Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Provence Alpes Côte d’Azur veut la pole position en matière de réseaux électriques intelligents





La Région provençale développe en toute discrétion un plan de développement pour une filière industrielle dans les réseaux électriques intelligents. Elle est seule en France Méditerranéenne à candidater à l’appel à manifestation d’intérêt du ministère de l’Economie.


            Partager Partager

Batteries Alstom sur le site Nice Grid de Carros. Déjà commercialisables (photo MN)
Batteries Alstom sur le site Nice Grid de Carros. Déjà commercialisables (photo MN)
FRANCE. Le 17 juillet 2015, la Région Provence Alpes Côte d’Azur déposera au Ministère Français de l’Economie un dossier de candidature. Elle répondra ainsi à l’Appel à manifestation d’intérêt du ministère pour la mise en œuvre de « Réseaux électriques intelligents ».
 
Le pôle de compétitivité Capenergies met la dernière main à la rédaction du projet, et garde un silence scrupuleux sur l’offre. « Voyez au Conseil Régional, c’est lui qui présente la candidature provençale ».
 
A la Région, no comment. « Un communiqué sera publié après le dépôt du dossier ».
 
C’est que six à, sept dossiers de candidatures français, dont celui de la Bretagne, seront proposés au Ministère de l’Economie, qui, en fin d’année, fera un choix. La concurrence sera rude.
 
Parmi ces projets, Seule Paca candidatera en Méditerranée française. « Les chances de la région sont très sérieuses, et la communication présente un enjeu majeur car, le lobbying fera beaucoup pour emporter la décision », souligne une source proche du projet.

Une expérience déjà ancienne en matière de smart grids

Bernard Morel, le vice président délégué à l'Innovation portera le dossier de candidature (photo XDR)
Bernard Morel, le vice président délégué à l'Innovation portera le dossier de candidature (photo XDR)
L’Appel à projets ministériel s’inscrit dans le plan lancé en 2013 « Nouvelle France Industrielle », qui comporte trente quatre « plans ». Parmi eux, celui consacré au déploiement de « réseaux électriques intelligents  », un des axes forts des smartgrids.
 
L’État recherche ici la possibilité de dégager à court terme des solutions réellement industrielles. « Et l’expérience provençale comme niçoise en la matière seront des atouts précieux » poursuit l’interlocuteur.
 
Les 4 500 compteurs électriques « intelligents » Linky, quotidiennement installés en Provence Alpes Côte d’Azur à partir de 2017, font partie de ce contexte favorable à la candidature régionale.
 
Mais l’expérience des démonstrateurs smartgrids qui, depuis 2008, ont dopé le savoir-faire de dizaines d’entreprises formera sans doute son atout majeur.

Avec la Région, la Métropole de Nice Côte d'Azur, Marseille Provence Métropole, le Pays d'Aix, le Pays de Serre-Ponçon (04), Provence Verdon, le SAN Ouest Provence, le CEA, EDF, ERDF, RTE en région et STMicroelectronics avec les pôles Capenergies et Solutions Communicantes Sécurisées se posent en supporters de la candidature provençale.
 
Le projet Premio, porté déjà par Capenergies, avait à partir de 2008, permis de tester de nombreuses solutions de « ville électrique intelligente » dans la petite commune de Lambesc, au nord d’Aix-en-Provence.

Norme industrielle, stockage d’énergie, effacement réseau, gestion de la mobilité…

Centrales thermiques, barrages hydro électriques, ou comme ici centrales photovoltaïques, la diversité des sources d'énergies serait un avantage pour la candidature provençale (photo MN)
Centrales thermiques, barrages hydro électriques, ou comme ici centrales photovoltaïques, la diversité des sources d'énergies serait un avantage pour la candidature provençale (photo MN)
Et cinq ans plus tard, Nice Grid, à l’entrée de Nice, permet de tester des solutions pour un problème essentiel. « Investir dans un réseau électrique coûte très cher, il faut donc essayer de le dimensionner au mieux, en particulier en comptant sur l’effacement énergétique, et sur les progrès dans le stockage d’énergie » nous expliquait en février 2015 Jean-Christophe Delvallet, directeur du Développement à ERDF Méditerranée, pilote du projet.
 
Les batteries industrielles testées par Alstom sur place sont déjà commercialisées, et peuvent aider des entreprises à optimiser leur consommation d’énergie. Ces dernières peuvent aussi jouer la carte d’un effacement réseau qui leur permettra de bénéficier de tarifs spéciaux d’achat d’électricité.
 
Mais, aujourd’hui, les électriciens comme d’autres industriels ont besoin d’avancer dans la définition d’un standard d’interopérabilité. Une norme ouverte doit permettre, par exemple à des véhicules électriques connectés, de choisir demain parmi les opérateurs en matière de réseau électrique, de recharge du véhicule, de logiciels… Travailler à cette future norme permettra aux solutions industrielles de demain la standardisation propice au développement du marché.

Le lobbying régional sera déterminant

Si la proposition provençale concoctée par Capenergies repose sur un savoir-faire déjà éprouvé, c’est, dans les mois à venir « la capacité des acteurs régionaux à défendre ce dossier, qui fera la différence ». Industriels, collectivités, électriciens provençaux et niçois capables de « présenter une véritable filière industrielle auront les meilleures chances » avant la décision étatique de fin 2015.
 
Avec un territoire diversifié entre littoral surpeuplé et montagne dépeuplée, des sources d’énergie diversifiées, essentiellement renouvelables, et un réseau d’entreprises innovantes, Provence Alpes Côte d’Azur tient la corde en tant que territoire test. 
 
Car, les solutions dégagées pourraient demain favoriser marché, emploi, et exportations industrielles, tout en développant dans la région choisie une offre de formation importante.

En partenariat avec EDF

Jeudi 16 Juillet 2015


Lu 2391 fois











RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss