Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Recep Tayyip Erdogan se dit prêt à frapper le régime syrien partout en Syrie


Rédigé par , le Mercredi 12 Février 2020 - Lu 978 fois


Recep Tayyip Erdogan a menacé la Syrie face aux parlementaires de son parti (photo : Présidence turque)
Recep Tayyip Erdogan a menacé la Syrie face aux parlementaires de son parti (photo : Présidence turque)
TURQUIE. Au lendemain de lourds combats, lundi 10 février 2020, entre l'armée turque et celle du régime syrien dans la région d'Idlib, dernier bastion de l'opposition à Bachar al-Assad, le président turc élève la voix. Recep Tayyip Erdogan a exigé, mercredi 12 février 2020 dans un discours devant les parlementaires de son parti, le départ de l'armée régulière syrienne de cette région.

Le président turc prévient également qu'en cas de nouvelle attaque de ses postes d'observation implantés dans la zone de désescalade, il frappera le régime syrien "partout" en Syrie. Et ce en dépit de l'accord de Sotchi signé en septembre 2018 entre son pays et la Russie pour assurer un cessez-le-feu dans cette région. Un texte violé régulièrement.
"Nous sommes déterminés à faire partir les forces du régime au-delà des postes d'observation turcs à Idlib d'ici à la fin février. Pour cela, nous ferons tout le nécessaire dans les airs, ainsi qu'au sol, sans aucune hésitation", menace-t-il.

Cité par l'agence de presse officielle Sana, le ministère syrien des Affaires étrangères et des expatriés a répondu que "les menaces du chef du régime turc d'attaquer des soldats de l'Armée arabe syrienne sont creuses et ne peuvent être proférées que par une personne isolée de la réalité et qui ne comprend pas le développement de la situation et les problèmes. Elles reflètent seulement l'ignorance". Le régime syrien réaffirme que "toute présence de forces turques sur ses territoires est illégitime et constitue une violation flagrante du droit international".
Par le même communiqué, la Syrie indique vouloir "poursuivre sa lutte contre les organisations terroristes à travers le pays et à débarrasser les Syriens de leur joug".

6 500 soldats turcs en Syrie

Depuis la grande offensive lancée voici dix-huit jours, les forces de Bachar al-Aassad ont récupéré 101 villes et villages. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) comptabilise sur cette période, la mort de 545 opposants au régime dont 405 djihadistes, 499 soldats de l'armée régulière syrienne et de ses alliés et quatorze turcs (dont un fonctionnaire civil).

Toujours selon l'OSDH, Damas a réussi a reprendre intégralement le contrôle de l'autoroute M5 qui relie Alep à Damas. La même association signale un fort déploiement des forces turques, mercredi 12 février 2020, et la création d'un nouveau poste dans une zone située entre Binnish et Ta'um (Nord de la ville d'Idlib). Elles se seraient également positionnées sur l'aéroport militaire de Taftanaz. L'OSDH indique que, depuis le 2 février 2020, quelque 1 650 camions et véhicules militaires turcs (dont des chars, des blindés, des véhicules de transport de troupes, des radars) sont entrés en Syrie. Il évalue à près de 6 500 le nombre de soldats turcs sur le territoire syrien à Idlib et Alep.

Le président Erdogan ne se contente pas de fustiger l'armée de Bachar al-Assad, il s'en prend également à l'allié du président syrien, la Russie. "Le régime et les forces russes qui les soutiennent, ainsi que les milices appuyées par l'Iran, attaquent sans arrêt les civils, commettent des massacres et versent le sang."




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info