Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Quatre candidats intéressés par la reprise de l'enseigne Bio c'Bon



            Partager Partager

Photo DR
Photo DR
FRANCE / ESPAGNE / ITALIE. Quatre offres de reprise ont été déposées au tribunal de commerce de Paris pour l'entreprise Bio c'Bon (150 M€ de chiffre d'affaires en 2018 et 1 500 salariés) alors que la date limite était fixée au mardi 15 septembre 2020 à midi.

Placé en dépôt de bilan le 21 août 2020 (le passif atteindrait les 40 M€) et en redressement judiciaire le 2 septembre 2020, Bio c'Bon - détenu par son fondateur en 2008 Thierry Brissaud et le groupe Marne & Finance et basée à Athis Mons - possède un parc de 158 magasins en France, en Italie (depuis 2014), en Espagne (2015), en Suisse (2016), en Belgique (2016) et au Japon (2016). 2 800 petites actionnaires ont investi un total de 114 M€ dans les fonds de commerce.

Bio c'Bon est convoité en premier lieu par la famille Zouari. Les multi-franchisés du groupe Casino (Franprix et Monoprix principalement) et propriétaire de 44% de Picard, étaient déjà entrés en négociations exclusives, en juin 2020, avant même les épisodes judiciaires. Mais les propriétaires de Bio c'Bon ont préféré finalement passer par la case tribunal de commerce. Soraya et Moez Zouari s'engagent sur la reprise de 146 magasins et 92% des effectifs. Elle investira 70 M€ dans le groupe et réservera 5% du capital aux salariés.

Second candidat, le groupe Carrefour qui dispose déjà, depuis son rachat durant l'été 2018, d'une enseigne So Bio, mais devrait pérenniser l'enseigne Bio c'Bon. Et troisième, une offre commune entre Casino et Naturalia. Sur ces deux propositions aucun élément n'a encore filtré.

Biocoop veut maintenir Bio c'Bon chez les indépendants

Le quatrième repreneur sur les rangs se distingue des trois précédents. Biocoop est un spécialiste du secteur, détenant aujourd'hui un parc de 630 magasins bios. "Notre projet vise à proposer une alternative à l'offre de grande distribution pour continuer à promouvoir un projet qui va au-delà du label bio", précise, dans un communiqué paru mercredi 16 septembre 2020, Biocoop.

L'enseigne, animée par un réseau d'indépendants et comptant 3 200 fermes partenaires, se trouve en plein développement avec soixante-dix unités ouvertes en 2019. Biocoop propose de reprendre 105 magasins (dont 33 par Marcel & Fils partenaire dans l'opération) et 100% de leur personnel, soit 686 salariés. Son communiqué assure que "la proposition de Biocoop est la seule à maintenir le réseau de Bio c’ Bon chez les indépendants, la seule qui ne promeut pas un modèle uniforme et standardisé, la seule qui soit 100% bio, la seule qui vise à s’appuyer sur les salariés actuels de l’enseigne qui pourront, s’ils le souhaitent s’organiser et ainsi reprendre leur magasin en format SCOP".

Selon Biocoop, les magasins spécialisés dans le bio ne représente que 28% des ventes de bio en France.

Mercredi 16 Septembre 2020

Lu 1257 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.