Avril 2012 - Lu 3935 fois

La « porte de la Méditerranée » reste l'objet de toutes les convoitises de la part des compagnies ferries.


Acciona Transmediterranea : un opérateur majeur entre l'Espagne et le Maroc (photo CC-Olbertz)
Acciona Transmediterranea : un opérateur majeur entre l'Espagne et le Maroc (photo CC-Olbertz)
ESPAGNE / MAROC. Le détroit de Gibraltar est tout à la fois une frontière et un lien entre le Maroc et l'Espagne. Deux pays à moins de quinze kilomètres de distance (il faut entre 30 mn et une heure pour relier les deux grands ports de Tanger et d'Algésiras), qui sont par ailleurs « imbriqués », avec les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta au Maroc.

Ce qui explique en partie le trafic intense sur cette « porte de la Méditerranée », où croisent chaque année plus de 82 000 ferries.

Une promiscuité qui va parfois jusqu'à l'intimité, comme l'a dénoncé, en fin d'année 2011, la Commission Nationale espagnole de la Concurrence (CNC ), en condamnant six compagnies pour « entente illicite sur le prix des billets de passagers » (sur la ligne Algésiras-Ceuta). Les compagnies visées par la CNC sont Europa Ferrys, Balearia, Euromaroc 2000, Buquebus España, FRS et Acciona Transmediterranea (qui écope de la plus lourde amende de 12 M€).

Une affaire qui ponctue une année plutôt négative pour l'évolution des trafics sur le détroit de Gibraltar. À cause notamment d'une saison en demi-teinte des producteurs marocains de fruits et légumes.

Des opportunités pour Barcelone

Paradoxalement, les transporteurs routiers se plaignent de l’insuffisance de l'offre sur la liaison entre Tanger et Algésiras, principal axe d'échange de marchandises, où opèrent notamment les ferries de la Comanav, Comarit, IMTC et Balearia.

Cette dernière compagnie a donné un « coup de jeune » à la flotte qui croise le détroit de Gibraltar (où l’âge moyen des bateaux dépasse trente ans), en proposant un ferry qui navigue à 22 nœuds, c'est à dire bien plus rapide que l'ensemble de ses concurrents. Balearia s'est aussi positionnée avec un bateau d'une très grande capacité, le « Martin i Soler », disposant de 1 800 mètres linéaires. Mais en réduisant le nombre de rotations, pour faire face aux augmentations du prix du pétrole. Une stratégie qui ne résout pas les embouteillages de camions sur les quais ; beaucoup se retrouvent bloqués à la douane sur le port d'Algésiras, le week-end, faute de pouvoir embarquer.

Ce qui ouvre des opportunités pour le développement des liaisons au départ du port de Barcelone. Car au delà des échanges de containers avec le Maghreb, le port catalan offre déjà trois liaisons hebdomadaires de Short Sea Shipping avec Tanger, opérées par Grandi Navi Veloci et Grimaldi Group. Barcelone veut aller plus loin pour se positionner comme principale porte d'entrée et de sortie pour les échanges entre l'Europe et le Maroc.

Lire l'ensemble de notre dossier Ferries Maroc / Europe

english version















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info