Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Optimiser la distribution d’eau passe par la formation de terrain




LIBAN/TUNISIE. Au Sud, l’eau est précieuse. Gérer ses usages, urbains ou agricoles, passe par la chasse aux fuites, à la connaissance fine du réseau, et par une présence sur le terrain de personnels formés. Deux partenariats Nord-Sud l’illustrent.


            Partager Partager

Recherche de fuites réseaux dans la région du Mont Liban (JM Huron/Eaux de Marseille)
Recherche de fuites réseaux dans la région du Mont Liban (JM Huron/Eaux de Marseille)
En matière d’optimisation des réseaux d’eau, le partenariat Nord-Sud s’avère soutenable, à l’heure des ressources rares et des conflits d’usage.
 
Ainsi, au Liban, le Groupe des Eaux de Marseille chasse les eaux perdues au long des conduites souterraines, mais surtout participe à la formation des PME locales qui optimiseront le réseau. « Nous venons de terminer une mission pour Eaux de Beyrouth  et du Mont Liban (EBML), la société nationale, dans la région du Mont Liban » explique le chef de projet, Odile Demassieux.
 
Durant trois mois, Eaux de Marseille a traqué les fuites sur 170 km de conduites enterrées, des tuyaux qui, parfois, n’étaient pas connus du système d’information géographique d’EBML. Tout commence donc par une mise à jour des connaissances.
 
Localement, l’eau n'arrive généralement aux robinets que huit heures par jour. Les habitants emplissent alors des citernes, pour disposer d’eau le reste du temps. « Ça rend les comparaisons historiques de consommation difficile » Reprend Odile Demassieux. Il est alors plus difficile de distinguer quand l’eau est perdue, ou quand  elle est stockée.
 
Au cours de cette mission qui en préfigure d’autres, sur un territoire plus large, Eaux de Marseille a mis en place des indicateurs, permettant à son partenaire EBML, d’agir sur le long terme. « Car pour lui, il sera essentiel de distinguer l’eau perdue dans le sol, de celle qui a été livrée, mais, non comptée, donc non payée ».

Du coaching contre le gaspillage d’eaux agricoles

Discussion sur le terrain en Tunisie septentrionale (photo SCP DR)
Discussion sur le terrain en Tunisie septentrionale (photo SCP DR)
S’il s’agit  d’optimiser la ressource pour les usages domestiques au Liban, en Tunisie,  c’est le même objectif que vise la Société du Canal de Provence (SCP), mais au bénéfice des irrigants en milieu agricole.

En accord partenarial avec le Ministère de l’Agriculture tunisien, maître d’ouvrage et propriétaire des périmètres publics irrigués, « nous aidons au développement de groupements agricoles d’irrigants » résume Vincent Kulesza, le chef de projet.

Cette mission concerne 63 000 hectares, le tiers de la surface publique agricole irrigable de Tunisie, et 15 000 irrigants. « La vétusté de certaines sections de réseaux et la mauvaise exploitation ou maintenance entraînaient des gaspillage dans certains des 32 périmètres irrigués », relate Vincent Kulesza.
Et, tout comme au Liban, les travaux matériels ne deviendront efficaces qu’à partir du moment où le personnel des gestionnaires de réseaux sera formé.

Sensibilisation du personnel, et des irrigants, suivi des résultats, coaching, « ont permis de faire progresser les associations, leur communication auprès de leurs publics, l’exploitation, et d’améliorer en fin de compte l’irrigation à la parcelle » poursuit le chef de projet. Mais aussi de réduire les difficultés dans le recouvrement du prix de l’eau, dont 30% en moyenne restaient impayés.

Le plus important réside dans l’appropriation par les gestionnaires des motivations et des compétences nécessaires pour assurer ces suivis. Sept personnes ont été embauchées pour assurer ces missions.

English version

En partenariat avec IME – Institut Méditerranéen de l’Eau

 

Mardi 22 Novembre 2016


Lu 4396 fois














À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.