Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Protecno transforme l'eau salée en eau potable pour les petites îles méditerranéennes


L'entreprise italienne Protecno, spécialisée dans le traitement des eaux, va bientôt approvisionner les îles croates avec ses dessaleurs d'eau marine. Lors d'une conférence sur le développement durable à Rijeka, le fondateur de cette société familiale a jeté une première ancre en Dalmatie.


            Partager Partager

Déjà implantée en Tunisie, en Egypte, à Malte... la société de Lorenzo Belbusti se rapproche de ses bases en voulant séduire les Croates (photo G.Vale)
Déjà implantée en Tunisie, en Egypte, à Malte... la société de Lorenzo Belbusti se rapproche de ses bases en voulant séduire les Croates (photo G.Vale)
ITALIE / CROATIE. Lorenzo Belbusti s’adresse au public d’un ton assuré. Dans la grande salle de l’hôtel de ville de Rijeka, ce chef d’entreprise italien présente sa société de traitement des eaux, à l’occasion d’une conférence sur le développement durable.

Créée en 1975 dans une petite ville du centre de l’Italie, Mondolfo, de l’autre côté de l’Adriatique, “Protecno”, entreprise familiale, s'est  développée jusqu’à Tunis avec l'implantation d'une filiale. “Notre quartier général se trouve à une demi-heure d’Ancône, à moins de 150 km de la côte croate”, affirme Lorenzo Belbusti, avant de se lancer dans le vif du sujet. “Au niveau mondial, Protecno se classe entre la dixième et la quinzième position de son secteur : seules les grandes multinationales se placent devant nous”, se félicite-t-il devant une assemblée d’entrepreneurs italiens et croates.

Forte d’une soixantaine d’employés, Protecno a construit trente-cinq installations de purification d’eau partout dans le monde. Ces structures à membrane, à échange ionique ou encore de filtrage ont permis à l’entreprise de facturer plus de 16 M€ en 2013. “En Égypte, nous nettoyons l’eau du Nil après son passage par le Caire. A Malte, nous mettons en place neuf structures de filtrage. A Chypre nous traitons, depuis 2010, l’eau de la Méditerranée”, égraine le dirigeant. 

“Le dessaleur devient indispensable comme le groupe électrogène”

Protecno propose des usines de dessalement de l'eau pour les petites îles (photo Protecno)
Protecno propose des usines de dessalement de l'eau pour les petites îles (photo Protecno)
La présence de Protecno le 28 novembre 2014 à Rijeka s'explique par un changement d'échelle du métier de la PME depuis quelques années. “Nos clients nous demandent de moins en moins de grandes installations”, explique Lorenzo Belbusti, “le plus souvent, nous construisons des petits centres de traitement, notamment pour le dessalement de l’eau marine, ensuite transformée en eau potable.” L’entreprise a en effet déjà rendu “autonomes” plusieurs îles italiennes : Lampedusa, Pantelleria mais aussi Vulcano. Avant, leur ravitaillement en eau s'effectuait par bateau. “Les collectivités locales payaient jusqu’à 17 € pour mètre cube d’eau potable, contre 3 € aujourd’hui”, précise le patron italien. “Le dessaleur devient indispensable comme le groupe électrogène”, ajoute-t-il, “une solution pas chère, et surtout plus écologique”. Pour ses installations, Protecno a en effet obtenu plusieurs certifications qualitatives (ISO 9001, ISO 14000, ou encore ISO 18000).

Les petites îles du Sud de l’Italie ne demeurent pas les seules à rencontrer des difficultés d’approvisionnement. Sur la côte dalmate, et ses plus de mille îlots de toute taille, les mairies recourent très souvent aux navires-citernes durant l’été. “Le coût très élevé de cette eau décourage le développement de l’activité touristique dans certains endroits”, analyse Lorenzo Belbusti, “grâce à nos services, vous pourriez rendre l’ensemble du territoire côtier plus accueillant”. L’offre ne laisse pas indifférent l’auditoire. Andrej Marochini, le directeur de l’entreprise municipale de gestion de l’eau de Rijeka, y voit déjà une solution pour les communes les moins desservies du littoral. 

L’activité de Protecno est plus qu’intéressante pour nous”, explique cet ingénieur croate. “Il ne s’agit pas d’une simple vente de machines ou d’outils, mais d’un service clé en main”, se réjouit-il. Andrej Marochini propose à l’Italien de le mettre en contact avec Hrvatske Vode, l’agence nationale des eaux, en charge de l’approvisionnement des villes dalmates. Lorenzo Belbusti sourit et prend note. Après avoir construit des grandes installations à Cuba et en Amérique du Sud, il pourrait décrocher, tout près de chez lui, des contrats de dessaleurs en Croatie.

Vendredi 19 Décembre 2014

Giovanni Vale, à RIJEKA

Lu 4547 fois




Dans la même rubrique :
< >







Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA














À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.