Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Partenariat stratégique entre l’Office Chérifien des Phosphates et la Banque Centrale Populaire


Rédigé par Christelle Marot, à CASABLANCA, le Mardi 13 Janvier 2009 - Lu 4528 fois

L’Office Chérifien des Phosphates et la Banque Centrale Populaire ont conclu un accord stratégique de participations croisées. L’Office investit massivement à Jorf Lasfar pour en faire un hub international de production d’engrais phosphatés. Le Maroc détient 50% des réserves mondiales de phosphates.


Mostafa TERRAB est le DG de l'Office chérifien des phosphates depuis 2006 (photo OCP)
Mostafa TERRAB est le DG de l'Office chérifien des phosphates depuis 2006 (photo OCP)
MAROC. L’ Office Chérifien des Phosphates a conclu un partenariat stratégique avec la Banque Centrale Populaire, aux termes duquel la banque publique entre au capital de l’OCP à hauteur de 5,88%, cédant parallèlement 6,6% à l’Office marocain.

A l’affut de capitaux, l’OCP envisage également son introduction en bourse.

Pariant sur le boom des besoins alimentaires de la planète et le développement des agrocarburants, l’OCP poursuit le développement, malgré la crise, du vaste chantier de Jorf Lasfar, à une centaine de kilomètres au sud de Casablanca.

Objectif : faire du site un hub mondial de la chimie des phosphates.

Le Maroc détient près de 50% des réserves mondiales.


Partenariat stratégique entre l’Office Chérifien des Phosphates et la Banque Centrale Populaire

Attirer les investisseurs étrangers

Pour ce faire, l’OCP prévoit 15,5 milliards de dirhams (1,4 Md€) d’investissements propres afin de développer un hub « plug and play », intégrant les mines de Khouribga et Gantour, deux pipelines reliant les mines à la plateforme industrielle de Jorf, ainsi que l’exploitation d’un nouveau quai portuaire pour l’exportation, libérant le port de Casablanca de près de 40% de son trafic.

La construction du pipeline sur 140 km entre Khourigba et la plateforme de Jorf devrait être achevée en 2012. Son coût est estimé à plus de 5 milliards de dirhams (448 M€). Le management de l’OCP réfléchit à sa mise en concession-BOT.

Après avoir conclu des accords de joint venture avec le Pakistanais Fauji, le Brésilien Bunge, le Belge Prayon, l’Allemand CFB et les Indiens Tata et Birla, l’OCP souhaite désormais accueillir des investissements directs étrangers pour la réalisation de cinq autres unités industrielles d’ici 2015, pour un montant estimé de 25 milliards de dirhams.

L’Office affirme avoir reçu 16 manifestations d’intérêt de sociétés, originaires notamment des Etats-Unis, de l’Inde et de la Turquie, en vue de produire de l’acide phosphorique ou des engrais.

Les prix du phosphates attendus à la baisse

Avec l’envolée des cours du phosphate, l’OCP a doublé son chiffre d’affaires en 2008 à 55 milliards de dirhams (environ 5 Mds€).

La croissance des capacités mondiales de production d’engrais phosphatés, en raison notamment de l’entrée en production du complexe saoudien d’Al Jalamid devrait conduire à une offre excédentaire d’engrais à l’horizon 2011-2012 (rapport sur les tendances du marché mondial des engrais de la FAO, Télécharger l'étude ), se traduisant par un nouveau cycle de baisse des prix.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info