Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Record du trafic croisière en Méditerranée avec 30 millions de passagers en 2019


Les chiffres présentés lors de l’Assemblée générale de Medcruise, qui s’achève à Antibes, conforte la deuxième position de la destination de la Méditerranée avec 17,3 % du marché mondial, derrière les Caraïbes.


            Partager Partager

Président de MedCruise, Airam Diaz Pastor confirme la bonne santé du secteur croisière en Méditerranée (photo : Ch. Navas)
Président de MedCruise, Airam Diaz Pastor confirme la bonne santé du secteur croisière en Méditerranée (photo : Ch. Navas)
MEDITERRANEE. Nouveau record pour le trafic croisière en Méditerranée. « Nous avons franchi en 2019 pour la première fois le cap des 30 millions de mouvements passagers d’après nos estimations, soit une croissance de 8,8 % par rapport à 2018 », a dévoilé Airam Diaz Pastor, président de MedCruise, lors de l’assemblée générale de l'association qui s’achève à Antibes, vendredi 4 octobre 2019.

Med Cruise réunit 130 ports et une trentaine d’opérateurs du secteur dans vingt-et-un pays de la Méditerranée et de la Mer Noire. L'association cherche aujourd’hui à promouvoir le dialogue entre les différents acteurs pour accompagner une croissance qui devrait continuer à accélérer. Si le nombre d’escales évolue à la baisse, - 7 % sur cinq ans, la taille des bateaux, toujours plus grande, offre une plus grande capacité d’accueil, d’où une hausse de 40 % du nombre des passagers ces dix dernières années. L’âge d’or de la croisière devrait perdurer. Pas moins de 127 bateaux actuellement en commandes seront livrés d’ici à 2027, pour la seule Méditerranée. La flotte passera de 407 actuellement à 472 bateaux en 2027.

L'enjeu environnemental

30 millions de passagers ont choisi une croisière en Méditerranée en 2019 (photo : Medcruise)
30 millions de passagers ont choisi une croisière en Méditerranée en 2019 (photo : Medcruise)
Cette montée en puissance pose aussi des problèmes. Les riverains supportent de moins en moins la pollution générée dans les ports. Compagnies et autorités portuaires doivent investir pour apporter des réponses. Le recours au gaz naturel liquéfié, moins polluant, fait partie des pistes privilégiées.

« L’Aïdanova, en service depuis décembre 2018, a été le premier paquebot dans le monde propulsé au GNL et nous mettrons en service un second bateau en novembre 2019, le Costa Smeralda », précise Michel Nestour, vice-président Euromed Région du groupe Carnival. D’autres compagnies s’engagent sur la même voie. 22 % des paquebots en commande aujourd’hui seront propulsés au GNL.

Une échéance plus proche guette toutes les compagnies maritimes. Au 1er janvier 2020, elles devront obligatoirement utiliser un carburant à plus faible teneur en soufre, 0,5% contre 3,5% aujourd’hui et même 0,1% dans certaines zones sensibles. Pour un armateur comme Carnival, cela devrait impliquer un coût carburant supplémentaire de 200 M$ (182 M€) pour l’ensemble de la flotte. Les branchements électriques à quai font également partie des pistes explorées. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur compte investir 30 M€ pour équiper ses trois principaux ports : Marseille, Toulon et Nice.

Harro sur le "surtourisme"

En 2018, Barcelone premier port pour l’accueil de croisiéristes en Méditerranée, a dépassé les 3 millions de mouvements passagers, Venise a engagé un bras de fer avec les armateurs et Dubrovnik a instauré des quotas pour l’entrée dans la vieille ville. « Une meilleure gestion des escales passe par le dialogue avec les acteurs de la destination », préconise Richard Vogel, Pdg de Pullmantur/Croisières de France. « L’instabilité politique qui a frappé l’Est de la Méditerranée depuis plusieurs années a entraîné une forte concentration des escales à l’Ouest (3/4 des mouvements passagers en 2018), d’où la saturation constatée. Un rééquilibrage des itinéraires est en cours avec la réouverture de destinations en Turquie, en Tunisie ou encore en Égypte », analyse Airam Diaz Pastor.

Proposer des « expériences uniques » sur des bateaux plus petits, pouvant accoster dans des ports moins fréquentés, demeure l’autre option proposée par les compagnies qui se positionnent sur le segment du luxe. Un segment soutenu par un vent porteur. Sur les 123 paquebots en commande aujourd’hui vingt-cinq se destinent à ce marché. Ponant qui dispose aujourd’hui d’une flotte de neuf bateaux en comptera ainsi douze en 2021.

Vendredi 4 Octobre 2019

Lu 1241 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA


agenda

Recherche personnalisée

Soumettre un événement

À cause de la pandémie du Covid-19
et des différentes restrictions
de circulation, de confinement et de fermeture des lieux publics dans les pays méditerranéens, nous suspendons jusqu'à nouvel ordre la publication
de notre agenda







À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.