Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Renault Tanger très proche de la surcapacité


L'usine Renault de Tanger Med tourne à plein régime au point de se trouver prochainement en surcapacité. Le constructeur français y prévoit une production de 330 000 unités sous la marque Dacia en 2018.


            Partager Partager

Entre la tolerie et l'embarquement sur le train se déroulent 24 heures (photo : F.Dubessy)
Entre la tolerie et l'embarquement sur le train se déroulent 24 heures (photo : F.Dubessy)
MAROC. Renault devrait produire 375 000 véhicules au Maroc en 2017 contre 345 000 en 2016. Le constructeur français en vendra entre 72 000 et 74 000 sur le marché local (61 726 en 2016). Il dispose de deux usines dans ce pays : l'historique ex-Somar puis Somaca à Casablanca (72 000 véhicules en 2016) et celle près de Tanger (273 000) inaugurée en février 2012 dans la zone franche de Meloussa.

De l'unique chaîne de Renault Casablanca sortent les Logan, Sandero et Sandero Stepway. Sur les deux lignes de production de Renault Tanger se trouvent les Dokker, Logan MCV (délocalisée pendant l'été 2017 de l'usine roumaine de Pitesti), Lodgy, Sandero et Sandero Stepway. Une Dacia sur deux est désormais produite au Maroc.

"A Casablanca nous produisons quinze véhicules par heure. A Tanger, soixante par heure", précise Marc Nassif. Selon le nouveau directeur général de Renault Maroc nommé en février 2016, "sept véhicules du groupe Renault se trouvent dans le Top 10 des ventes au Maroc." Dans ce pays, où Renault bénéficie de quatre-vingt points de vente et emploie 10 615 salariés (à fin 2016), Dacia est la marque numéro un avec 29% de parts de marché et Renault la seconde avec 13% de parts de marché.

Export vers 72 pays

L'usine de Tanger a franchi en juillet 2017 le cap du million de voitures produites (photo : F.Dubessy)
L'usine de Tanger a franchi en juillet 2017 le cap du million de voitures produites (photo : F.Dubessy)
Plus importante usine automobile au sud de la Méditerranée, Renault Tanger fonctionne six jours sur sept (fermée le dimanche) en 3X8 avec 8 600 salariés. Il faut compter seulement 24h pour voir une tôle devenir une voiture embarquée sur le train qui l'amène au port de Tanger Med. Quatre à cinq trains partent quotidiennement sur les voies branchées directement à l'usine emportant 240 véhicules chacun.

95% des 305 000 exemplaires (273 000 en 2016) programmés en 2017 seront exportés via le port de Tanger Med (72% pour l'usine de Casablanca) vers soixante-treize destinations et soixante-douze pays.

"L'usine de Tanger a déjà atteint sa pleine capacité", confie Marc Nassif qui prévoit la production de 330 000 unités en 2018, pour une capacité évaluée lors de l'inauguration de sa seconde ligne en octobre 2013 à 340 000 véhicules (80 000 pour Renault Casablanca). Elle est donc réellement proche du trop plein. Il faut dire qu'en cinq ans, Renault Tanger a déjà produit un million de véhicules. En juillet 2017, son directeur général fêtait la sortie de cette millionième voiture, une Dacia Lodgy.

Nissan de retour ?

Renault Tanger exporte 95 % de sa production (photo : F.Dubessy)
Renault Tanger exporte 95 % de sa production (photo : F.Dubessy)
Lors de notre dernière visite à Renault Tanger, voici précisément deux ans, les responsables de l'usine évoquaient un taux d'intégration (pièces produites localement) de 42% avec un objectif de 80%. Aujourd'hui, malgré notre insistance, Marc Nassif se fait plus évasif se contentant d'annoncer "un taux d'intégration de 65% en 2023" et refusant de dévoiler le taux actuel.... Les composants extérieurs viennent de Roumanie et de Turquie. Les moteurs d'Espagne.

Rappelant subtilement que Tanger est une usine Renault-Nissan, Marc Nassif relance (malgré lui ?) les rumeurs d'extension qui pourrait intégrer l'arrivée du cousin japonais Nissan. Mais, il n'en dira pas plus...

Reste que sur la superficie de 300 hectares de Renault Tanger, seulement trente sont bâtis. Ce qui laisse largement de place à d'autres chaînes de production. Nissan, qui devait dans un premier temps s'implanter en même temps que Renault à Tanger Med avait finalement renoncé en février 2009 à intégrer le projet d'usine commune. Le constructeur nippon comptait, à l'époque, y fabriquer des fourgonnettes.


Frédéric Dubessy, à TANGER

Mardi 28 Novembre 2017

Lu 4768 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Décembre 2018 - 10:35 La justice japonaise charge encore plus Carlos Ghosn


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXION

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss