Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Paris gèle les avoirs d'entreprises liées au programme syrien d'armes chimiques




La Syrie continuerait à fabriquer des armes chimiques aidée par différentes sociétés que veut pénaliser la France (photo : OIAC)
La Syrie continuerait à fabriquer des armes chimiques aidée par différentes sociétés que veut pénaliser la France (photo : OIAC)
FRANCE / SYRIE. Bruno Le Maire et Jean-Yves Le Drian, respectivement ministre français de l'Économie et des Finances et de l'Europe et des Affaires étrangères, annoncent, vendredi 18 mai 2018, le gel des avoirs de neuf sociétés et trois personnes pour leur implication présumée dans le programme syrien d'armes chimiques avec leur soutien au Centre d'études et de recherches syrien (CERS ou SSRC pour Scientific Studies and Research Center).

Dans un communiqué conjoint - publié alors que la France accueille une réunion ministérielle du "Partenariat international contre l'impunité de l'utilisation d'armes chimiques" réunissant une trentaine de pays - les ministres précisent que tous sont "impliqués dans la recherche et/ou l'acquisition pour ce centre de matériels contribuant au développement des capacités militaires chimiques et balistiques de ce pays". Selon eux, "alors que les armes chimiques avaient disparu depuis près de vingt ans, leur réapparition en Irak, en Syrie, en Asie ou en Europe entre les mains d'acteurs étatiques et non étatiques exige une mobilisation résolue de la communauté internationale".

Des entreprises syriennes et libanaise concernées

Ces entreprises se trouvent principalement domiciliées en Syrie : Al Mahrous Group (Damas) avec en plus ses deux filiales basées à Dubaï et en Égypte, et Sigmatec (Damas). Une entreprise libanaise (Technolab) figure également sur la liste tout comme une société de négoce de Guangzhou en Chine.
Sur les trois individus, deux sont Syriens et un Libanais. Leurs avoirs sont gelés, par arrêté, à compter du 18 mai 2018 et pour une durée de six mois. Toute mise à disposition de fonds ou ressources économiques devient prohibée.

Déjà, fin janvier 2018, la France avait procédé à la même contrainte à l'encontre de de vingt-cinq entités et responsables syriens, français, libanais, chinois et émiratis pour des raisons identiques.

A plusieurs reprises, le régime syrien a été accusé d'utiliser des armes chimiques contre des civils. Les dernières allégations datent de début avril 2018 avec un raid sur la Ghouta orientale. La France avait réagi une semaine après aux côtés des États-Unis et de la Grande-Bretagne par des frappes de représailles touchant l'arsenal chimique syrien. Dont, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le CERS, principal laboratoire syrien dédié au développement et à la production non conventionnelle d'armes chimiques et de vecteurs balistiques.




Vendredi 18 Mai 2018



Lu 2497 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA