Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Quand la filière agricole prépare l’après 2013


Paolo Bruni, président des coopératives agricoles européennes (Cogeca*), présent le 4 février 2011 à Marseille lors de l’assemblée générale de l’Association des régions européennes fruitières, légumières et horticoles (AREFLH) a lancé un appel appuyé auprès de la Commission européenne afin de mettre la politique agricole commune au cœur de la stratégie européenne sur la période 2013-2020.


            Partager Partager

Le vendredi 4 février 2011, la Région Paca a accueilli l’Assemblée générale de l’AREFLH. (Photo NBC)
Le vendredi 4 février 2011, la Région Paca a accueilli l’Assemblée générale de l’AREFLH. (Photo NBC)
EUROPE / FRANCE. A la veille des négociations sur la Politique agricole commune (PAC), les agriculteurs fédérés ou non au sein d’associations de producteurs sont inquiets. Quel budget l’Europe leur accordera-t-elle ? Comment faire face à l’arrivée de fruits et légumes en provenance de pays émergents ?

« Certes, l’Europe traverse une période difficile mais nous devons savoir quel sera le budget de la PAC après 2013 », explique Paolo Bruni. Le président des coopératives européennes (Cogeca) qui a rencontré le 31 janvier 2011 à Bruxelles José Manuel Barrosso, président de la Commission européenne, a plaidé pour que l’agriculture soit au cœur de la politique européenne.
 
« Une personne sur six en Europe vit du secteur primaire, de l’agriculture et de sa transformation. Sauvegarder l’agriculture signifie sauver les emplois eu Europe », lance le représentant européen des producteurs.

Paolo Bruni, président des coopératives agricoles européennes (Cogeca). 'Photo N.B.C)
Paolo Bruni, président des coopératives agricoles européennes (Cogeca). 'Photo N.B.C)
Un discours appuyé par Jean-Louis Joseph, vice-président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur, délégué à l’agriculture : « Les fruits et légumes sont les parents pauvres de la PAC. L’Europe a tendance à privilégier les producteurs de céréales. La région Paca perçoit 1% des aides pour 25% de la surface agricole utile. Les aides sont distribués aux producteurs du Nord de la France », lance l’élu qui entend développer une marque régionale et contribuer à la revalorisation du métier d’agriculteur.

Dans un contexte croissant de mondialisation des échanges, Paolo Bruni a exprimé ses inquiétudes quant à l’arrivée sur le marché européen de fruits et légumes en provenance de pays tiers qui ne répondent pas aux mêmes normes. « Nous devons avoir des règles plus rigides car il n’est pas acceptable que des produits hors UE ne soient pas soumis aux mêmes législations », a-t-il lancé.

Devant un parterre de producteurs déjà tout à sa cause, il  a également dénoncé les inégalités dans la chaîne des valeurs et dans le système productif : « Sur 100 euros payés par un consommateur au supermarché entre 15 et 18 € seulement reviennent aux producteurs et le reste part dans la filière alimentaire ».  

Il a également salué l’organisation de la filière depuis 1996 avec la création des premières organisations de producteurs qui permet aux agriculteurs de mieux répondre aux attentes du marché et d’anticiper toute crise. Ce fut le cas en 2008 dans le secteur de la fraise où les producteurs français se sont structurés autour de l’AONP Fraise qui représente plus de 65 M€ de CA (17 000 tonnes soit 40% de la production nationale) et qui rassemble 450 producteurs. L’organisateur des producteurs Cerafel, plus connue sous la marque Prince de Bretagne, pèse tout de même 300 M€ de CA  avec 600.000 tonnes annuelles produites dans quatre département du Nord-Ouest de la France.

« Nous exportons 220.000 tonnes vers l’Allemagne, la Grande-Bretagne le Benelux, l’Europe de l’Est et l’Europe du Sud. Nous expédions nos artichauts et nos choux fleurs en Italie », a souligné Yvon Auffret, porte-parole de Prince de Bretagne, également actionnaire de la compagnie maritime Britanny Ferries.

Difficile d’imaginer qu’une telle prise de participation soit possible dans le Sud de la France ! Provence Alpes Côte d’Azur Corse pèse lourd pourtant elle aussi. Elle est la première région française productrice de fruits et légumes avec 30% des surfaces consacrées à l’agriculture. Le secteur emploie 3% de la population. La région produit annuellement 1,3.MT de fruits (400.000 T) et légumes (620.000 T) générant un CA de 1,3 md €. 
 
(*) COGECA : Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne

Vendredi 4 Février 2011

Lu 2270 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Mars 2012 - 15:14 La logistique s'adapte au marché du vin



Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.