Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Pourquoi les pays méditerranéens ont tenu le choc de la crise


Quand les systèmes bancaires américain et européen se sont écroulés avec la crise des subprimes et du crédit, les pays Méditerranéens membres de la FEMIP (*) ont plutôt bien tenu le choc. L'étude « crise et voies de sortie de crise dans les pays partenaires méditerranéens de la FEMIP », publiée le 29 novembre 2010 par le Femise et la BEI, analyse comment ils ont réussi à passer ce mauvais cap et donne des pistes sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour optimiser le retour à la croissance.


            Partager Partager

Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI. (Photo BEI)
Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la BEI. (Photo BEI)
Les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée n’ont pas échappé à la crise économique mondiale avec des effets réels et indirects sur leur économie, même si leur système financier n'a pas été impacté.

« Le mécanisme de contamination a été différent dans les pays du Sud. Ce n’est pas la crise financière qui les a impactés, mais la récession des pays développés qui a entraîné une baisse brutale de la demande externe et des flux financiers internationaux (transferts financiers des expatriés, commerce extérieur, IDE). Il faut saluer le courage de ces pays qui ont su garder une croissance positive», indique le vice-président de la BEI, Philippe de Fontaine Vive, qui a commandé une étude sur la crise en Méditerranée au Forum Euro-méditerranéen des Instituts de Sciences économiques (FEMISE).

DIX MOIS D'ENQUETE

Jean-Louis Reiffers, président du Comité scientifique du Femise (copyright F.Dubessy)
Jean-Louis Reiffers, président du Comité scientifique du Femise (copyright F.Dubessy)
Une dizaine d’économistes et de chercheurs internationaux, au terme de dix mois d’enquête, viennent de publier un rapport intitulé « Crise et voies de sortie de crise dans les pays partenaires méditerranéens de la FEMIP ».
 
Ce document, d’une centaine de pages, livre les raisons pour lesquelles les pays du Sud ont mieux résisté à la crise que leurs voisins du nord.
« Aucun Etat de cette zone n’avait introduit une convertibilité complète du compte en capital. Il s'agit d'un élément  positif dans le contexte de la crise actuelle. Cet avantage en période de tension devient un inconvénient dans une perspective de moyen terme car il prive les agents économiques privés et publics de capacité de financement», note Jean-Louis Reiffers, président du Comité scientifique du Femise et coordinateur du réseau aux côtés d’Ahmed Galal de l’Economic Research Forum, Egypte.

Si les exportations de biens en Méditerranée ont chuté de 30 % ou 70 milliards de dollars, les importations n’ont diminué que de 18,6%, 50 mds $, au même moment.
Résultat : le déficit commercial s’est creusé un peu plus avoisinant les 22 mds $ et les recettes du tourisme ont diminué de 5%.

« Nous constatons pendant cette crise un changement de comportement des touristes avec une baisse des dépenses journalières mais une augmentation des nuitées », note Jean-Louis Reiffers.

La crise a mis un coup de frein aux investissements directs étrangers (IDE) fragilisant les économies méditerranéennes. « Nous remarquons également une baisse des remises des travailleurs et une chute de 30% des IDE », ajoute Jean-Louis Reiffers.

En passant l’économie Méditerranéenne au scanner, les chercheurs insistent sur la nécessité pour les pays Méditerranéens de poursuivre coûte que coûte leurs efforts d’ouverture sur les échanges de marchandises et de services et sur leurs politiques structurelles.

(*) La FEMIP (Facilité Euro-Méditerranéenne d’Investissement et de Partenariat) a été créée en octobre 2002, à la demande du Conseil européen de Barcelone, pour renforcer et amplifier l’action de la BEI envers les pays partenaires méditerranéens.

Article réalisé en partenariat avec la BEI


Lire aussi : L’investissement domestique doit être la courroie d’entraînement des IDE
                   : Tunisie, terre d’accueil des IDE

Jeudi 25 Novembre 2010


Lu 1993 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Novembre 2010 - 19:15 Les politiques structurelles signent leur retour









RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss