Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Quatre nouvelles villes déclarées "sans bidonvilles" au Maroc



            Partager Partager

Les opérations de destruction des bidonvilles donnent souvent lieu à des manifestations. (photo: ministère de l'Habitat et de la Politique de la ville)
Les opérations de destruction des bidonvilles donnent souvent lieu à des manifestations. (photo: ministère de l'Habitat et de la Politique de la ville)
MAROC. En 2013, quatre villes marocaines ont été déclarées "sans bidonvilles" dans le cadre du programme "ville sans bidonvilles" mis en œuvre pour la société Al Omrane. Le groupe rendait public son bilan mardi 24 juin 2014. Spécialisé dans le secteur de l'habitat et de l'aménagement, il est donc venu à bout des bidonvilles présents à Oujda Sidi Kacem, Souk Sebt, Deroua par de vastes opérations de construction, relogement et destruction.

Au total, cinquante et une villes sont déclarées "sans bidonvilles" au Maroc sur les quatre-vingts cinq recensées par le programme du ministère de l'Habitat et de la Politique de la ville. En 2015, le groupe prévoit d'entamer la construction de plus de 10 000 unités de relogements, d'en achever près de 13 000 autres pour reloger les habitants de 13 600 baraquements. À la fin de l'année 2014, Al Omrane a pour objectif de la labelliser ainsi onze nouvelles villes.

Très positives, ces annonces cachent une réalité moins heureuse. Dans les faits, beaucoup de "bidonvillois" n'acceptent pas leur condition de relogement ou déclarent ne pas en avoir bénéficié comme prévu. Les opérations de destructions se heurtent alors à des résistances. À Casablanca début juin 2014, des bulldozers étaient venus raser quarante-deux baraques dans le bidonville des Carrières Centrales quand des habitants des lieux se sont interposés, donnant lieu à l'interpellation d'une cinquantaine de personnes.

Jeudi 26 Juin 2014

Lu 12269 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

"Algérie, mon amour" soulève des questions qu’il est nécessaire de creuser

Razika Adnani, philosophe et spécialiste des questions liées à l'islam, membre du Conseil d'orientation de la fondation de l'Islam de France, du Conseil scientifique du CEFR et du groupe d'analyse JFC Conseil
Grand angle

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.