Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Nouveau sommet extraordinaire sur la Grèce


Le sommet extraordinaire des dirigeants européens du lundi 22 juin 2015 au soir pourrait être déterminant. Faute d'accord, la Grèce mais aussi l'Europe, plongeront dans l'inconnu. Le gouvernement grec a fait des concessions. La balle est dans le camp des créanciers.


            Partager Partager

La Grèce joue sa survie dans la zone euro (photo CC.M. Baker)
La Grèce joue sa survie dans la zone euro (photo CC.M. Baker)

GRECE. Après de multiples « réunions de la dernière chance », le sommet extraordinaire des dirigeants européens de Bruxelles du lundi 22 juin 2015 débouchera peut-être sur un accord entre la Grèce et ses créanciers.. ou sur un nouveau sommet, dernière étape avant le défaut de paiement. Car le 30 juin 2015, la Grèce doit rembourser 1,5 mrd € au FMI (Fonds monétaire international). Or, depuis l'élection d'Alexis Tsipras, les créanciers bloquent la deuxième tranche d'aide de 7,2 mrds de prêts prévue pour la Grèce.

 

Lundi 22 juin 2015, en ouverture d'une réunion avec le Premier ministre Grec Alexis Tsipras, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a constaté que «des progrès ont été faits ces derniers jours, mais nous n'y sommes pas encore. » Alexis Tsipras lui a répondu « qu'il était temps de parvenir à une solution substantielle et viable pour permette à la Grèce de revenir à la croissance au sein de la zone euro. »

 

Après une vague de pessimisme, qui a vu les acteurs politiques et économiques prédire un échec des négociations, la bourse d'Athènes plonger, les Grecs retirer 4,2 mrds € de leurs comptes bancaires, les nouvelles propositions d' Alexis Tsipras ont fait changer le sens du vent. La BCE (banque centrale européenne) a tout de même dû relever lundi 22 juin, pour la troisième fois en une semaine, le montant des liquidités d'urgence mises à la disposition des établissements financiers grecs.


Une bonne base de propositions

Christine Lagarde veut une solution rapide (photo FMI)
Christine Lagarde veut une solution rapide (photo FMI)

En réponse à la directrice du FMI Christine Lagarde, qui exige une baisse des retraites, des salaires et une hausse de la TVA, Alexis Tsipras a formulé dimanche 21 juin de nouvelles propositions.

 
Le Premier ministre grec demande toujours une restructuration de la dette publique grecque de 317 mrds €, qu'il juge impossible à rembourser. En échange d'une « solution définitive », Alexis Tsipras propose notamment de supprimer progressivement les préretraites, de diminuer les pensions des retraités les plus aisés, de réduire les dépenses militaires, d'augmenter de quelques points la TVA et le seuil de taxation des entreprises.

 
Dimanche 21 juin 2015 au soir, le Premier ministre italien Matteo Renzi estimait que « toutes les conditions étaient réunies pour un accord "gagnant-gagnant". » D'une manière générale, les créanciers voient dans ces propositions « une bonne base.»

 
La Bourse d'Athènes a accueilli très favorablement ces avancées en progressant lundi 22 juin de 7% dès son ouverture. Dans le même temps, les taux d'emprunt des pays du sud de l'Europe se détendaient. Visiblement, les investisseurs croient en la signature d'un accord.

 
Le risque d'un défaut de paiement reste pourtant bien réel, et personne n'est en mesure d'en prédire les conséquences pour la Grèce comme pour les pays européens. Les créanciers occupent bien sûr la première ligne. Les différentes structures financières européennes et les États de l'Union détiennent 223 mrds € de créances. Le FMI 33 mrds €. Directement ou indirectement, la France a elle seule devra faire une croix sur un peu moins de 70 mrds €, l'Allemagne sur près de 100 mrds € si le FMI enclenche la procédure de défaut de paiement.




Gérard Tur
Lundi 22 Juin 2015

Lu 809 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.