Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Peut-être un espoir d'accord entre le Liban et le FMI


Rédigé par Gérard Tur, le Vendredi 26 Novembre 2021 - Lu 1048 fois

Une étape semble sur le point d'être franchie, mais les obstacles restent encore nombreux car les élites au pouvoir freinent le processus pour protéger leurs intérêts. English version


Le Liban est à l'image de son port. (photo : Malak Jaafar/WFP)
Le Liban est à l'image de son port. (photo : Malak Jaafar/WFP)
LIBAN. Après en avoir informé le Président libanais, Michel Aoun, Saadé Chami, vice-Premier ministre, annonce jeudi 25 novembre le quasi bouclage des négociations techniques avec le Fonds monétaire international (FMI). Elles portent sur le montant des pertes financières du pays et surtout leur ventilation entre le secteur bancaire, l’État et la Banque centrale du Liban. La BDL n'a toujours pas transmis au FMI ces informations, mais devrait s'acquitter de cette tâche avant la fin de l'année. Le gouverneur de la BLD, Riad Salamé, est sous le coup d'enquêtes judiciaires au Liban et dans six pays européens. Elles portent sur les conditions de constitution de sa fortune personnelle et de celle son entourage.
 
Il s'agit d'une étape imposée par le FMI avant que ce dernier envoie au Liban un équipe chargée de finaliser les véritables négociations sur les politiques monétaires et économiques que le pays doit engager afin de bénéficier de l'assistance du fonds monétaire international.
 
Une première tentative du FMI s'est déjà soldée par un échec en juillet 2020, en raison des désaccords sur la répartition de ces pertes entre les banques, l’État et la BLB. Selon Olivier de Schutter, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits humains, les élites politiques possèdent 43 % des actifs bancaires. Or les établissement de crédit détiennent 80 % de la dette publique libanaise. Une dette colossale qui dépasserait 170% du PIB. Les élus chargés théoriquement de conduire des réformes sont donc directement, financièrement, intéressés à ce qu'elles n'aboutissent pas. Le FMI conditionne pourtant l'octroi de plusieurs milliards de dollars de prêts à l'assainissement des finances publiques, les restructurations de la dette publique et du système bancaire, l'extension des mesures de protection sociale et la réforme des entreprises publiques. Le FMI demande notamment que les pertes du système bancaire soient assumées par les actionnaires des banques et les plus gros déposants.
 
Les parties se sont finalement mises d'accord pour fixer les pertes à 55 milliards de dollars, l’État, les banques et la BDL en supportant chacun un tiers. Les déposants, qui figurent dans le groupe des banques, devront « éponger » environ 10% de ces 55 milliards.
 
Il reste encore à faire approuver ce plan de redressement en Conseil des ministres. Or le dernier conseil (13 octobre) consacré théoriquement à cette question essentielle pour l'avenir du Liban a été reporté sans qu'aucune date ne soit fixée. Les ministres affiliés au groupe Hezbollah et au mouvement Amal exigeaient que dans un premier temps le juge chargé de l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth soit dessaisi.
 
Le Liban vit une situation dramatique. La pays abrite un million et demi de réfugiés syriens, la livre libanaise a perdu 90 % de sa valeur, la pandémie et l'explosion du port de Beyrouth ont fortement impactées une économie déjà à genoux en raison de la corruption et du clanisme.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info